Le fabuleux destin des archives sonores : la phonothèque au MuCEM le 30 mai 2018

La sixième séance du séminaire «La collecte ethnographique dans les musées de société», organisée par le département de la recherche et de l’enseignement du MuCEM et le Pôle Recherche-Musée de l’IDEMEC portera sur la Collecte ethnographique dans les musées de société, pratiques, écoutes et silences de l’enquête sono-graphique et aura lieu le mercredi 30 mai 2018 au Mucem à l’I2MP de 11h à 18h.

Grâce à la numérisation et l’internet, les sources sonores sont de plus en plus disponibles et intègrent bon nombre de démarches innovantes. Ce séminaire permettra d’explorer les différentes formes de collecte du sonore et par le sonore, dans le monde des musées et à ses frontières (ethnographie, archives, art, radio). Coordonnée par Véronique Dassié (ethnologue, Idemec), Aude Fanlo (adjointe au responsable du département recherche et enseignement, Mucem), Cyril Isnart (ethnologue, Idemec) et Florent Molle (conservateur, Mucem), la séance s’articulera autour de trois axes : le son-patrimoine, le son-vérité et le son collecté.

Vous trouverez, ci-dessous, le programme détaillé des interventions ou vous pouvez le télécharger ici.

11h15 : Son-patrimoine
Discutants :
Cyril Isnart, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparitive, Aix-en-Provence, Florent Molle , Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille

1. « Réveiller » les enquêtes ethnomusicologiques du MNATP : éditer/évaluer le « corpus des musiques ethniques de la France »
François Gasnaut et Marie-Barbara Le Gonidec, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain et le Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture de Paris. Le projet Les Réveillées vise l’édition scientifique d’un corpus d’une quarantaine d’enquêtes ethnomusicologiques menées par les spécialistes du musée-laboratoire des ATP (1939-1982) : transformer de la sorte un trésor inaccessible ou peu intelligible en archives ouvertes et interconnectées, est-ce le comble de la patrimonialisation ou le retour d’un bien commun au domaine public ?

2. Le fabuleux destin des archives sonores : pratiques d’une phonothèque de recherche
Hélène Giudicissi, Claire Grégoire Saint-Pierre Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence
La phonothèque de la MMSH présentera le dispositif et le cadre de bonnes pratiques qui lui permettent d’offrir un nouveau destin à l’enquête de terrain en sciences sociales et humaines et de participer ainsi à un « bien commun » scientifique.

3. Muséographier les jubilations sonores : plus de bruit
Marc Touché, CNRS,
Enquêter, collecter, scénographier, exposer des sociabilités et modes de vie de petits groupes d’amateurs cooptés, autogérés et volontaristes. Quelle place pour les pratiques sonores (auditives et vibratoires) dans mes enquêtes-collectes et expositions sur les questions des musiques amplifiées d’une part et des skateurs d’autre part, auprès de plusieurs musées dont le Mnatp/MuCEM et le Mupop (musée des musiques populaires à Montluçon)?

14h30 :  Son-vérité
Discutants : Nicolas Ellias, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, Aix-en-Provence
Kristel Amellal, Museon Arlaten, Arles

1. Des bandes et des voix : éléments matériels de l’histoire orale au XXe siècle
Christelle Rabier, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Centre Norbert Elias, Marseille
De l’étudiant transcripteur au téléphone portable, l’histoire orale en Amérique du Nord et en Europe a fait usage de nombreux outils d’enregistrement et d’archivage au cours du XXe siècle. Revenir sur l’histoire de ces instruments invite à saisir les usages et les fonctions d’une source de la discipline historique, qui est aussi un geste historien.

2. L’archéologie du paysage sonore ou comment rendre sonore l’archive
Mylène Pardoen, Maison des Sciences de l’Homme de Lyon-Saint-Etienne, Lyon
L’archéologie du paysage sonore analyse et étudie les ambiances sonores du passé et propose des modèles en vue de leur diffusion. La fouille d’une volumineuse documentation hétérogène permet d’établir une première esquisse et c’est grâce au numérique que l’archéologue peut redonner vie à ce passé sonore.

  3. Avignon 3D. IMAPI. Interprétation musicale en acoustique patrimoniale immersive
Julien Ferrando, PRISM Perception, représentations, Image, Son,Musique Aix-en-Provence et Marseille
Ce projet cherche à recréer virtuellement l’acoustique d’un lieu patrimonial majeur en son 3D binaural : la chapelle pontificale du palais des papes d’Avignon. L’objectif est de permettre à des interprètes de se confronter à une « auralité » patrimoniale aujourd’hui disparue. IMAPI incite la porosité entre pratiques musiciennes et musicologiques, comme deux pratiques croisées.

16h30 : Son-collecté
Discutantes :
Elisabeth Cestor, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, Péroline Barbet, Lyon

1. Capture, analyse et diffusion des sons d’histoire naturelle
Jerôme SueurInstitut Systématique Evolution et Biodiversité Muséum national d’Histoire naturelle, Paris
Depuis presque 70 ans, les bioacousticiens, les écoacousticiens, les naturalistes et les artistes captent des sons biologiques du chant des oiseaux aux manifestations des écosystèmes naturels. Je présenterai les principes de chaque maillon de leur étude en illustrant mon propos à l’aide d’études et de collections numériques entreprises au Muséum national d’Histoire naturelle.

2. De la collecte à l’archivage de fragments sonores
Sylvie Laroche et Laure Brayer. Grenoble
Réalisés au sein du laboratoire A AAU-Cresson, deux méthodes (l’écoute réactivée et l’audio-guide) et un outil d’archivage (Cartophonies), seront présentés afin de révéler les manières dont les fragments sonores peuvent contribuer à construire une connaissance complexe et sensible des territoires habités.

3. A música portuguesa a gostar dela própria
Tiago Pereira, artiste vidéaste, Lisbonne
Depuis 2011, le projet A música portuguesa a gostar dela própria est une entreprise de collectage vidéo de musique portugaise. Il s’agit de revaloriser des cultures musicales peu visibles jusqu’alors, en utilisant les réseaux sociaux et la technique du mix. Rassemblant plus 3.000 vidéos aujourd’hui, le projet a donné lieu à de multiples rencontres et événements au Portugal et ailleurs.

Crédits photographiques : Collection de Jean-Pierre Dalbéra. Collecte musicale en 1929 (musée d’ethnographie de Genève, Suisse). CC BY 2.0


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.