Footsteps. Image par Robert Pastryk. Pixabay

Voir la ville en vert : la question du paysage et de l’aménagement dans les villes nouvelles de l’étang de Berre

La collection, Histoire du projet des formes urbaines de la ville nouvelle des rives de l’étang de Berre a été menée par René Borruey, architecte et historien, directeur du laboratoire INAMA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille) entre 2003 et 2007. Un premier billet traitait de la naissance des villes nouvelles de l’étang de Berre. Déposée et cataloguée à la phonothèque, cette collection sonore peut désormais être réutilisée et exploitée par d’autres chercheurs de plusieurs manières. Dans ce billet, nous avons choisi de vous proposer un focus sur l’aménagement au sein des villes nouvelles de l’étang de Berre, et le regard porté sur l’environnement à cette période, dans les années 1970 et 1980.

En effet, un thème récurrent des entretiens de cette collection est celui de l’adaptabilité. Le concept de la ville nouvelle avait été pensé pour la région de l’Île-de-France, avant d’être mis en pratique dans d’autres régions du pays. Or, de nombreux changements devaient être pris en compte pour pouvoir passer avec succès de la phase de conception, à celle de la réalisation de villes nouvelles sur le pourtour de l’étang de Berre.

L’étang de Berre, un contexte très différent de Paris (Anne-Marie Henriot1 et René Borruey, extrait de l’enquête n°5820)

Contrairement aux villes nouvelles parisiennes, il y avait peu de « matière » sur laquelle s’appuyer pour concevoir les villes nouvelles de l’étang de Berre. Certains témoins insistent, lors de leur entretiens, sur le fait que le contenu de ces futures villes était incertain et rendait difficile la tâche des architectes et des urbanistes d’imaginer des plans d’ensembles cohérents. Ils ne savaient pas quelles genres d’institutions allaient s’installer dans leur nouvelle ville, qu’il s’agisse d’institution ou de centre commercial. D’autres facteurs rentraient en compte, notamment le fait que les villes nouvelles étaient pensées pour des échelles de croissance énormes (il était prévu 150 000 habitants pour Vitrolles par exemple) alors que les frontières du projet avaient en réalité rapidement été limitées à des quartiers de villes déjà existantes : Istres, Miramas, Fos-sur-Mer, et Vitrolles. Les « quartiers nouveaux »ne répondants pas aux mêmes caractéristiques que des villes entières, ils devaient être construits autrement, en créant rapidement de nouveaux espaces de vie et des équipements intégrés à la ville autour desquels l’EPAREB2 allait pouvoir développer la ville nouvelle.

Le contenu des villes nouvelles (André Mathieu3, extrait de l’enquête n° 5823)

L’aménagement des quartiers nouveaux

L’EPAREB n’était pas seul à intervenir sur le territoire. D’autres projets voyaient le jour simultanément ou avaient commencé avant l’arrivée de l’Établissement public en 1973. Il y avait donc une certaine tension entre les différents acteurs, et notamment lorsque certaines opérations étaient mal perçues par les habitants qui les assimilaient au travail de l’EPAREB.

La ZAC des Pins (Anne-Marie Henriot4, extrait de l’enquête n°5820)

Une réflexion globale fut alors engagée sur l’aménagement de la ville nouvelle. Il fallait, pendant la construction, prendre en compte l’existant pour qu’il s’intègre aussi proprement que possible dans ces nouveaux espaces. Dans les années 1970 et 1980, des changements sociétaux sont venus également impacter les décisions des architectes et des urbanistes. Un des exemples récurent rappelé par les témoins est celui de la démocratisation des voitures. La présence de plusieurs voitures devenait de plus en plus commune dans les foyers, aussi leur place dans la ville devait être prise en compte non seulement par des parkings publics, mais aussi privés pour les habitations. D’autres modifications découlaient ce changement, comme les voiries et la cohabitation entre piétons et voitures. Les distances parcourues pouvaient s’allonger et cela se répercutait, petit à petit, sur le dessin de la ville.

