Saint Efisio - Balade à Cagliari, 26 et 27 octobre 2017

Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

Il y a 107 ans se créait en Italie la revue Lares, dédiée à la recherche de que les italiens nomment “démo-ethno-anthropologie”1. En langue française, la tendance serait de traduire cette discipline sous le simple terme d’anthropologie mais il faudrait sans doute, préciser qu’il s’agit de l’étude anthropologique des cultures populaires contemporaines.  Dans son cours en ligne sur l’anthropologie culturelle2, Fabio Dei, son directeur actuel, définit la  “demoetnoantropologia” comme la combinaison de trois disciplines : l’anthropologie culturelle, l’ethnologie et la démologie (histoire des traditions populaires). L’articulation de l’anthropologie et de l’ethnologie avec les expressions populaires est donc au coeur de ce secteur scientifique que nous ne retrouvons pas vraiment dans enseignements français de l’anthropologie. Le terme rappelle toutefois les réflexions que Jean-Claude Bouvier, Philippe Joutard ou Jean-Pelen développaient sur les ethnotextes au sein du CREHOP3, mais on sait qu’en France ce terme n’a pas reçu le succès escompté. Pour Fabio Dei, la démologie est l’étude des cultures populaires et traditionnelles de notre propre société que l’anthoprologie la délaisserait en portant l’accent sur des approches plus théoriques et comparatives.

Fondée en 1912 par Lamberto Loria (1855–1913) un explorateur naturaliste et ethnologue, Lares a ensuite été dirigée entre 1913 et 1915 par l’historien, philologue et historien du livre (1859-1915), Francesco Novati ; entre 1930-1974 c’est le folkloriste, philologue et historien de la littérature italienne, Paolo Toschi (1893-1974) qui reprend la direction de la revue ; la direction de Giovanni Battista Bronzini (1925-2001), ethnologue spécialiste de la littérature orale italienne, reprend le flambeau est brutalement interrompue en 2001 et c’est son élève, et collaboratrice pendant plus de trente ans, Vera di Natale, elle aussi spécialiste des contes de tradition orale, qui reprendra la direction l’année suivante (2002) ; l’année suivante (2003) l’anthropologue Pietro Clemente prendra la direction de la revue jusqu’en 2017 où Fabio Dei prend la relève. Aujourd’hui la revue dispose d’un comité scientifique international4 et est accessible avec une barrière mobile sur les plateformes Jestor et Torrossa.

Le numéro paru en début d’année 2019 (correspondant au numéro 1, janvier/avril 2018) est un hommage à deux “démo-ethno-anthropologues” italiens, Luisa Orrù (1944-1998) et Ernesto De Martino (1908-1965), et s’appuie sur deux journées d’étude qui se sont tenues en 2017 à Cagliari et à Rome. Ce n’est pas un hasard puisque, Ernesto De Martino, avait fondé en 1957 l’école d’anthropologie à l’université de Cagliari, avec Alberto Mario Cirese, Clara Gallini,, Giulio Angioni et d’autres ethnologues et sans doute, Luisa Orrù, qui enseignait l’anthropologie à Cagliari, était venu écouter ses enseignements… les voilà en tout cas réunis dans ce numéro qui met en avant – sans que cela en soit le centre – la recherche anthropologique en Sardaigne.

La partie “forum” de la revue est en effet, dédiée à la publication en langue française de l’ouvrage d’Ernesto De Martino La fine del Mondo parue aux éditions de l’EHESS sous le titre “La fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles”. Les cinq textes qui animent ce “forum” sont issus d’une journée de l’école française de Rome où avait été présenté cette édition, bien différente de celle que Clara Gallini avait proposé chez Einaudi en 1977 et qui faisait jusque là référence. En publiant cette traduction,  Giordana Charuty, Daniel Fabre et Marcello Massenzio ont en effet produit un nouvel objet. Partant du manuscrit inachevé, tous les trois sont remonté à l’archive, à la source ; ils se sont installés dans l’atelier de travail de De Martino où ils ont relu, sélectionné, discuté les différents fragments et abouti à un texte certes plus court mais qui met en avant la cohérence du projet et son ambition anthropologique  pour s’ouvrir sur de nouvelles questions.  Plus intimement, la lecture de ce Lares me donne aussi l’occasion de rappeler le souvenir de Daniel Fabre5. J’ai eu la chance qu’il me sollicite lorsque commençaient à mettre en place des ateliers au GARAE dans les prémices de la création du projet éditorial Bérose, l’encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, puis de lire ces ponts qu’il a su créer entre la France et l’Italie, à l ‘origine de nombreuses autres traductions de l’anthropologie italienne, dont celles d’articles de Pietro Clemente, qu’il avait rencontré à Aix-en-Provence en 19826 et que j’ai entendu lors de son enseignement sur une invitation de Christian Bromberger. Pietro Clemente qui introduit ce numéro spécial en le problématisant et en annonçant la nouvelle direction de la revue – un rite de passage académique pour lequel il nous propose un très beau texte. La boucle est bouclée.

