Souvenir de Berre. Quatre vues du village. Carte envoyée en 1960 avec texte au dos.

Comment sont nées les villes nouvelles de l’étang de Berre ? Histoire urbaine, histoire d’un territoire

Transformer le cadre de vie des gens n’est pas une tâche à prendre à la légère. Architectes, urbanistes, paysagistes, tous ont un impact important sur les milieux dans lesquels nous évoluons jours après jours. Comme tout technicien ou artiste, ceux qui participent à la planification, à la création ou à la conception de tels espaces portent un regard particulier sur leur travail. Il est alors intéressant de documenter la perception de l’histoire de ces différents professionnels afin de pouvoir confronter les points de vues.

René Borruey, architecte et historien, est aussi enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille depuis 1994, et directeur du laboratoire INAMA. Dans le cadre d’un projet de recherche sur les villes nouvelles françaises1, il réalise 13 entretiens, menés entre 2003 et 2007, auprès de divers acteurs de l’Établissement public d’aménagement des rives de l’étang de Berre (EPAREB). Tous et toutes apportent leur perception, leurs anecdotes, leur compréhension du projet ambitieux qu’étaient les villes nouvelles. De l’architecte au paysagiste, de la programmatrice au directeur général adjoint de l’Établissement, René Borruey a voulu reconstruire, pas à pas, un tableau des évènements, des enjeux de l’époque et des jeux politiques les accompagnant. Ces entretiens constituent une des sources qui ont permis la rédaction du rapport de recherche : Les formes urbaines de la ville nouvelle des Rives de l’étang de Berre2.

La collection, Histoire du projet des formes urbaines de la ville nouvelle des rives de l’étang de Berre, est composée de 14 MiniDiscs3 et représente 24 heures d’entretiens, dont des extraits sont écoutables ci-dessous4. Certains entretiens sont semi-directifs, d’autres prennent la forme d’échanges entre le chercheur et son ou ses témoins. 

Onze personnes ont été enregistrées. Certaines étaient présentes avant même la création de l’EPAREB, dans des structures de réflexions sur les espaces du projet urbain à venir, d’autres avaient déjà travaillé sur des villes nouvelles avant de se pencher sur le cas de l’étang de Berre. Certaines sont restées dix ans, d’autres encore ont fait toute leur carrière dans l’Établissement. Chacun et chacune apporte donc une lecture personnelle de l’histoire du projet des villes nouvelles.

Qu’est-ce que la ville nouvelle de l’étang de Berre ?

Avec une superficie de 155 km², l’étang de Berre est parmi les plus grands d’Europe. Territoire aux nombreuses richesses, ses rives, comme ses villes, ont été témoins d’un développement fulgurant dès le 19ème siècle. Industrie du savon, essor de l’aéronautique, tourisme, sidérurgie, infrastructures pétrolières… L’étang devient un élément central de la région Sud. C’est dans ce contexte dynamique que naît la ville nouvelle de l’étang de Berre.

Les échelles du projet, spécificités de l’étang de Berre (Jean Ecochard ((Jean Ecochard était directeur général adjoint de l’EPAREB dans les années 1980.)) et René Borruey, extrait de l’enquête n°5822)

Née au milieu des années 1960, la politique des villes nouvelles françaises avaient pour but d’éviter la concentration urbaine dans les grandes métropoles et de réaliser un aménagement du territoire cohérent. L’ambition était aussi, et surtout, de créer des villes autonomes qui offriraient un équilibre entre habitat et emploi, des espaces de loisirs, des équipements intégrés comme des écoles et des centre sportifs ou culturels… En somme, il s’agissait de créer de « vraies » villes, en opposition aux villes dortoirs qui abondaient alors autour des grandes villes de France. C’est dans ce contexte que l’EPAREB voit le jour en 1973. Mais les villes nouvelles des rives de l’étang de Berre répondent surtout à un besoin bien particulier : l’industrialisation de Fos et l’arrivée soudaine de centaines d’employés venus de toute le France.

