Tailler du volume et sculpter dans la masse : le parcours d’un fils de luthier entre carrosserie et lutherie

Le luthier César Sakellarides, Marseille, juil. 2018 (photo Maïa Hawad)

César Sakellarides est aspirant compagnon carrossier lorsqu’il décide à 22 ans en 2014 de se réorienter vers la lutherie, une profession qu’il connaît bien car il s’agit du métier de son père, le luthier marseillais André Sakellarides.

  1. Grandir dans un atelier de lutherie (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Atelier Sakellarides à Marseille

A 17 ans, il décide de partir chez les Compagnons pour devenir carrossier. Il fait son apprentissage en alternance pendant deux ans à Marseille tout en étant à l’école à Lyon. Après l’obtention de son CAP de carrossier, il a l’opportunité d’apprendre à fabriquer des prototypes de véhicule chez un Compagnon.

2. Tailler du volume et sculpter dans la masse (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Ce métier de modelage artisanal lui plaît beaucoup mais il est en train de disparaître, supplanté par les techniques informatiques et les imprimantes 3D. Après avoir travaillé, pour un projet à durée déterminée, dans une entreprise toulousaine de prototypes de motos (Boxer Design), puis dans un établissement qui réalise en série des pièces de carbone, César Sakellarides craint la routine. Il songe alors à devenir luthier.

3. Pourquoi pas devenir luthier? (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Atelier Sakellarides à Marseille

Il taille ses premiers violons dans l’atelier de son père qui lui apprend les différentes étapes de fabrication. Il est admis à l’Ecole anglaise de lutherie de Newark-on-Trent dans le Nottinghamshire au centre de l’Angleterre.

4. L’école de Newark (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

César Sakellarides décrit son apprentissage et l’intérêt de connaître différentes techniques de lutherie pour enrichir sa pratique du métier dans l’esprit du compagnonnage.

5. Dans l’esprit du compagnonnage (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

César Sakellarides à l’établi, Marseille, 2018

Après 3 ans à l’école de Newark, il parfait sa formation en faisant des stages dans différents ateliers de lutherie, notamment en Crête chez Antonis Verikakis, à Paris chez Francesco Coquoz, à Londres chez Florian Léonhard,  à Angers chez François Denis… Ou encore chez Joël Klépal à Paris dont  il détaille l’apport important pour sa formation au niveau par exemple de la précision des gestes et du respect des mesures pour le montage des instruments.

6. Multiplier les expériences (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

César Sakellarides décrit ses modèles préférés d’instruments, se disant inspiré par la lutherie « sauvage ».

7. Les Vénitiens et les autres (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

César Sakellarides à l’établi, Marseille, 2018

Il fait actuellement de la fabrication et peu de réparation. Il mentionne l’expérience intéressante de fabriquer un instrument à 4 mains.
Sur les compétences à acquérir pour identifier les instruments anciens, il a l’avantage d’avoir entendu depuis l’enfance les noms des luthiers historiques. Mais voir directement les instruments pour apprendre à les distinguer est nécessaire.

8. Voir les instruments de près (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Atelier de lutherie Sakellarides, Marseille, 2018

Les deux associations professionnelles (parmi elles, l’ALADFI) dont il est membre lui permettent d’avoir des échanges professionnels très stimulants. César Sakellarides trouve beaucoup d’attrait au métier de luthier grâce à la variété des opérations de fabrication, à la sonorité de l’instrument, à l’étape du vernissage…

9. Un métier attrayant (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

A l’école, il a appris comment fabriquer le vernis théoriquement mais pratiquement. Pour l’élaboration de son vernis, il a bénéficié des recherches menées par son père et différents autres luthiers, en mixant à sa façon les diverses techniques.

10-Cuisiner un vernis (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Finalement, ce jeune luthier montre de l’enthousiasme pour la plupart des étapes de fabrication des instruments et dit à quel point une opération comme le vernissage lui permet de « rentrer dans le violon » :
11. « Rentrer dans le violon » (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Rabotage de la touche. César Sakellarides à l’établi, Marseille, 2018

Son métier le séduit si bien qu’il n’a pas vraiment l’impression de travailler. A 26 ans, il a fait 24 instruments dont 18 violons. Dans l’atelier familial, l’ambiance est bonne.
12. Travailler avec son père (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Il aime beaucoup la relation aux musiciens. C’est une épreuve de vérité pour l’instrument.
13. Relation avec les musiciens (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

A l’école, il a suivi un enseignement de restauration qui lui a plu. Mais pour la restauration de haut niveau, il faut continuer à apprendre.

14. Apprendre la restauration (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Rabotage de la touche. Etabli de César Sakellarides, Marseille, juin 2018

Au sujet du milieu professionnel, vu le contexte de concurrence, il craint que le métier connaisse à nouveau une période de fermeture qui fera régresser la lutherie.

15. Le spectre de la fermeture (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Avec plusieurs de ses jeunes collègues, César Sakellarides représente un nouveau profil de « luthier fils de luthier ». Ce modèle de filiation professionnelle était très répandu chez les anciens luthiers jusqu’au milieu du XXe siècle où la lutherie fut menacée de disparition. Cette grave crise de l’après-guerre a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, le berceau de la lutherie française.
La renaissance de la lutherie interviendra dans les années 1970 avec le plan Malraux-Landowski destiné à relancer les métiers de la musique. Le recrutement des « nouveaux luthiers » se fait dès lors sur d’autres bases que la filiation, l’origine mirecurtienne ou le genre (masculin). Sauf que quatre décennies après l’extinction des lignées de luthiers (à quelques exceptions près), la filiation à nouveau commence à jouer un rôle dans le choix du métier, même si les conditions d’orientation professionnelle ont complètement changé. L’affinité personnelle est déterminante aujourd’hui, alors qu’elle ne comptait pas vraiment dans le passé selon les témoignages des anciens luthiers.

Le luthier César Sakellarides et la facétieuse musicienne de Los Angeles Kelsey Lu, violoncelliste, chanteuse, actrice, qui s’est immiscée dans la photo (cliché Maïa Hawad, Marseille, juillet 2018)

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants de ces nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Sakellarides, César (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 26 juin 2018, Marseille.  Enregistrement numérique : 35 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n° 5641.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad ; Maïa Hawad pour les portraits (1e et avant-dernière photos). Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers », 2012-2018.

Affûtage. César Sakellarides à l’établi, Marseille, juin 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.