Expériences et actualités en direct du Cines : retour sur la journée utilisateurs du 21 septembre 2018

La sixième édition de la journée utilisateurs PAC (Plateforme d’Archivage au CINES) s’est tenue au Cines  à Montpellier le 21 septembre. Deux grands axes y étaient développés : les questions et actualités relatives à l’archivage sur le long terme et  le retour d’expérience des utilisateurs.

Avant de revenir sur ce qui s’est dit durant cette journée, il nous semble important de souligner qu’un débat reste ouvert, à savoir que recouvre exactement le terme d’archivage numérique pérenne ? Peut-on aujourd’hui réellement employer ce terme de « pérenne » et ne serait-il pas plus prudent de parler d’archivage sur le très long terme ? Quoiqu’il en soit,  tout le monde s’accorde sur un fait : l’archivage numérique mis en place par le Cines ne correspond pas à une simple sauvegarde. En effet, il ne s’agit pas seulement de préserver le code binaire d’un fichier mais d’archiver des documents sur a minima 30 ans. Les trois objectifs de cet archivage sont les suivants : la conservation du document, son accessibilité et la préservation de son intelligibilité. Pour ce faire, il faut mettre en œuvre des solutions pour lutter contre les menaces qui inéluctablement entament un fichier tout au long de sa vie. L’équipe du Cines a mis au point des stratégies de défense sur quatre fronts touchant aux principaux risques :

  •  Contre l’obsolescence matérielle : conservation de copies multiples des documents archivés, en diversifiant les supports d’archivage et en les renouvelant périodiquement.
  • Contre l’obsolescence logicielle : mise en place de dispositifs d’alerte de type veille technologique et économique.  En cas d’obsolescence avérée, possibilité de recréer l’environnement d’un logiciel, au moyen de l’émulation (comme cela se fait pour les anciens jeux vidéo).
  •  Contre l’obsolescence du format de fichier : choix de formats durables, c’est-à-dire un format publié dont les spécifications internes soient librement accessibles. Ils peuvent être vérifiés sur l’outil en ligne de validation du Cines  Facile.
  •  Contre la perte de la signification du contenu : les métadonnées, à savoir les “données sur les données”, qui représentent toute l’information sur le document, pour en assurer l’intelligibilité dans le futur.

A partir de ces problématiques, le Cines effectue un travail continu de recherche et de développement.

Ainsi, l’équipe a présenté la version 3 de PAC et ses avantages : la possibilité d’avoir plus de volumétrie, l’ajout de nouveaux traitements des données, la modulation de services (une durée de conservation variable, une ouverture à certains formats).

Par ailleurs, un focus a été fait sur la solution logicielle du Programme interministériel archivage numérique Vitam (Valeurs Immatérielles Transmises aux Archives pour Mémoire) qui est en POC (Proof of concept) actuellement. Si cette période de test se  révèle concluante, une migration vers cette solution logicielle pourrait se faire, d’autant plus que les Archives de France travaillent déjà sous Vitam.

Après ces actualités et un déjeuner en plein air, un contact physique avec la puissance informatique du centre s’imposait.

Une visite dans les bâtiments ultra-sécurisés du centre avait été prévue et a permis de se confronter à la matérialité de l’hébergement de plateformes d’envergure nationale, du supercalculateur OCCIGEN pour le HPC (Calcul Haute performance) et les infrastructures d’archivage pérenne.

Super calculateur OCCIGEN

La suite de l’après-midi était consacrée aux retours d’expérience et la parole a été donnée à deux membres de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives). Sur prescription de l’état, l’INRAP doit archiver tous les rapports d’opération effectués lors des missions de fouilles. Chaque rapport a une notice sur Dolia (base de données de l’INRAP) et l’archivage s’effectue en format PDF. Ce retour d’expérience nous a encore alertés sur l’importance du format (stabilité, éligibilité) et sur les métadonnées (pour les« diagnostics négatifs » il n’existe pas de mot-clé, or ils sont obligatoires pour le versement). En effet, lors du premier versement au Cines, 65% des fichiers et métadonnées ne correspondaient pas à ces exigences . Le travail est long avant de pourvoir intégrer toute la  chaîne du versement et des formations sont nécessaires à ceux qui produisent les documents, comme les infographes de l’INRAP.

La phonothèque, quant à elle, a souligné l’importance de la collaboration avec Huma-Num et son soutien dans le processus d’archivage sur le long terme et a aussi soulevé des questions concrètes sur le traitement des fonds mixtes, sur la récupération des identifiants ARK – Archival Resource Key1 pour la base de données de la phonothèque et sur les dépôts effectués sur Nakala et MédiHAL et leur intégration au Cines.

Enfin, l’équipe d’Archéovision qui expérimente les technologies 3D et accompagne les porteurs de projets en Sciences Humaines et Sociales a présenté les données traitées et leur complexité : nuages de points 3D, modélisations géométriques… et l’importance de la définition d’un format adéquat. Archéovision a développé l’application web Archeogrid destinée à archiver et diffuser des données numériques iconographiques de la recherche. L’équipe est en train de tester un format qui leur permettra de verser leurs données au Cines.

Cette sixième rencontre, riche en informations et problématiques, nous interpelle sur l’importance de la veille sur le processus d’archivage sur le très long terme et sur la collaboration nécessaire afin de relever les défis numériques en cours et à venir.

Image à la une : Stuart Strachan, Senior Archivist, National Archives,examines files from the Prime Minister’s Department (1980)

Super calculateur : Crédits photographiques : Cines

Matteo Cialone, Hélène Giudicissi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. ARK – Archival Resource Key, est un système d’identifiants mis en place par la California Digital Library (CDL), et qui a vocation à identifier des objets de manière pérenne. Il peut s’agir d’objets de tous types, physiques (table, livre), numériques (livre numérisé…) ou même immatériels (concepts). Pour en savoir plus, consultez les pages professionnelles de la BnF à ce sujet. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.