Collecter, écouter, partager

Le 30 mai 2018, s’est tenue à Marseille ( I2MP) la sixième séance, du séminaire sur la collecte ethnographique dans les musées de société, organisée par le département de la recherche et de l’enseignement du MuCEM et le Pôle Recherche-Musée de l’IDEMEC.

 Il s’agissait d’évoquer  la collecte du/des son(s) dans divers champs disciplinaires, l’accessibilité rendue possible par les ressources numériques et l’internet et le (ré)usages de ce(s)son(s) dans les domaines des archives,  et des pratiques  artistiques et muséales.

Les interventions, organisées en trois temps, ont  donné à entendre et à appréhender des méthodes, des outils innovants et des réalisations  ou des projets riches et prometteurs.

Enquêter, collecter, valoriser les sons de la recherche en sciences humaines et sociales

Tout d’abord, François Gasnaut et Marie-Barbara Le Gonidec,de  Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain et  du Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture de Paris ont fait la présentation du projet Les Réveillées . Celui-ci, vise à la création, d’une plateforme, qui permettra,d’ici  deux ans,  de mettre en ligne de façon éditorialisée différentes archives, sonores, textuelles,  et visuelles, collectées pendant plus de quarante ans entre 1939 et 1982  au Musée National des Arts et  Traditions Populaires par Claudie Marcel Dubois et Maguy Andral.  Il s’agira de mettre en scène l’archive sonore, de l’ouvrir à une audience la plus large possible et permettre à toutes les formes d’archives d’être regroupées et interagir entre elles. En effet, au MNATP, les fonds étaient dispersés, puisque classés selon la logique  de conservation liée au support.1. La volonté manifeste des porteurs du projet est   d’ouvrir l’indexation au public de façon collaborative.

Hélène Giudicissi et Claire Grégoire Saint-Pierre, de la phonothèque  de la  Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, ont présenté leurs activités dans le traitement des enquêtes de terrain, issues des recherches en sciences sociales et humaines , et leur restitution publique selon les principes de la Science Ouverte. En effet, il est possible de consulter à partir  de la base de données Ganoub (le sud en langue arabe )  les notices  documentaires et d’écouter le document sonore en streaming, si les questions juridiques et éthiques liées à la diffusion le permettent. Ce cadre de « bonnes pratiques » est indispensable à  la nouvelle vie des archives sonores confiées aux archivistes, dans le respect  des  principes  du FAIR .2

Marc Touché, CNRS, a entrepris de mettre d’emblée les auditeurs dans un bain de  la musique issue de la révolution de l’électro-amplification  de la guitare dans les années 1960. Il a fait partager son expérience de musicien et de chercheur dans les milieux de la pratique musicale amateure et professionnelle. Ses enquêtes, prennent la forme récits de personnes : les musiciens évoquent leurs pratiques,  leurs outils, leurs savoir-faire,  leurs  publics. Très inspiré par les  unités écologiques  de Georges -Henri Rivière au MNATP, il a contribué à partir de ses enquêtes-collectes , à la possibilité de « montrer les lieux du son » de la façon la plus proche du réel, à partir d’une matière sonore « sauvage ». Il a participé à la mise en œuvre d’expositions temporaires notamment au MuCEM   et a été associé à la création du MuPOP de Montluçon .

Voyager dans les sons du passé

Christelle Rabier, attachée à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Centre Norbert Elias, Marseille,  a présenté un historique  de l’histoire orale en Amérique du Nord au XXe siècle, à partir de ses outils de collecte et d’archivage. Elle a souligné l’importance de l’usage de l’enquête  sonore, dans l’épistémologie de la discipline historique elle même. Elle a notamment fait référence au sociologue et historien  Paul Thomspson, fondateur de The Oral History Society.3

Mylène Pardoen  de la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon-Saint-Etienne, s’est présentée comme une « archéologue du paysage sonore ». Son travail est d’abord de débusquer, dans sa documentation fournie et  hétérogène,  les indices des sons du passé, afin de pouvoir, in fine, grâce aux  moyens des technologies du numérique , redonner vie à ce passé sonore.4

Julien Ferrando, musicien5, musicologue et   membre du laboratoire PRISM Perception, représentations, Image, Son,Musique 6 a présenté le projet IMAPI7, qui se propose  de pouvoir re-créer le « son vérité »  des musiques patrimoniales dans un lieu  à « l’auralité » venue du passé, par le jeu  entre  les pratiques musicale et musicologique .