La première partie du numéro est plus proche des pratiques de la phonothèque, il s’agit de rendre hommage au travail réalisé par Luisa Orrù qui a laissé derrière elle un fonds sonore important sur les questions d’anthropologie médicale mais aussi de traditions orales, de rituels et de fêtes. Ce sont ici six textes qui restituent les journées des 26 et 27 octobre 2018 qui s’étaient tenues à l’université de Cagliari, sous le titre Dall’inchiesta sul campo all’archiviazione dei dati et qui s’ouvrent sur une bio-bibliographie de Luisa Orrù :
– Pietro Clemente, L’archivio di Luisa Orrù e il tempo delle polifonie orali ;
– Fulvia Putzolu, L’archivio ASDALO. Archivio sonoro demo antropologico Luisa Orrù7 ;
– Véronique Ginouvès, Quali memorie? Gli archivi della ricerca in scienze umane e i dati condivisi nella prospettiva del patrimonio culturale immateriale. Usi sociali, scientifici e istituzionali (traduction de Matteo Cialone) ;
– Valentina Lapiccirella Zingari, Terreni etnografici: tra comunità narrative, archivi e politiche del patrimonio ;
– Livia Monne, Storie di vita fra produzione di conoscenza e soggettività : percorsi di donne comoriane a Marsiglia ;
– Giovanni Pizza, Finestre, muri, vetri. Archivi e antropologia.

Bon voyage en Sardaigne, bonne lecture !

La page Facebook de Lares.

Crédits photographiques : Saint Efisio, Cagliari, 27 octobre 2017, photographie de V. Ginouvès, CC-BY-NC.

  1. La revue est publiée par Olschki dont la maison d’édition a été créée en 1886. []
  2. Ce cours de Fabio Dei a été mis en ligne par des étudiants de l’université de Sassari mais Fabio Dei enseigne à l’université de Pise. Nombre de ses cours sont en ligne sur le site “Fare antropologia” : http://fareantropologia.cfs.unipi.it/notizie/author/fabiodei []
  3. A propos du Centre de recherche et d’études sur l’histoire orale et les parlers régionaux et des ethnotextes, lire en particulier le billet publié le 25 juin 2013 par Benoît Saintier : Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981. []
  4. Dionigi Albera (CNRS France), Francesco Benigno (Scuola Normale Superiore di Pisa), Alessandro Casellato (Università “Ca’ Foscari” di Venezia), Pietro Clemente (Università di Firenze), Sergio Della Bernardina (Université de Bretagne Occidentale), David Forgacs (New York University), Lia Giancristoforo (Universita degli studi di Chieti), Angela Giglia (Universidad Autónoma Metropolitana • Unidad Iztapalapa), Gian Paolo Gri (Università degli studi di Udine) • Reinhard Johler (Universität Tübingen), Ferdinando Mirizzi (Università degli studi della Basilicata), Fabio Mugnaini (Università degli studi di Siena), Silvia Paggi (Université di Nice-Sophia Antipolis), Cristina Papa (Università degli studi di Perugia), Leonardo Piasere (Università degli studi di Verona), Alessandro Simonicca (Università degli studi di Roma «La Sapienza»). []
  5. En hommage à Daniel Fabre, je vous renvoie vers le vibrant texte de Jean-Charles de Paul, « Daniel Fabre », Terrain [En ligne], Portraits, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 25 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16601 ; DOI : 10.4000/terrain.16601 []
  6. Lire l’entretien avec Alessio Catalini (2012), « France-Italie, un parcours d’anthropologue. Intervista a Daniel Fabre », L’Uomo, n°1-2, pp. 175-192. []
  7. A propos de ce fonds d’archives, la phonothèque a reçu en 2018 et 2019 deux chercheures en archivistique de l’université de Cagliari, Eleonora Todde et Valeria Zedda (qui travaillent à la valorisation de ce fonds, voir les différents billets : https://phonotheque.hypotheses.org/tag/archives-orru []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.