L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Gilles Mercier vers 1977 dans son atelier (ancien atelier Grizzo), Paris, Belleville

Gilles Mercier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre en France jusqu’au milieu du XXe siècle. Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et des activités manuelles. Enfant, il a fait de la guitare et du violon au conservatoire. C’est à 16 ans qu’il décide de devenir luthier, inspiré par une émission de télévision (janvier 1969) avec le luthier Etienne Vatelot.

1. Le déclic (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Quelques mois plus tard, il débute sa formation à Mittenwald en Allemagne, sans trop de problèmes avec la langue.

2. Le choix de Mittenwald (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Dans l’organisation de l’enseignement à Mittenwald, les cours pratiques sont majoritaires.

3. Cinq ou six heures d’atelier par jour  (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La formation pratique se déroule dans un grand atelier avec une trentaine d’élèves encadrés par deux enseignants.

4. Des élèves venus d’ailleurs (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Ebauchage, intérieur du fond (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1982)

L’apprentissage se fait par mimétisme des gestes dans une ambiance disciplinée.
5. Un enseignement pragmatique   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier n’a pas éprouvé de difficultés particulières pour apprendre. L’encadrement était de qualité. Il explique la répartition des ateliers selon les tâches à exécuter.
6. ça finissait toujours par fonctionner   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La première année, il fabrique deux violons. Certaines opérations comme le vernissage et le montage se font la dernière année, avec certains procédés spécifiques (par exemple l’usage de la propolis dans le vernis).

9. Les étapes de l’apprentissage   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Devant gagner rapidement sa vie, il part 6 mois avant la fin des 3 ans de formation. Il travaille et se perfectionne dans différents ateliers où il fait essentiellement de la restauration et de l’entretien d’instruments, passant 1 an à Cologne dans une grande maison d’instruments de musique ; puis 1 an à Paris chez Etienne Vatelot et enfin 2 ou 3 ans chez Jacques Camurat.

10. Entre divers ateliers (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Après ces années de restauration d’instruments, il a envie de revenir à la fabrication pour « parler en son nom ». En 1976, il prend la succession de Xavier Grizzo, luthier de guitare à Paris dans le quartier Belleville.

11. Apprendre par les outils (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier à l’établi dans l’ancien atelier Grizzo, vers 1977, Paris

Après plusieurs années passées dans l’atelier de Grizzo, il s’installe à Barjols, village du Haut Var, dans d’anciens locaux industriels, pour former des jeunes gens à la lutherie d’instruments à cordes pincées, dans le cadre d’une Société coopérative ouvrière de production (SCOOP).

12. Une scoop de lutherie à Barjols (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Mais la vie provinciale lui pèse. Si la SCOOP perdure jusqu’en 1986, lui revient à Paris en 1981. Il travaille pendant 4 ans dans un magasin de musique (chez Vassiliev) en se spécialisant dans la restauration des contrebasses.

13. Renaissance de la contrebasse (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier jouant de la contrebasse, une Sainte-Cécile de Jean-Baptiste Vuillaume, Paris 1985 (coll. G. Mercier)

En 1985, suite à des problèmes avec ses patrons, il change de métier, devenant musicien de jazz pendant 10 ans.

14. Changer de côté de l’établi (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

En 1995, il fonde une famille et choisit Aix-en-Provence pour s’installer en redevenant luthier de guitare. Il travaille près de 20 ans en se consacrant à la fabrication, jusqu’à sa maladie qui le contraint d’arrêter.

16. Retour à la guitare (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Guitare de Gilles Mercier

Il se concentre sur les guitares classiques et les guitares flamenca.

17. Faire évoluer la guitare flamenca (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Il crée des guitares flamenca de concert en palissandre.

18. Le monde de la guitare (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

En France personne ne faisait des guitares flamenca. Il a eu la chance de rencontrer dans le milieu espagnol d’ Aix-en-Provence des musiciens qui avaient les moyens d’acheter des guitares flamenca de grande qualité.

19. Trouver des amateurs (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Il fabrique environ 10 instruments par an et, pour se concentrer sur la fabrication, ne prend en réparation que les guitares qu’il a vendues lui-même.
20. Rythme de fabrication (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Guitare de Gilles Mercier

Il a également fait des guitares classiques en perfectionnant les modèles à partir de son expérience du quatuor, aboutissement d’une recherche que la maladie a brutalement interrompue.

21. Perfectionner les modèles (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

C’est sa formation de luthier du quatuor qui a caractérisé la fabrication de ses guitares.

22. L’impact de la formation initiale (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Au contraire du violon, on ne peut rien changer sur la guitare une fois qu’elle est terminée. La restauration est fastidieuse.

23. Un enfer à réparer (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier a personnalisé ses guitares. Par exemple, pour la rosace, il s’est éloigné de la technique espagnole en créant un modèle nouveau de 5 cercles excentrés formés de filets contrastés. Il a toujours fait son vernis au tampon à l’ancienne pour sa qualité et son côté chaleureux, au contraire des vernis modernes.

24. Froid comme une peau de serpent (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Guitare de Gilles Mercier

Finalement, il a retravaillé à sa manière tous les aspects de la guitare et a construit une centaine d’instruments selon divers modèles.

25. Repenser la guitare (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Il existe plusieurs groupes professionnels de luthiers guitare mais, avec son parcours atypique, Gilles Mercier a préféré faire sa route à part. Dans son ancien atelier, depuis 2017, un jeune luthier de guitare, Florian Deneuville, s’est installé, assurant sa succession.

Guitare de Gilles Mercier

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Mercier, Gilles (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 12 juin 2019, Pertuis.  Enregistrement numérique : 45 mn. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n° 5345.

Crédits photographiques : Gilles Mercier (coll. particulière), sauf photo 2 (Hélène Claudot-Hawad), Source : Enquête sur les “nouveaux luthiers”, 2012-2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.