Industrialisation de Fos-sur-Mer (Jean-Eudes Roullier ((Jean-Eudes Roullier était secrétaire général du Groupe central des Villes nouvelles, groupe créé en 1970.)), extrait de l’enquête n°5818)

Ce contexte particulier pour la création d’une ville nouvelle va influer sur la suite du programme. La pollution du lac par les nouvelles industries entraine une mauvaise image pour les différentes structures qui se développent. D’après les témoins, cette mauvaise image des industries de Fos-sur-Mer rejaillit rapidement sur le projet, et avec lui, sur l’EPAREB.

Fos-sur-Mer et l’EPAREB (Emile Bayer5, extrait de l’enquête n°5816)

Les informateurs soulignent le fait que les habitants du territoire concerné ne voulaient pas de cette urbanisation venue de Paris et voulue par l’État et relatent les nombreux antagonismes entre les municipalités et l’EPAREB. Gaston Defferre, maire de Marseille de 1959 à 1986, craignant que les villes nouvelles ne viennent détourner l’influence de la citée Phocéenne, a aussi cherché à peser sur les décisions des communes concernées. L’importance de la politique dans les orientations du projet est un thème récurrent des entretiens, et ce à différents niveaux.

Morcellement d’un territoire (Anne-Marie Henriot6, extrait de l’enquête n°5820)

D’après plusieurs informateurs, au-delà de la défiance contre un État centraliste gaullien, les promoteurs et architectes locaux ont du mal à travailler avec l’EPAREB. Les employés de l’Établissement ont en effet pris le concept de ville nouvelle à cœur, et veulent profiter de cette opportunité incroyable pour innover en matière urbanistique et architecturale.

La « ville nouvelle » (Georges Demouchy7, extrait de l’enquête n°5826)

Rétrospectivement, les témoins de l’EPAREB interrogés pensent que les habitants redoutaient ces projets autant qu’ils les fantasmaient.

Les sentiers battus (Georges Demouchy ((Georges Demouchy était paysagiste à l’EPAREB dès les années 1970.)), extrait de l’enquête n°5817)

Phénomène ville nouvelle (Nicole Flavin ((Nicole Flavin était architecte-urbaniste à l’EPAREB dès sa création, en 1973)), extrait de l’enquête n°5819)

Des villes nouvelles aux quartiers nouveaux

Sur les quatre communes où intervient l’EPAREB, le projet de « villes nouvelles » se réduit prématurément en « quartiers nouveaux », leurs limites surveillées de près par les communes existantes : Vitrolles à l’est et Istres, Miramas et Fos-sur-Mer à l’ouest. La différence peut paraître mince, mais la manière de concevoir le contenu change de manière notable.  Les informateurs évoquent qu’à l’époque, les Britanniques  aussi mettent en place des projets de villes nouvelles et introduisent le concept de « new town » et de « expanded town ». L’EPAREB est dans ce deuxième cas de figure, car il s’agit bien là d’agrandir, d’étendre, un noyau déjà existant.

Restriction de la ville nouvelle (Emile Bayer8, extrait de l’enquête n°5816)

Proportions territoriales : l'étendue considérable des quatre communes dans l'espace métropolitain et la modestie relative des zones effectivement construites dans le cadre opéraitonnel de la ville nouvelle.
Proportions territoriales : l’étendue considérable des quatre communes dans l’espace métropolitain et la modestie relative des zones effectivement construites dans le cadre opérationnel de la ville nouvelle. Image du rapport de recherche de René Borruey, Pascale Bartoli et Anne Carpentier, page 61.

Une des difficultés soulevée par ce mitage de la ville vient de ce que les employés de l’EPAREB appellent la « couture urbaine ». Il s’agit de rattacher les diverses opérations de la ville nouvelle entre elles, et surtout avec celles d’autres promoteurs. Un travail de réflexion important est alors réalisé pour que ces nouveaux quartiers s’intègrent au mieux à leur nouvel environnement, et pour que les frontières s’estompent naturellement. Parfois, cette couture « tombe bien », d’autres fois, le fils reste visible malgré les efforts.

