Obtenir la médaille d’or du concours international de lutherie de Crémone

Le luthier Nicolas Bonet à l’établi (Aix-en-Provence, juin 2018)

Dans un premier entretien daté de juin 2018, Nicolas Bonet luthier à Aix-en-Provence, a expliqué son parcours professionnel et son choix délibéré de changer de métier, devenant luthier après avoir été ingénieur. Le 26 septembre 2018, il a obtenu une récompense prestigieuse, la médaille d’or du concours international de lutherie de Crémone. Ce nouvel entretien, très bref, porte sur cet événement particulier qui marque une étape décisive dans le parcours talentueux de ce jeune luthier.

Atelier Bonet, Aix-en-Provence, 2018

Nicolas Bonet décrit l’organisation et les enjeux du concours

Le concours international de Crémone (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5343)

Il apprend qu’il fait partie des finalistes mais ne sait pas dans quelle catégorie de prix. Il raconte l’heureuse surprise d’être le lauréat retenu pour la médaille d’or qui représente la plus haute des distinctions.

La médaille d’or (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5343)

Il évoque ensuite le modèle qu’il a choisi, un Stradivarius comme la majorité des candidats. Pour lui, il s’agit du violon connu sous le nom de The Sleeping Beauty ou en allemand Dornröschen (1704). Pour le fabriquer, il est parti des planches des moules originaux de Stradivarius publiées dans l’ouvrage du luthier François Denis, Le traité de lutherie.

Le choix du modèle (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5343)

Nicolas Bonet a développé des options stylistiques particulières, une touche originale qui à son avis a peut-être joué dans l’attribution de ce prix à son violon.  Il décrit les espaces de liberté du luthier pour affirmer son style dans la fabrication d’un instrument.

 Les espaces de personnalisation (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5343)

Dans sa formation à Milan, les questions de style ont été abordées dès la 1e année.

La question du style (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5343)

Il évoque les instruments qui l’ont personnellement inspiré.

Les sources d’inspiration (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5343)

Atelier Bonet, Aix-en-Provence, juin 2018

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants de ces nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Nicolas (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 2 octobre 2018, Aix-en-Provence.  Enregistrement numérique : 12 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°5343 .

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad ; Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers », 2012-2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.