Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier

Le luthier Camille Hommel, Marseille,2017

Camille Hommel débute sa formation de luthier en 1990 à 19 ans. Très jeune, il souhaite déjà devenir luthier autant par goût de la musique et du violon – qu’il commence à apprendre dès l’âge de 7 ans – que par attrait pour un métier qui lui est familier grâce à la profession de son père, le luthier Charles-Luc Hommel.

L’atmosphère de l’atelier (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Camille Hommel représente un nouveau profil de « luthier fils de luthier ». Ce modèle de filiation professionnelle était en effet très répandu chez les anciens luthiers, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la crise ultime du métier qui au milieu du XXe siècle a menacé la lutherie de disparition et a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, berceau de la lutherie française.
La renaissance de la lutherie intervient dans les années 1970 avec le plan Malraux-Landowski destiné à relancer les métiers de la musique. Le recrutement des « nouveaux luthiers » se fait dès lors sur d’autres bases que la filiation luthière, l’origine mirecurtienne ou le genre (masculin). Sauf que quatre décennies après l’extinction des lignées de luthiers (à quelques exceptions près), la filiation commence à nouveau à jouer un rôle dans le choix du métier, même si les conditions d’orientation professionnelle ont complètement changé. L’affinité personnelle semble déterminante aujourd’hui, alors qu’elle ne comptait pas vraiment dans le passé selon les témoignages des anciens luthiers.

Atelier de lutherie Hommel, Marseille, 2017

Vers 13-14 ans, Camille Hommel souhaite s’orienter vers la lutherie, mais ses parents préfèrent qu’il continue ses études jusqu’au baccalauréat pour choisir son métier avec davantage de maturité.

Ne pas s’engager trop jeune (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Après le bac, il s’inscrit à l’université tout en allant à l’atelier où il commence à fabriquer des instruments.

Une année de transition (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Ayant opté pour la lutherie, Camille Hommel fait ensuite un apprentissage de trois ans entre Mirecourt et Marseille.

L’apprentissage (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Il explique comment se déroule la transmission du savoir-faire chez le luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt.

Un apprentissage très pointu (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Fabrication d’un alto (Camille Hommel, Marseille, 2017)

L’acquisition des gestes techniques implique beaucoup de rigueur et se travaille par mimétisme. Une grande concentration est nécessaire.

Un atelier silencieux (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Après l’obtention de son CAP de lutherie en 2001, Camille Hommel se perfectionne en travaillant dans l’atelier de son père et en participant à de nombreux stages, échanges et formations à l’échelle nationale ou internationale, en France ou aux USA.

Elargir sa formation (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Les échanges et les recherches mises en commun font évoluer et améliorent les techniques de fabrication.

Recherches en coopération (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Fabrication d’un alto (Camille Hommel, Marseille, 2017)

Interrogé sur les aspects qu’il préfère dans ce métier, Camille Hommel répond que tout l’intéresse.

« Tout m’intéresse » (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

A l’atelier, il partage son temps entre fabrication d’instruments et réparation ou restauration.

 Besoin de création (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Il revient sur les étapes de sa formation et la nécessité de prendre du recul pour être plus libre .

Désaprendre ce qu’on a appris (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Atelier Hommel, Marseille, 2014

Il apprécie de savoir jouer du violon, ce qui lui donne notamment le plaisir d’essayer les instruments.

Le plaisir de jouer du violon (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

En lutherie, il a observé que les périodes de repliement mènent à une régression dans la conception et la fabrication des instruments alors que les échanges font progresser le métier. C’est dans cette perspective de partage qu’il s’inscrit.

Partager (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Il évoque l’insatisfaction chronique liée à la recherche perpétuelle de perfection.

L’insatisfaction (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Fabrication d’un alto (Camille Hommel, Marseille, 2017)

Camille Hommel décrit l’intéressante expérience de recherche en lutherie à laquelle il participe aux Etats-Unis et pour laquelle il est en train de terminer un alto. L’atelier international à venir regroupera notamment des luthiers et des chercheurs en acoustique. Il s’agira de comparer des instruments tous fabriqués selon un modèle identique par les luthiers participants. La collecte fine des données permettra d’analyser les qualités acoustiques de cette série d’instruments et d’en cerner les variables.

Recherche expérimentale (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Le luthier Camille Hommel à l’établi (Marseille, 2017)

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants de ces nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Camille (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 15 mai 2017, Marseille.  Enregistrement numérique : 43 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n° 5188.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers », 2012-2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.