De l’art de mener un entretien : retour sur un cours de Philippe Joutard

Philippe Joutard est intimement lié à l’histoire de la phonothèque de la MMSH puisqu’il l’a fondée en 1979 avec Jean-Claude Bouvier.  Ancien professeur d’histoire moderne à l’université de Provence (aujourd’hui Aix-Marseille Université) et à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), il a également été recteur des académies de Besançon et de Toulouse dans les années 1990.

Il est surtout l’historien moderniste qui, au début des années 1970, a initié des travaux d’enquêtes orales pour sa thèse et qui, face à des historiens français frileux et réticents, a lancé en France l’histoire orale.

La phonothèque conserve un enregistrement datant de l’époque où Philippe Joutard dirigeait avec Anne Roche un cours de littérature, au départ axé sur le récit autobiographique dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune. Le thème du cours a, par la suite, évolué et, entre 1977 et 1998, les enseignants ont proposé aux étudiants de Lettres Modernes de réaliser une enquête enregistrée auprès d’un témoin de leur choix à propos du Front populaire. Cependant, devant la difficulté d’obtenir des témoignages précis sur cette période historique, la thématique des entretiens s’est ouverte aux années 1930 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La recherche du récit historique à travers l’enquête orale a laissé la place à celle du récit de vie. Pour l’évaluation de ce travail, le support d’enregistrement ainsi qu’une transcription de l’enquête étaient demandés. L’évaluation du travail (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin) portait sur la transcription.

Le témoignage de Philippe Joutard fait partie du corpus Archives orales annexes au fonds Roche-Taranger qui présente les  enregistrements accompagnant les enquêtes orales réalisées. On y trouve des conférences, des cours ainsi que des séances de télé-enseignement.

L’historien s’exprime dans le cadre d’un cours de préparation au travail d’enquêtes orales pour les étudiants qui vont mener les entretiens. L’enregistrement débute par le choix des informateurs et l’influence que peut avoir l’enquêteur. Ensuite, Philippe Joutard intervient sur le choix des questions, la forme de l’entretien et conseille le magnétophone plutôt que la prise de notes. D’autres détails méthodologiques sont explicités aussi comme le rythme de l’entretien, la position de l’enquêteur, l’analyse du discours verbal et non verbal, l’importance du silence. L’enregistrement se poursuit avec des réponses aux questions des étudiants et des conseils bibliographiques.

Bonne écoute !!

Et guise de clin d’oeil à la modernité de Philippe Joutard qui ne s’est pas démentie à travers les années, ce tweet diffusé lors des journées de L’histoire à venir, quelques 28 ans plus tard à Toulouse, (17-20 mai 2018)  :

Image à la une : Florian Plag « rock the mic. »(CC.BY.2.0)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.