Le jardin des orangers vide, Printemps de Boticcelli par José-Manuel Balester

Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

Et si nous remontions le cours du temps pour mieux comprendre les artistes du passé ou même pour partager avec eux des moments d’émotions intenses ?  Aujourd’hui, il n’est pas rare de se trouver dans des situations où des acteurs sociaux cherchent à  rembobiner le cours de l’histoire et nous la faire revivre1 ; l’exposition Comeback – Kunsthistorische Renaissancen [Art-Historical Rennaissances] nous confronte à une autre situation toute aussi insolite : les artistes ne s’y limitent pas à copier ou à chercher à maîtriser techniquement les tableaux des “Anciens”. Ils dialoguent avec leurs “Maîtres”, leur répondent librement et ré-inventent un patrimoine collectif à travers des modalités artistiques contemporaines qui passent par tous les médias actuels.

tableau de Markus Schinwald au nez rouge

L’exposition Comeback – Art-Historical Rennaissances est aussi une occasion de revenir vers la méthode (ou de la découvrir) de l’historien de l’art Aby Warburg dont l’atlas Mnémosyne a pour objectif de soutenir nos énergies mémorielles pour puiser dans les stocks de chefs d’oeuvres des époques passées2…. Que se passe-t-il lorsque nous promenons notre regard dans le jardin aux orangers désespérément vide du Printemps de José-Manuel Balester3  ? La fusillade du 3 mai peinte par Goya n’est elle pas plus effroyable encore lorsque les soldats ont emporté les cadavres, abandonnant la lampe posée à même le sol qui continue d’éclairer les taches de sang des combattants espagnols exécutés ?4

Goya exécution contre un mur mais tout le monde est parti, lampe au sol

Difficile dans l’exposition Comeback de ne pas voir de similitudes avec celle de la Kunsthalle de Karlsruhe en 2012. Il s’agissait là de réfléchir à la question de la copie : Déjà vu ? L’art de la copie de Dürer à Youtube (21 avril-5 août 2012), sauf qu’ici la copie a pris vie ; elle dérange, questionne, amuse et surtout inverse notre regard. Le visiteur de Comeback ne ressent pas de nostalgie en revenant vers le passé mais jouit du présent tandis que sa mémoire rembobine l’histoire. Le visiteur prend alors conscience de l’intérêt de capturer la cumulativité de la création, de l’importance de ne pas isoler les oeuvres, de les enrichir de ce que les artistes ou la société en ont fait au fil du temps, de les accompagner d’un fil mémoriel. Finalement ,  n’en va-t-il pas de même des archives, enrichie mais surtout mieux interprétées lorsqu’elle sont accompagnées aussi bien des productions issues des cheminements intellectuels de ceux qui l’ont exploitée que des créations qu’elles ont inspiré ?

Fausse mort de Chatterton

Lieu : Tübingen, Kunsthalle

Site de l’exposition : https://kunsthalle-tuebingen.de/ausstellungen/comeback

Dates : 20 juillet – 10 novembre 2019

Commissaire de l’exposition : Nicole Fritz

Artistes présents dans l’exposition :
Philip Akkerman, Irene Andessner, José Manuel Ballester, Glenn Brown, Léo Caillard, Wim Delvoye, Slawomir Elsner, Hans-Peter Feldmann, Jochen Flinzer, Christian Jankowski, Liane Lang, Liza Lou, Pia Maria Martin, Brigitte Maria Mayer, Chantal Michel, Jean-Luc Moerman, Yasumasa Morimura, Ciprian Mureşan, Agathe Pitié, Antoine Roegiers, Markus Schinwald, Cindy Sherman, Yinka Shonibare CBE, Hiroshi Sugimoto, Ged Quinn, Kehinde Wiley.

Langue du catalogue et de l’exposition : allemand

 

Crédits photographiques : Image à la une : Primavera (Botticelli). 2015. Impression numérique sur toile, 203 x 314 cm de José-Manuel Balester ; Markus Schinwald, Untitled, 2016, huile sur toile ; Goya, Tres de Mayo, par José-Manuel Balester, Impression numérique sur toile, 269,2 x 351 cm, collection du Guggenheim Bilbao Museo ; Fake death picture (The death of Chatterton, Henry Wallis) par Yinka Shonibare, tirage chromogène numérique, 148.91 x 180.98 cm. Prises de vue par V. Ginouvès, le 29 juillet 2019.

 

 

  1. Il y beaucoup à lire sur ces questions ; je vous renvoie vers les travaux de Maryline Crivello (AMU), dont une synthèse se retrouve sur son blog : Muse, Memories and USEs of history – Mémoires et usages de l’histoire dans l’espace public https://muse.hypotheses.org []
  2. Cf. en lien avec l’exposition, Aby Warburg Le Printemps de Sandro Botticelli, traduit par Laure Cahen-Maurel, Paris, Éditions Allia, 2007. []
  3. Primavera. 2015. Impression numérique sur toile, 203 x 314 cm, en “image à la une”. []
  4. José-Manuel Balester, Impression numérique sur toile, 269,2 x 351 cm, collection du Guggenheim Bilbao Museo. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.