Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 3e partie

0

Fin de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Quels résultats attendre de l’OAI-PMH et comment améliorer ses atouts ?

Ce protocole d’échange permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Que pouvons-nous en attendre pour les usages de la recherche et pour notre métier ?

L’utilisateur est intéressé par ce nouveau moyen de mise en commun des données parce qu’il offre une nouvelle cartographie de la connaissance et la possibilité d’augmenter la masse critique de la recherche sur son domaine, cela même si la ressource numérique n’est pas au bout de la recherche. D’ailleurs ce n’est pas seulement la masse critique qui augmente, mais les possibilités de retrouver des documents pertinents, car l’OAI-PMH permet de repérer des ressources que les moteurs généralistes n’indexent pas. L’étude de la National Science Digital Library citée par Muriel Foulonneau sur le thème Evaluation of the NSDL and Google for Obtaining Pedagogical Resources le démontre : 25% des résultats de NSDL sont absents des résultats de Google. Mais il est vrai l’austérité (la médiocrité ?) des interfaces des services qui utilisent l’OAI-PMH rebute plus d’un utilisateur « ré-éduqués » par le formulaire si simple de moteurs comme Google & co, et tant pis si la masse critique spécialisée dans le domaine est plus importante.

Une base de donnée constituée par moisson OAI-PMH permet au fournisseur de service de rendre accessibles des données descriptives de documents sans faire peser une lourde charge sur le serveur de chaque fournisseur de données. Par contre, les données exploitées par le fournisseur de service sont le reflet d’un état figé des données collectées. Voilà qui permet de voir clairement la différence avec le protocole Z39-50 : il offre une interrogation simultanée de plusieurs bases et affiche des données en temps réel mais ne permet pas de normaliser et de retraiter les données. L’OAI-PMH n’est donc pas la solution organisationnelle et technique la plus pertinente pour des entrepôts dont une part importante du contenu est soumis à des modifications très fréquentes, par exemple quotidiennes (actualités, œuvres vivantes…).

L’OAI-PMH est un bon modèle pour les grands réservoirs de données comme les bibliothèques universitaires. Il offre une passerelle d’interrogation multibase, une base XML, et il est toujours possible d’ajouter une interface Z39.50 au-dessus d’une agrégation OAI-PMH. Les bases internes de l’ABES, et parmi elles le catalogue du SUDOC, en bénéficient. Le développement d’entrepôts OAI-PMH par la BnF montre toute la pertinence de ce protocole pour de grands réservoirs de données. Dans son intervention Frédéric Martin (BnF) a montré que les travaux fondateurs de Muriel Foulonneau sur l’usage de l’OAI-PMH dans le monde culturel a impulsé la mise en oeuvre de deux entrepôts. L‘entrepôt OAI-NUM signale les documents provenant des collections numériques et contient actuellement 340 000 notices donnant accès à des documents consultables dans la bibliothèque numérique Gallica, dont la nouvelle interface est actuellement accessible en version bêta sous le nom de Gallica2. L’entrepôt OAI-CAT a vocation à contenir les notices décrivant tous les documents conservés à la BnF, qu’ils soient numérisés ou non. Il a été mis en ligne avec un premier versement totalisant plus de 9,8 millions de notices bibliographiques provenant du catalogue BN-Opale plus.

Pour réaliser la phase finale de ce protocole il faut une bonne qualité de métadonnées. Ce protocole est un outil simple et facile à mettre en place mais les fonctions annexes de normalisation et de retraitement des données peuvent être lourdes. Muriel Foulonneau a d’ailleurs maintes fois souligné que la démocratie avait un coût en terme de ressources! Dans sa 1ère intervention elle avait développé les contraintes du travail de nettoyage, de normalisation et d’augmentation éventuelles des données qui est lié aux pratiques différentes de saisie et d’interprétation des champs.

Le partage des données va permettre de donner une valeur ajoutée par un contrôle de qualité. Afin de normaliser les données, une uniformisation des vocabulaires offrira des données plus organisées, un contrôle qualité peut être appliqué pour éliminer ou modifier des données dans la collecte de plusieurs fournisseurs de données, cela peut être de la traduction, un vocabulaire unique… là encore, c’est aux documentalistes d’ajouter – s’il le souhaitent – de la valeur.

Avec ce protocole, les professionnels de l’information ont la possibilité de développer de multiples services en n’investissant en une seule fois dans la création de ressources. Pour mettre en place des projets avec ce protocole il est important que les objectifs soient bien définis et quels services communs on souhaite mettre en place : le partage d’un thème, d’une discipline, d’un territoire ou d’un savoir … La réalisation se conçoit par un travail de communauté avec l’utilisation de standards internationaux, ainsi que des compétences. Rien ne peut se faire sans un travail d’équipe : documentaliste, informaticien, chercheur, chef de projet, chacun à un rôle bien précis à jouer. Le site de ressources pédagogiques pour les enseignants et élèves de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Correlyce [intervention de Gérard Puimatto] illustre la force de ce trio de compétences. La réussite de ce projet qui a abouti rapidement après un an de cahier des charges, tient à la complémentarité des rôles au sein de la « Dream Team » de l’OAI-PMH.

Pour conclure l’OAI-PMH a comme atout majeur l’ouverture des connaissances, le partage et la standardisation des données, avec des partenaires français mais aussi étrangers. Ce protocole demande une mutualisation des compétences et les investissements de chacun. Le travail collaboratif de la documentaliste avec les partenaires associés est important car elle contribue à apporter une valeur ajoutée par le choix des descripteurs. Cela passe aussi par une évolution du métier de documentaliste entre recherche de technologie, informatique, archive et documentation. Stéphane Pouyllau l’a souligné dans sa présentation introductive aux posters, consacrée à l’utilisation de l’OAI-PMH pour la diffusion de corpus documentaires numérisés. Ces archives ouvertes sont au coeur de la révolution du web puisque avec le web sémantique qui permet de rendre visible les informations stockées par les ordinateurs, nous ne pouvons qu’apporter de nouvelles ressources et ouvertures à nos institutions. L’OAI-PMH est donc un élément incoutournable et de la responsabilité de chacun. C’est ce qui a été souligné par Yannick Maignien lorsqu’il a présenté l’ampleur du projet Adonis : une infrastruture numérique, un archivage pérenne et un moteur de recherche commun pour un accès fédéré aux sciences sociales. Au delà de la réussite de ce projet ambitieux, le message est clair et nous donne des orientations pour travailler dans notre propre centre sur la structuration et l’offre de données.

Nous avons réalisé cette synthèse avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. A suivre dans un autre billet, une liste de sites avec des conseils pratiques pour mettre en oeuvre l’OAI-PMH dans son centre de documentation.

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

2ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Crédit photographique : Pictorial review, Nickolas Muray (American 1892-1965), c.a 1936, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123694484/in/set-72157611386593623/



Une réflexion sur « Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 3e partie »

  1. Bonjour,
    Merci pour ces 3 billets très claire qui explique bien les enjeux de l’OAI-PMH pour la recherche. Je suis extérieur au CNRS et je travaille dans l’industrie. Je vois des applications très concrètes pour l’OAI-PMH dans mon domaine.
    Encore merci

    P. Jolais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.