Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

En 1956, l’association Alpes de Lumière lance l’opération “Bories” pour recenser les constructions en pierre sèche des Alpes-de-Haute-Provence. La réalisation de fiches est une pratique centrale dans le travail scientifique de Pierre Martel pour la connaissance et la valorisation du territoire bas-alpin.

Dès ses débuts, le volet “inventaire” d’Alpes de Lumière fut central à son action patrimoniale. L’objectif était alors de conserver, étudier mais aussi valoriser la culture de la Haute-Provence et impulser une renaissance de ce territoire rural, fortement touché par la désertification des campagnes. Inventorier est un moyen de servir cet objectif de valorisation du territoire. De plus, ficher était une préoccupation constante de Pierre Martel qui avait pour habitude de documenter chacune de ses découvertes.

Fiche rédigée par Pierre Martel, archives du Musée de Salagon

La fiche est un moyen de documenter de manière précise les collections d’objets de l’association mais aussi un procédé d’organisation de la connaissance. Cette pratique routinière est forte intéressante à étudier dans une démarche d’étude de la matérialisation du savoir, comme l’a fait Jean-François Bert dans son ouvrage Comment pense un savant ? qui porte sur la collection de cartes à jouer annotées du physicien Georges-Louis Le Sage, ainsi que dans son Histoire de la fiche érudite parue en 2017.

Les bories (type de cabanes en pierres sèches) de Haute-Provence sont les cousines des capitelles de la Basse-Provence et du Gard, des cases de l’Auvergne, des trulli des pouilles ou des nuraghes de Sardaigne1. La technique de la construction en pierre sèche et la sauvegarde du patrimoine architectural du territoire sont des sujets chers à l’association2 qui organisa, le 24 août 1956, un congrès d’étude régionale, le 4e d’Alpes de Lumière, portant sur les cabanons pointus ou bories. Le débat, animé par l’historien Jean Barruol et Fernand Fabre, maire de Murs,  a conclu à la constatation d’une nécessité : inventorier méthodiquement les bories afin de combler une documentation éparse. C’est ainsi que l’association lança  après cet événement “une vaste campagne pour l’étude et le sauvetage de ces petits monuments3 ”.

En novembre 1956, Pierre Martel publie dans la revue Les Alpes de Lumière une invitation aux lecteurs à participer à l’inventaire de ces bories en contribuant par une fiche descriptive, des photos ou autres documents descriptifs sur les constructions présentes dans leurs communes. L’ambition de l’association est de construire un fichier répertoriant les monuments afin de réaliser des publications et d’organiser leur sauvegarde et leur valorisation. Les membres de l’association sont ensuite contactés pour collaborer et partager leurs premiers résultats lors d’une journée d’étude, les maires sont aussi invités à faire le signalement de monuments sur leur commune.

La campagne est racontée en 1985 par Pierre Martel à Mathilde Jossot, alors employée d’Alpes de Lumière :

Dans le même numéro paraît un article de l’historien Jean Barruol intitulé “L’histoire sociale et les cabanes en pierres4”.  Il met en avant l’intérêt de l’étude des cabanes en pierre sèche, à la fois profitable pour mieux appréhender l’histoire régionale mais plus largement une histoire de l’architecture. Les édifices en matériaux nobles (église, maison de notable, châteaux) restent des traces visibles de l’Histoire : quand ils ne tiennent plus debout, les archives renseignent sur leur construction, achat, vente. A contrario, les cabanons et autres constructions en pierres sèches écroulées sont inapparents, autant sur le terrain que dans les archives. L’historien voit ainsi dans les restes d’habitations en pierre sèche une documentation unique pour l’histoire de l’habitat, de la ruralité et de la condition paysanne en Europe.

En 2018 l’art de la construction en pierre sèche est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel. Cette inscription s’applique aux savoir-faire et techniques de construction d’ouvrages en pierre sèche en France, mais aussi en Croatie, à Chypre, en Grèce, en Italie, Slovénie, en Espagne et en Suisse. Cette même année, le Musée de Salagon a réalisé quatre fiches pour la campagne de l’Inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel sur les usages sociaux du végétal dans le territoire des Alpes-de-Haute-Provence, poursuivant ainsi le projet de “mise en fiche” du patrimoine de la Haute-Provence amorcé par l’association Alpes de Lumière.

Crédits images : Boites de fiche du fonds Pierre Martel, Musée de Salagon, photographe Jean-Michel D’Agruma, département des Alpes-de-Haute-Provence. Fiche descriptive d’un boulin, Pierre Martel, collections du Musée de Salagon.

Article rédigé par Lisa Haustrate, stagiaire à la phonothèque dans le cadre d’une convention avec le Musée de Salagon, avec la contribution d’Antonin Chabert, responsable de l’unité scientifique du Musée de Salagon.

 

  1. Pierre Martel, “Lancement de l’opération “Bories””, dans Les Alpes de Lumière, No 7, novembre 1956, p. 11-12. []
  2. Alpes de Lumière organise encore à ce jour des stages d’initiation à la construction en pierre sèche ainsi que des chantiers bénévoles de restauration d’édifices en pierre sèche. []
  3. Pierre Martel, op. cit., p. 11 []
  4. Jean Barruol, “L’histoire sociale et les cabanes en pierres”, dans Les Alpes de lumière, No 7, novembre 1956, pp. 14-15 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.