Qui parle français à qui et quand : que dire des usages au Liban en 2019 ? (Beyrouth, 27 mai)

On aura reconnu le célèbre titre du sociolinguiste Fishman [Who Speaks What Language to Whom and When?] dans l’intitulé choisi pour cette journée, qui s’articule au séminaire LanĠ(u)āGeS : les langues à Beyrouth, organisé depuis 2017 par l’Université Libanaise et l’Ifpo. La journée prend place dans le cadre du projet Les français parlés au Liban.  Étude préliminaire : le cas de Beyrouth, financé par l’AUF1, et mené conjointement par l’Université Libanaise – Centre des Sciences du Langage et de la Communication, le laboratoire ICAR2, l’Ifpo – Institut français du Proche-Orient et l’USJ – CEMAM3.

Les usages du français au Liban sont une réalité qu’il est difficile de nier, mais aussi difficile d’évaluer. Ainsi quand certains annoncent que “Au Liban, le français résiste face à l’anglais”4, d’autres parlent de déclin5. La journée “Qui parle français à qui et quand ? : que dire des usages du français au Liban en 2019” n’entend pas retracer l’histoire et les enjeux idéologiques de la présence du français au Liban6. Elle s’attache plutôt à présenter des études de terrains et l’examen de situations et de pratiques où s’observent au jour le jour, dans la vie professionnelle ou dans la vie privée, des usages du français, seul ou en alternance avec d’autres langues. En fait, nous voudrions parler des français au Liban plutôt que du français au Liban ou encore du français du Liban, dans une conception ouverte et non normative, qui permette de brosser un tableau nuancé et adapté à la variété et à la richesse des pratiques langagières libanaises. La journée cherche à dresser un panorama des recherches qui se mènent sur cette question. Elle s’ouvre également sur les représentations, que ce soit les représentations ordinaires que les locuteurs ont des usages ou les représentations élaborées des fictions. Enfin, par son ancrage dans la description des pratiques, elle met l’accent sur l’importance de la documentation des usages (corpus, documents écrits ou sonores, archives).

Programme

 

9h45-10h : Introduction de la journée

10h-10h40

Rachida Dumas (Attachée de Coopération éducative, directrice du département langue française de l’Institut français du Liban) Panorama actuel des enseignements de et en français dans le cadre scolaire au Liban

10h45-11h15

Sonia Messai-Farkh (Université Libanaise, Université d’Artois) Faut-il parler français pour enseigner les mathématiques en français dans les écoles libanaises ?

11h20-11h50

Oula Wehbe (Université Libanaise) La multimodalité au service de l’enseignement du français au Liban, atouts  et limites

11h55-12h25

Ziad  Mikati (Université Libanaise) sur un outil d’enseignement et d’évaluation du français : La conception d’un outil d’évaluation des compétences linguistiques axé sur l’approche micro-systémique

12h25 – 13h30 Pause

13h30-14h10

Wafa Berry (Présidente  du Centre de recherche et d’Etudes en Sciences Humaines, CRESH) Français et Francophonie au sud du Liban, Casa  Bint Jbeil

14h15-14h45

Gloria El-Hajj (Université Lumière Lyon 2) Les français parlés au Liban: Variétés et phénomènes

14h50-15h20

Véronique Ginouvès (USR 3125 Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) Ces voix qui nous viennent du passé » : réutiliser les archives sonores en langue française enregistrées au Liban par des chercheurs en sciences humaines et sociales

15h25-16h00

Ali Kazwini-Housseini (Doyen de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Islamique du Liban) Qu’en est-il des norme(s), usages et représentations de(s) français du/au Liban ?

Synthèse de la journée.

Rédaction du texte en préambule, organisation et contacts : Loubna Dimachki, Université Libanaise <loubna.dimachki at gmail.com> et Véronique Traverso, Ifpo, <v.traverso at ifporient.org>

Langue : Journée d’étude en langue française

Lieu : Rectorat de l’Université Libanaise (Badaro, Mathaf)

Programme sur le site de l’Ifpo : http://www.ifporient.org/journee-detude-27-05-19

Horaires : 9h45-16h

Entrée libre.

 

  1. Agence universitaire de la Francophonie – Direction régionale Moyen-Orient : https://www.auf.org/moyen-orient. []
  2. Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations, Lyon. []
  3. Le centre d’études pour le Monde Arabe Moderne est faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, Liban. []
  4. France 24, 23/03/2017, à lire en ligne : https://www.france24.com/fr/20170322-francophonie-liban-francais-anglais-arabe-langue-video : À l’occasion de la journée internationale de la francophonie le 21 mars, le secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, Jean-Marie Le Guen, était en visite au Liban. Au micro de France 24, il s’est félcité de la pratique “vivante” du français dans le pays où les termes en arabe, en anglais et en français se mêlent souvent dans la même phrase. Au Liban, la langue officielle est l’arabe et la francophonie passe souvent par l’école : les écoles publiques peuvent en effet choisir de dispenser les cours de maths et de sciences soit en français, soit en anglais. 61 % des établissements choisissent le français ; ils étaient 65 % il y a quinze ans. []
  5. Cf “Salon du livre de Beyrouth : lutter contre le déclin du français au Liban” RTBF, 02/11/2011, lire en ligne. []
  6. Comme le fait par exemple Mona Makki dans son article « La langue française au Liban : langue de division, langue de consensus ? », Hérodote, 2007/3 (n° 126), p. 161-167. DOI : 10.3917/her.126.0161. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2007-3-page-161.htm []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.