Partager les sons

Jerôme Sueur, Institut Systématique Evolution et Biodiversité, Muséum national d’Histoire naturelle a  a fait la présentation de la sonothèque du  Muséum d’Histoire Naturel de Paris8 qui a pour mission de capturer, d’analyser et de diffuser des données sonores issues des écosystèmes naturels. Les collectes produites selon des modes  écoacoustiques ( dans un espace et un temps longs ) et bioacoustiques. La sensibilisation à la disparition de sons de la nature, du fait de la disparition progressive de la biodiversité est  aussi une préoccupation des chercheurs.   Le public est aussi invité à déposer des sons et ainsi contribuer à la recherche scientifique.

Sylvie Laroche et Laure Brayer,  du laboratoire  AAU-Cresson      de Grenoble  ont  permis d’aborder les sons par la notion d’ambiance, « un espace-temps éprouvé en termes sensibles ». Les enregistrements sonores  collectés procèdent d’une » auscultation de l’environnement « , qui sont , après analyse et archivage, proposés à la l’écoute réactivée : le public est amené à proposer ses réactions, in situ, à travers l’écoute des sons9

L’outil d’archivage Cartophonies, mis en oeuvre par le CRESSON (Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain) de l’ENSAG (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble) permet d’accéder en ligne  à des fragments sonores enregistrés dans des environnements urbains et permettent ainsi de construire » une mémoire sonore des lieux »10.

Tiago Pereira, artiste vidéaste  à Lisbonne, a témoigné  de son travail pour la mise en œuvre  de l’expérience A música portuguesa a gostar dela própria , qui s’applique depuis 2009 à collecter par  la vidéo  le patrimoine musical traditionnel du Portugal.  Il s’agit d’un travail de conservation mais, aussi d’échanges sociaux . Les différentes  cultures musicales se découvrent par les médias et   les réseaux sociaux  et se réinventent grâce à la technique du mix. Riche de plus de 3000 vidéos ce projet est aussi l’occasion de rencontres entre les musiciens et le  public lors de  concerts , au Portugal et ailleurs.

Tendez l’oreille !

Laurence Salze ( Master 1, Histoire, Métiers des archives et des bibliothèques, humanités numériques. Médiation de l’histoire. AMU)

Crédits photographiques : Collection d’Olivia.Meyer, 5 mars 2007 (CC BY-NC–SA 2.0)

 

 

 

 

 

 

  1. Depuis 1968 les enregistrements sont à la phonothèque du MNATP,  le fonds documentaire non lié aux enquêtes  a été déposé aux Archives Nationales à partir de 1988, et les  photographies confiées au MUCEM en 2013. Il faut aussi rappeler que Florence Gétraud lorsqu’elle était directrice du département de la musique et de la parole du MNATP avait mis en place des conventions avec des centres de ressources sonores en capacité de traiter les fonds régionaux. Ainsi plusieurs copies numériques ont été déposés dans différents centres à travers la France : Bretagne, Pays Basque, Bourgogne, Catalogne, Poitou, Corse… La phonothèque de la MMSH a ainsi reçu en dépôt et  traité les fonds concernant la Provence, les Cévennes et Alpes. []
  2. Voir l’article publié dans Les carnets de la phonothèque le 1er janvier 2018 https://phonotheque.hypotheses.org/23328 []
  3. Voir : The Voice of the Past : Oral History, Oxford University Press, 1978 []
  4. Écouter cette émission du 6 décembre 2015 sur France Inter https://www.franceinter.fr/emissions/les-savanturiers/les-savanturiers-06-decembre-2015 []
  5. Voir http://www.ensemblemescolanza.com/musiciens/julien-ferrando/ []
  6. Ce laboratoire associe  diverses disciplines scientifiques avec les arts, sur des questions liées à la perception et aux représentations des sons,des images et de la musique []
  7. Modélisation acoustique  de la chapelle pontificale du palais des Papes à Avignon []
  8. https://inpn.mnhn.fr/accueil/index []
  9. http://doc.cresson.grenoble.archi.fr/index.php?lvl=etagere_see&id=49 []
  10. http://doc.cresson.grenoble.archi.fr/index.php?lvl=notice_display&id=6192 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.