Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Le luthier Hubert Dufour dans son atelier à Rians, juin 2018

Hubert Dufour vient de passer son baccalauréat lorsqu’il envisage de devenir luthier. Il a 18 ans. Mais dans les années 1970, la formation à l’Ecole  nationale de lutherie de Mirecourt est réservée aux moins de 15 ans. Après des études universitaires, Hubert Dufour décide de se former à la lutherie hors des cadres établis. Il s’installe à Dijon en 1976  comme facteur d’épinettes et de vièles à roue. Dix ans après, il établira son atelier de « vièles et violes » en Provence. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais d’abord par goût de la musique.

Le goût de faire des violons (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

 

Atelier du luthier Hubert Dufour, Rians, juin 2018

 En 1972, c’est  un article de presse sur la récente Ecole de lutherie de Mirecourt qui l’a orienté vers la lutherie. Il rend visite au luthier de Dijon, Albert Claudot, pour se renseigner sur ce métier.

Comment apprendre la lutherie (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Trouver des possibilités d’apprentissage de la lutherie à cette période s’avère très compliqué. Il suit alors des études de sciences naturelles et de biologie durant trois ans à l’université.

Atelier de Hubert Dufour (Rians, juin 2018)

Cependant, sa découverte de la musique folk, son attrait pour les instruments familiaux anciens, et enfin son intérêt pour les chansons en « patois » vont raviver son désir de lutherie.

Découverte de la musique folk (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Il commence à construire des épinettes et décide finalement de quitter l’université pour se former pendant six mois chez un ébéniste où il rencontre sa compagne, Fanette, qui comme lui a fait des études universitaires (en histoire) avant de se reconvertir dans l’artisanat du bois.

Le stage d’ébénisterie (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Atelier de Hubert Dufour (Rians, juin 2018)

Il installe son atelier en commençant par fabriquer des épinettes, puis des vièles à roue. En tant qu’autodidacte, il dit à quel point sa formation n’a été rendue possible que grâce à la solidarité du monde du folk où l’entraide et les échanges fonctionnaient bien.

L’entraide dans le monde du folk (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Le luthier Hubert Dufour montrant une basse de viole (Rians, juin 2018)

Après 10 ans de vièles à roue, il se spécialise dans les instruments baroques, une étape importante dans son parcours professionnel. Il va régulièrement montrer ses instruments aux luthiers Albert et Pierre Claudot de Dijon, avec parfois des réactions rudes inspirées de la tradition des ateliers mirecurtiens.

Ouvert comme une huitre (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

En 1979, Hubert Dufour s’installe dans le sud de la France et ouvre un atelier à Rians où il s’occupe surtout de violes de gambe.

Atelier de Hubert Dufour, Rians, juin 2018

Dans son parcours de luthier, une étape supplémentaire est franchie avec la musique médiévale et les recherches interdisciplinaires qu’elle suscite. Hubert Dufour dit à quel point ce travail – mené avec des historiens de la musique, des luthiers et des musiciens – le passionne.

La découverte de la musique médiévale (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Vièles et fioles des vieillards de l’Apocalypse (cathédrale de Chartres, catalogue d’H. Dufour)

Il décrit sa participation à un projet de reconstitution d’instruments anciens à partir des rares matériaux de recherche disponibles (iconographie, statuaire).

Atelier de Hubert Dufour, Rians, juin 2018

Il a fait quelques instruments classiques à cordes frottées, mais ce n’est pas sa spécialité. Il évoque avec chaleur les voix du violoncelle et de la basse de viole dont il aime la tessiture.

La voix des instruments  (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Il décrit les modèles d’instruments qu’il met en oeuvre pour les violes de gambe et les vièles médiévales.

Les modèles (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

La construction des instruments anciens se déduit des sculptures et d’une iconographie parfois fantaisistes. Il réalise différents prototypes.

Une fabrication déduite des sculptures (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Hubert Dufour dans son atelier, Rians, juin 2018

Il évoque la difficulté des musiciens à  jouer de ces instruments. Sur ce plan, la comparaison avec certains instruments traditionnels est souvent utile.

Instruments apparentés (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Hubert Dufour revient sur l’esprit d’entraide qui a caractérisé les mouvements du folk et plus tard du baroque.

Une très bonne ambiance  (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Etabli de Hubert Dufour (Rians, juin 2018)

Au final, la formation des luthiers aboutit au même résultat quel que soit le chemin emprunté.

Autodidacte (Hubert Dufour, extrait de l’enquête n°5342)

L’intérêt de ce type de métier est d’offrir des choses nouvelles à apprendre toute la vie. Il présente plusieurs instruments qui sont dans son atelier. Les têtes de vièles sont sculptées par Fanette.

En quelques coups de compas (Hubert Dufour, extrait de l’enquête n° 5342)

Construire ces instruments (qui n’ont pas d' »âme » reliant le fond et la table, au contraire des instruments du quatuor classique) nécessite déductions, essais et tâtonnements.

Le moine Théophile ne disait pas tout (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Il y a peu de certitudes concernant ces instruments et leurs répertoires. Il ont en commun certains traits caractéristiques (forme en olive, creux, nervures du dos, etc).

Hubert Dufour présentant un instrument, Rians, juin 2018

Science fiction du passé (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Hubert Dufour énumère les bois variés qu’il utilise en fonction des instruments.

Une viole toute en acajou (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

L’établi du luthier Hubert Dufour, Rians, juin 2018
Canif ancien ayant appartenu au luthier de Marseille, Denis Granier

Au sujet de la formation en lutherie, il revient sur les années 1970, quand il cherchait un apprentissage. C’était très difficile, il ne restait que 33 ateliers en France dont très peu prenaient des apprentis.

Il décrit les recherches et les expériences de reconstitution d’instruments de musique à partir de bas-reliefs représentant les 24 vieillards de l’apocalypse tenant vièles et fioles de parfum.

Vièles et fioles de parfum (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Vièle (dans la statuaire de l’Apocalypse à CHartres) reproduite et mise en scène par Hubert Dufour (coll. H. Dufour)

Il évoque la création de l’UNFI, une association professionnelle (créée officiellement en 1982) regroupant les facteurs d’instruments « qui ne faisaient pas de violon ».

UNFI, l’esprit du partage (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

L’UNFI est une initiative qui a germé du Festival de Saint-Chartier, né pour préserver le folklore régional puis investi par le monde international du folk.

Le luthier Hubert Dufour, Rians, juin 2018

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Dufour, Hubert (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 28 juin 2018, Rians.  Enregistrement numérique : 61 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n° 26520 .

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers », 2012-2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.