Hommage à Jacques Tourrel

Jacques Tourrel aimait la musique, la musique chantée qui s’envole celle qui « tintinnabule », celle qui se chante en choeur et communique la complexité de la vie tout autant que sa joie. Il était aussi un collègue, qui a mis au service de tou.te.s son érudition et ses compétences avec une immense générosité.

Lorsque je suis arrivée à  l’UMR TELEMMe en 1995 1, Jacques semblait avoir toujours été là. Sans relâche devant son  Macintosh Classic2 , il transcrivait dans un alphabet phonétique international qui me semblait hiéroglyphique les enquêtes enregistrées pour les programmes des Atlas linguistiques de la France3, auquel était rattachée son équipe de recherche, le CREHOP, Centre de recherche et d’étude sur l’histoire orale et les parlers régionaux. Toujours discret et souriant, il apportait également à qui le demandait son soutien et son savoir des langues. Ainsi, il a traduit de  multiples publications scientifiques du laboratoire TELEMMe en langues italienne ou espagnole4 ou en langue anglaise, sa première langue d’étude5 – en particulier pour les ouvrages des Presses Universitaires de Provence dans la collection Le temps de l’histoire ; ou encore les articles du Monde Alpin et Rhôdanien avec qui le CREHOP – il faut citer ici Jean-Claude Bouvier ou Jean-Noël Pelen qui lui étaient proches  – collaborait régulièrement. Toujours généreux de son temps et de ses connaissances, il a également participé à l’élaboration de la liste des langues et dialectes de France qui a été publiée dans le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de bases de données en 20046. Méticuleux et rigoureux, il a aussi saisi de nombreuses discographies pour l’AFAS, comme cette discographie de Georges Brassens en 1999. Il est sans doute impossible de dresser la liste de tous les travaux auxquels il aura participé.

S’il n’aimait guère être auteur à la première personne7, il avait tout de même accepté, par gentillesse, de rédiger deux articles dans Sonorités. Bulletin de l’AFAS : le premier en 1999 sur la base Thesoc, le second, en 2000, – beaucoup plus personnel – sur un musicien estonien qu’il appréciait énormément, Arvo Part. Il avait chois la forme d’une introduction à une discographie qui, à sa relecture, me semble bien montrer tout à la fois ses qualités de recherchiste, sa connaissance d’Internet pourtant encore à ses prémisses, son amour de la musique et son style haut en couleur.

Ce sont sans doute les seuls articles qu’il aura signé et rédigé personnellement puisqu’il aura principalement participé à des oeuvres collectives. Le travail le plus important aura été celui qu’il aura réalisé pour les Atlas linguistiques de la France dans le cadre de ce qui était alors le GdR 009. Il a ainsi assuré la saisie de l’atlas de la Réunion ainsi que celle du volume 3 de l’atlas de la Normandie dirigé alors par Patrice Brasseur et de I’lle-de-France dirigé par  Marie-Rose Simoni8. Sa participation a été capitale bien sûr pour l’Atlas de Provence où il a travaillé avec Jean-Claude Bouvier et Claude Martel.

Jacques est décédé le 4 avril dans sa 77ème année dans son village de naissance en Ardèche qu’il aimait faire découvrir, Ribes. Il était passé récemment voir ses collègues de TELEMMe et de la médiathèque de la MMSH où il a travaillé jusqu’à sa retraite, il nous manque.

 

 

J’ai choisi de mettre en photographie à la une l’image qu’il avait sélectionné pour son profil Facebook, issu d’un spectacle de sa chorale lors des médiévales d’Aubenas, la seconde a été prise par un.e collègue de la bibliothèque à la médiathèque lors du  départ à la retraite de Danièle Bruchet en 2008 (lui-même était parti en 2006 mais il est souvent revenu pour partager différents moments de convivialité).

 

 

 