Coupure urbaine à Vitrolles (Jean Ecochard9, extrait de l’enquête n°5816)

Lors de ces entretiens avec les employés de l’EPAREB, un des aspects qui a été beaucoup discuté est celui de l’aménagement au sein de la ville, notamment la question du paysage, qui sera traité dans un prochain billet. Comme bien d’autres archives de chercheurs déposées à la phonothèque, cette collection rend compte de l’histoire d’un territoire et met en lumière la genèse d’un projet à la fois urbain et sociétale.


Crédits image de couverture : Archives départementales des Bouches-du-Rhône. « Souvenir de Berre. Quatre vues du village. Carte envoyée en 1960 avec texte au dos ». Pas d’information sur les droits spécifiée, document numérisé disponible en ligne sur le site du département Bouches-du-Rhône : http://ligeo.archives13.fr/ark:/40700/vta082bee2aabc9a702/dao/0/1

Article rédigé par Estelle Bouët, stagiaire à la phonothèque dans le cadre d’une convention avec le laboratoire INAMA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille).

Consulter le deuxième billet sur la collection “Histoire du projet des formes urbaines de la ville nouvelle des rives de l’étang de Berre”, publié le 16 juillet 2019 : https://phonotheque.hypotheses.org/30322

  1. En 2003, le ministère de la Culture lance un appel à proposition de recherche interministériel « Histoire et Évaluation des Villes Nouvelles Françaises » (HEVN). Ce programme propose, 35 ans après la fondation de ces villes nouvelles : « d’interroger leur rôle significatif dans l’histoire urbaine récente. » | Ministère de la culture. Villes Nouvelles Françaises.  [en ligne]. Disponible sur : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Architecture/Formations-Recherche-Metiers/La-recherche-architecturale-urbaine-et-paysagere/L-organisation-de-la-recherche/La-politique-incitative-a-la-recherche/Villes-Nouvelles-Francaises []
  2. BORRUEY René, BARTOLI Pascale, CARPENTIER Anne. Les formes urbaines de la ville nouvelle des Rives e l’étang de Berre : histoire du projet. [rapport de recherche]. Ministère de la Communication, BRAUP, ENSA-Marseille, Laboratoire INAMA. 2010, 183p. Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01824896 []
  3. Comparable au disque compact développé quelques années auparavant, le MiniDisc est une technologie de stockage de données, souvent audio. Il est généralement protégé dans une disquette rigide d’environ sept centimètres de côté, que l’on peut insérer directement dans un lecteur ou enregistreur. Cliquez ici pour plus d’informations sur le MiniDisc. []
  4. Les extraits proposés ne présentent aucune informations confidentielles, mais peuvent être retirés par les ayants droits après demande auprès de la phonothèque. Les enregistrements complets ne sont pas librement écoutables pour l’instant, la recherche des témoins ou de leurs ayants droits étant en cours. Une partie des témoins nous a d’ores et déjà accordé les autorisations d’utilisation. Toutefois, une convention lie l’INAMA/ENSA-Marseille à la phonothèque de la MMSH qui précise les modalités de gestion, d’archivage et de valorisation des archives scientifiques enregistrées par les chercheurs de l’INAMA/ENSA-Marseille. Dans le cadre du dépôt des enregistrements sur les villes nouvelles de l’étang de Berre, un contrat de dépôt a également été signé avec le chercheur-enquêteur, René Borruey. []
  5. Emile Bayer était urbaniste à l’EPAREB à partir de 1983. []
  6. Anne-Marie Henriot était programmatrice, responsable des programmes des équipements publics des villes nouvelles de l’étang de Berre. []
  7. Georges Demouchy était paysagiste à l’EPAREB dès les années 1970. []
  8. Emile Bayer était urbaniste à l’EPAREB à partir de 1983. []
  9. Jean Ecochard était directeur général adjoint de l’EPAREB dans les années 1980. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.