Distance entre l’habitation, le travail et les loisirs (Nicole Flavin5, extrait de l’enquête n°5819)

Les entretiens mettent également en lumière la multitude d’acteurs et leurs relations complexes, en fonction de leur implication dans le projet : l’EPAREB, les aménageurs et les promoteurs privés, et les collectivités publiques. Plusieurs mentions sont ainsi faites des maires successifs des villes où intervenait l’EPAREB. Tous avaient leur propre vision du développement urbain. Enfin d’autres structures intervenaient elles aussi  dans les décisions comme la Direction Départementale de l’Equipement, qui  distribuait les permis de construire et pouvait donc agir directement sur les projets urbains.

Les ronds-points (Nicole Flavin6, extrait de l’enquête n°5819)

Le paysage et la notion d’espace public

La plupart des témoins tenaient à cœur de prendre en compte cet environnement et cette identité territoriale si spécifique. Les paysagistes, par exemple, expliquent leur combat pour mettre en place une réflexion plus large sur l’histoire du lieu et préserver un patrimoine peut reconnu à l’époque, comme les arbres le long des ruisseaux, la terre végétale, ou encore les affleurements rocheux des falaises. 

Notion de patrimoine et identité du quartier (Georges Demouchy7, extrait de l’enquête n°5817)

Les témoins insistent régulièrement sur un concept essentiel pour eux, celui d’espace public. Certains entretiens exposent bien l’importance graduelle de cette notion. L’espace public apparaît comme un espace de vie, à la fois individuel et collectif, un lieu privilégié d’animation et d’interactions sociales. L’implication de l’Établissement dans les espaces publics le distinguait d’ailleurs des autres EPA8 de villes nouvelles. D’après les témoins, cela s’explique du fait que les villes nouvelles de l’étang de Berre devaient avant tout fédérer les différentes opérations éclatées au milieu d’un territoire déjà urbanisé. Cet espace représentait donc un enjeu de taille pour l’EPAREB, car son aménagement était une opportunité d’utiliser ces surfaces pour « créer de la ville » et y apporter une certaine qualité de vie.

Le parc du Griffon, élément centrale de l’urbanisation (Georges Demouchy9, extrait de l’enquête n°5817)

Les premiers entretiens ont été enregistrés peu de temps après la liquidation et fermeture définitive de l’Établissement public d’aménagement, en 2004. Ces témoignages sont l’occasion de revenir sur cette histoire et sur diverses expériences avec le recul des trente ans qui se sont écoulés depuis les débuts d’un projet qui a eu un impact fort sur la région de l’étang de Berre et continue aujourd’hui à influencer son histoire.


Crédits image de couverture : Robert Pastryk. « Footsteps ». Pixabay License – Libre pour usage commercial, pas d’attribution requise. Mise en ligne sur Pixabay le 27 septembre 2016. Disponible sur : https://pixabay.com/fr/photos/traces-chemin-vert-rose-m%C3%A9tal-1697220/

Article rédigé par Estelle Bouët, stagiaire à la phonothèque dans le cadre d’une convention avec le laboratoire INAMA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille).

Consulter le premier billet sur la collection “Histoire du projet des formes urbaines de la ville nouvelle des rives de l’étang de Berre”, publié le 16 juillet 2019 : https://phonotheque.hypotheses.org/30213

  1. Anne-Marie Henriot était programmatrice, responsable des programmes des équipements publics des villes nouvelles de l’étang de Berre. []
  2. Établissement public d’aménagement des rives de l’étang de Bere. Structure à caractère industriel et commercial créé en 1973. Il était chargé de gérer l’aménagement des villes nouvelles des rives de l’étang de Berre. Cela comprenait les communes de Fos-sur-Mer, Vitrolles, Istres, Miramas. Cet établissement a été dissous en 2003. []
  3. André Mathieu était architecte-urbaniste en chef à l’EPAREB dès la création de l’Établissement en 1973. []
  4. Anne-Marie Henriot était programmatrice, responsable des programmes des équipements publics des villes nouvelles de l’étang de Berre. []
  5. Nicole Flavin était architecte-urbaniste à l’EPAREB dès sa création, en 1973. []
  6. Nicole Flavin était architecte-urbaniste à l’EPAREB dès sa création, en 1973. []
  7. Georges Demouchy était paysagiste à l’EPAREB dès les années 1970. []
  8. Établissement public d’aménagement, type de structure sous l’autorité de l’État, ayant pour vocation de réaliser des opérations foncières et d’aménagement. Source : Article Établissement public d’aménagement de Wikipédia en français. Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0 []
  9. Georges Demouchy était paysagiste à l’EPAREB dès les années 1970. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.