Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

Le luthier Florian Deneuville à l’établi (Aix-en-Provence, mai 2019)

Florian Deneuville découvre la guitare et la musique à 7 ans en 1995, suite à un drame familial, la perte de son père. Il débute la guitare classique à l’école de musique du village de Lamanon. Il fera de cet instrument et de son goût pour le travail du bois une passion et un métier.

La passion de la guitare (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Pour se familiariser avec la construction des guitares, il commence à en démonter et désosser certaines, avec un matériel rudimentaire.

Chirurgien de guitares (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Alors qu’il est au lycée, il constate que son idée de devenir luthier de guitares est difficile à réaliser dans le contexte artisanal français. Il évoque la difficulté de trouver un maître d’apprentissage.

Un métier difficile d’accès (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Après avoir passé le baccalauréat et cherché sa voie à l’université, il s’oriente rapidement vers un CAP de menuiserie et d’ébénisterie d’art qu’il obtient en tant que candidat libre, tout en travaillant chez un menuisier à Salon de Provence. Une fois réunis les moyens financiers nécessaires, il décide de se former à la lutherie de guitare dans une école privée du Michigan aux Etats-Unis. En 2009, à 21 ans, il rejoint la Galloup School of Guitar Building and Repair.

Le choix de l’école (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

L’apprentissage se fait par une véritable  immersion dans la pratique avec une forme de compétition à l’excellence.

La transmission (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

La concentration intense sur les activités de lutherie est favorisée par le logement des élèves au coeur de la nature.

On vivait lutherie, on mangeait lutherie, on dormait lutherie (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Il reste à la Galloup School pendant les 2 ans nécessaires pour obtenir le master de lutherie. L’école est mixte, mais il n’y a que des garçons dans sa promotion. D’une manière générale les filles formées à la lutherie de guitare sont minoritaires, même si certaines comme Maegan Wells ont percé aux Etats-Unis.

Peu de filles (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Les élèves arrivent avec des formations préalables très variées et n’ont pas forcément les mêmes attentes.

Disparité des élèves (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Florian Deneuville décrit les conditions matérielles de l’apprentissage et son encadrement humain avec 3 instructeurs pour 8 élèves.

Huit élèves et un grand atelier (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Il évoque la manière particulière d’expliquer et de transmettre les gestes efficaces sans jamais les montrer.

Expliquer sans montrer (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Il précise les étapes progressives de l’apprentissage dans la  fabrication des instruments, de la guitare électrique à la guitare de jazz, jusqu’au diplôme final qu’il obtient en 2011.

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Le diplôme délivré par l’école américaine de lutherie ne permet pas d’avoir une équivalence en France, compliquant la situation.

Une reconnaissance au forceps (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Après l’ébauche d’un projet d’installation en Bretagne, Florian Deneuville choisit finalement de s’établir dans le sud de la France, d’abord à Gardanne en 2011,  et à Aix en Provence en 2017 où il prend la succession du luthier Gilles Mercier. Pendant un an, il conserve les deux ateliers. Pour s’inscrire à la chambre de commerce, il doit combiner ses spécialités validées en France par un CAP en les associant à ses compétences de luthier acquises aux Etats-Unis. Il n’y a pas de convention collective pour les luthiers de guitare.

Menuisier/ébéniste/luthier (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Il passe 7 ans à Gardanne dans l’ancienne Tuilerie Bossy, un espace de travail qui regroupe différents artisans d’art. C’est un lieu créatif intéressant de partages et d’échanges. Mais ses débuts en tant que luthier sont difficiles ; il ne fait que du neuf et offre certaines de ses guitares à des musiciens pour faire connaître son travail.

Comment partir de zéro (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier magasin de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Il évoque la touche personnelle que chaque luthier apporte à ses instruments au niveau de la forme et du son.

Chaque luthier a un son (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Il fabrique tous types de guitares avec une inclinaison personnelle pour les guitares de jazz et de  folk.

Guitares de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Les outils qu’il utilise sont communs en partie à ceux des luthiers du quatuor, mais certains sont spécifiques.

Limes à fret et autres outils (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Il existe des groupes professionnels et un syndicat français des luthiers de guitare auxquels Florian Deneuville n’est pas affilié. Il dit apprécier une certaine solitude dans son métier et, au contraire de la tendance actuelle en lutherie du quatuor, la mise en commun des savoirs lui semble susceptible d’émousser sa créativité.

Ne pas brouiller la créativité (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Il existe des fournisseurs de bois de lutherie. Il décrit les essences variées utilisées en lutherie de guitare, avec l’épicéa et le cèdre comme bois de référence.

Le bois de lutherie (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

 
Atelier magasin de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)
Guillaume Florin, apprenti de l’atelier Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Deneuville, Florian (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 7 mai 2019, Aix-en-Provence.  Enregistrement numérique : 37 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°5344 .

Crédits photographiques : Hélène Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les “nouveaux luthiers”, 2012-2019.

Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)
Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)
Atelier de Florian Deneuville (Aix-en-Provence, mai 2019)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.