  1. Sur l’histoire de TELEMMe et avec elle celle du GdR 097 qui était le laboratoire antérieur, je vous renvoie vers : « Essai d’ego-histoire collective », Rives méditerranéennes, n°48, 2014. []
  2. Je crois bien que c’était la première fois que je voyais un Macintosh, j’avais jusqu’ici utilisé des machines IBM ou  Goupil. []
  3. Avec sa collègue, Christine Dotto, Jacques était entré au CNRS comme  ingénieur d’études au sein du GdR 009 et ensuite avait été intégré à l’UMR TELEMMe. En 1962 le CNRS avait en effet créé une « Commission des atlas linguistiques » qui avait pour mission «de susciter la mise en chantier d’atlas dans toutes les provinces de la France, et de coordonner ceux qui étaient encours de réalisation. Elle s’est maintenue sous diverses appellations : RCP. 160 jusqu’en 1977, GRECO 9 de 1977 à 1988 et enfin GdR 009. Elle a été dirigée tour à tour par Michel Lejeune, Mgr Gardette, Gaston Tuaillon (1973-1979), Jean-Claude Bouvier (jusqu’en 1984), et Jean Lanher, (jusqu’en 1989). Jean le Dû, de l’Université de Bretagne Occidentale, a été son dernier président. Une partie de cette histoire est racontée dans l’article : Jean-Claude Bouvier et Véronique Ginouvès, « Mémoire partagée avec Jean-Claude Bouvier », Rives méditerranéennes [En ligne], 48, 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 08 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/4667 ; DOI : 10.4000/rives.4667. []
  4. Pour rappel, il a traduit 4 articles dans l’ouvrage collectif dirigé par Gérard Chastagnaret : Crise espagnole et nouveau siècle en Méditerranée Politiques publiques et mutations structurelles des économies dans l’Europe méditerranéenne (fin XIXe-début XXe siècle), publié par la Casa de Velázquez en 2000. []
  5. Citons par exemple, parmi les auteurs qui lui auront été proches, Jean Norton Cru : Lettres du front et d’Amérique 1914-1919, édité par Marie-Françoise Attard-Maranchini éditées par Marie-Françoise Attard-Maraninchi et Roland Caty, en 2007 ou les résumés et certains extraits de l’ouvrage collectif Territoires européens du charbon: Des origines aux reconversions publié en 2006 par Xavier Daumalin, Sylvie Daviet et Philippe Mioche ou encore la traduction des résumés de l’ouvrage collectif dirigé par Gabriel Audisio en 2004 Prendre une ville au XVème siècle. []
  6. Cette liste de langues et dialectes est toujours utile,  dans l’ouvrage, se trouve page 109 à 115. []
  7. Pourtant, Jacques rédigeait souvent des pages volantes forme de journaux intimes dont il faisait parfois lire des extraits à ses proches, textes détaillant la vie quotidienne, proches de la musique qu’il aimait, presque hypnotiques. []
  8. Marie-Rose Simoni-Aurembou, a elle aussi contribué au développement de l’association des détenteurs d’archives sonores, orales et audiovisuelles – AFAS. []

Une réflexion sur « Hommage à Jacques Tourrel »

  1. Un grand merci, Véronique, pour cet hommage sincère et mérité à Jacques Tourrel. La disparition de Jacques que j’ai apprise tout récemment par un message de Telemme m’a fait beaucoup de peine. Je savais que depuis des années sa santé était mauvaise et qu’il se battait avec énergie et avec un certain succès contre les ravages du cancer ou plutôt des cancers successifs. Nous en avions parlé ensemble lors de la dernière conversation téléphonique que j’ai eue avec lui à la suite de la publication du 4ème volume de l’Atlas linguistique de Provence fin 2016 . J’étais émerveillé par son courage, sa confiance dans la vie, sa sérénité, son attention aux autres. Et je regrette de ne pas l’avoir revu ensuite. Jacques Tourrel, c’est toute une belle histoire commune que nous avons partagée, Claude Martel, Christine Dotto et moi, dans la vie du CREHOP, le fonctionnement du GDR CNRS des atlas lingustiques français, la réalisation de l’Atlas et plus tard bien sûr les activités de Telemme. D’abord collaborateur du lingusite Jacques Piolle, qui à Aix s’occupait des relations entre linguistique et informatique dans les années 1970, d’une façon très pionnière, Jacques Tourrrel a été ensuite intégré à notre équipe par le CNRS et il a collaboré activement à la grande entreprise de l’atlas, notamment en informatisant les données des trois premiers volumes, qui ont pu être ainsi intégrés à la base du Thesaurus occitan, et en commençant la saisie des données du 4ème. Mais ses activités ont dépassé de beaucoup le cadre de cet atlas. D’abord il a apporté son aide à plusieurs autres atlas linguistiques régionaux de France. Et il a participé à la réussite de colloques ou congrès organisés à Aix et à la publication d’actes de ces manifestations ou d’ouvrages scientifiques (le premier ayant été en 1974-75 ma propre thèse dont il avait entièrement ressaisi le texte pour l’éditeur…). Je garde, nous gardons tous, je crois, le souvenir d’un homme qui était très compétent, mais modeste, toujours disponible pour se lancer dans une nouvelle opération et pour rendre service, acharné au travail et très efficace, c’est sûr, mais surtout un homme d’une grande humanité placide, généreuse et communicative, avec qui il était agréable de travailler. C’est un ami très cher que nous avons perdu.
    Jean-Claude Bouvier,
    Professeur émérite, Dialectologue, Aix-Marseille Université

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.