Un ingénieur qui rêvait de violons : le parcours professionnel d’un luthier fils de luthiers

Le luthier Nicolas Bonet à l’établi (Aix-en-Provence, juin 2018)

Nicolas Bonet est ingénieur depuis 2 ans lorsqu’il décide de devenir luthier. A 25 ans, en 2011, il débute sa formation à Milan. La relation qu’il entretient avec la lutherie est complexe. D’une part, c’est un métier  qui lui est familier puisque son père, Frédéric Bonet, et sa mère, Martine Aguila, sont tous deux luthiers.

1. La lutherie au berceau (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

D’autre part, Nicolas Bonet a pris de la distance avec la profession parentale durant sa scolarité. Excellent élève, il est automatiquement orienté par le système scolaire vers une « prépa » (Classe préparatoire aux grandes écoles) et sera admis à Caen dans une école d’ingénieur en informatique, cryptographie et sécurité des systèmes. A la fin de ses études, il trouve immédiatement un emploi à Paris dans une grande entreprise. Mais peu à peu, s’installe le doute.

2 . Changer de métier pour s’épanouir (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Après avoir hésité entre plusieurs métiers, il a soudain un déclic pour la lutherie.

3. Le déclic (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Atelier de lutherie Bonet, Aix-en-Provence, juin 2018

A l’annonce de son changement de cap professionnel, il perçoit chez ses parents à la fois de la complicité et une certaine inquiétude du fait qu’il abandonne une situation stable pour une profession qui l’est moins.

4. Annoncer la réorientation (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189) 

Pour apprendre la lutherie, Nicolas Bonet se renseigne sur les diverses écoles de lutherie existantes (Mirecourt, Newark, Mittenwald, Crémone…). Il explique son choix de l’école de Milan.

6. L’école de Milan (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Atelier de lutherie Bonet, Aix-en-Provence, juin 2018

En septembre, alors qu’il ne s’y attendait plus, l’école de lutherie le convoque pour un entretien en vue duquel il tente d’apprendre l’italien en 15 jours. Il est admis et dix jours après fait sa rentrée à l’école où il va étudier 4 ans (dont un stage d’un an dans un atelier) pour obtenir son diplôme.

7. La formation à Milan (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Il revient sur les étapes d’enseignement de la lutherie.

8. Commencer par affûter (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Atelier de lutherie Bonet, Aix-en-Provence, juin 2018

Il évoque la méthode de transmission du métier qui passe à la fois par le mimétisme et les explications.

9. Etape par étape (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Les rapports à la matière bois et au maniement des outils le confirment dans son intérêt pour la lutherie.

10. La découverte d’une passion (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Nicolas Bonet posant l’âme d’un violon, Aix-en-Provence, juin 2018

L’emploi du temps à l’école comprend 16h de pratique par semaine avec l’objectif de construire la 1e année un instrument « en blanc » (non vernis).

11. L’organisation de l’enseignement (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Au cours des années suivantes, il s’agit de fabriquer un alto, puis un violoncelle.

12. Les instruments fabriqués (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Il est pris comme stagiaire pendant un an dans l’atelier d’un luthier de Milan, Carlo Chiesa, chez qui il fabrique plusieurs instruments en blanc qu’il ne verra pas vernis.

13. Voir d’autres façons de faire (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Après divers stages chez des luthiers (en Galice, en France), il fait face à la difficulté de trouver de l’embauche dans un atelier de lutherie pour fabriquer des instruments. Il décide alors de se lancer en indépendant et s’installe dans l’atelier de son père à Aix-en-Provence.

14. Vivre de la fabrication ? (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Violon en construction de Nicolas Bonet, Aix-en-Provence, juin 2018

Il évoque, notamment dans le cadre de l’Aladfi, les rencontres informelles très intéressantes et conviviales où les luthiers échangent leurs idées et savoir-faire sur des thèmes donnés.

15-Des rencontres thématiques enrichissantes (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Il revient sur les nombreux paramètres qui font la qualité esthétique et acoustique d’un instrument et évoque sa propre expérience et sa pratique.

16-Comprendre le bois (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Pour faire sonner un instrument, les solutions reposent sur l’expérience empirique. Les réponses sont multiples.

Nicolas Bonet à l’établi, Aix-e,-Provence, juin 2018

17-Apprendre au quotidien (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Il dit ne pas regretter son choix de devenir luthier, un métier passionnant que beaucoup de luthiers continuent d’exercer d’ailleurs jusqu’à la fin de leur vie.

18-Un mauvais choix qui aiguille vers le bon choix (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Avec plusieurs de ses jeunes collègues, Nicolas Bonet représente un nouveau profil de « luthier fils de luthier ». Ce modèle de filiation professionnelle était très répandu chez les anciens luthiers jusqu’au milieu du XXe siècle où la lutherie fut menacée de disparition. Cette grave crise de l’après-guerre a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, le berceau de la lutherie française.
La renaissance de la lutherie intervient dans les années 1970 avec le plan Malraux-Landowski destiné à relancer les métiers de la musique. Le recrutement des « nouveaux luthiers » se fait dès lors sur d’autres bases que la filiation, l’origine mirecurtienne ou le genre (masculin). Sauf que quatre décennies après l’extinction des lignées de luthiers (à quelques exceptions près), la filiation à nouveau commence à jouer un rôle dans le choix du métier, même si les conditions d’orientation professionnelle ont complètement changé. L’affinité personnelle est déterminante aujourd’hui, alors qu’elle ne comptait pas vraiment dans le passé selon les témoignages des anciens luthiers.

Nicolas Bonet à l’établi, Aix-en-Provence, juin 2018

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants de ces nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Nicolas (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 6 juin 2018, Marseille.  Enregistrement numérique : 66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n° 5189.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers », 2012-2018.

Atelier de lutherie Bonet, Aix-en-Provence, juin 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.