Vitrine d'exposition "au-delà" Musée ethnologique de Neuchâtel

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

La question des collections s’est posée de façon cruciale avec le récolement qui s’est avéré nécessaire suite à la rénovation des bâtiments du Musée de Neuchâtel qui ont dû être vidés de fond en comble. Chacun des 50 000 objets du musée ont dû être dépoussiérés, parfois restaurés, re-documentés, photographiés, conditionnés, stockés, localisés… et bien sûr rattachés à leur collection. Un travail titanesque qui a fait rêver d’étiquettes (cauchemarder ?) les conservateurs  : le léger mobile de la cage d’escalier en est une des manifestations… Mais il ne s’agit pas que de rêves, ce sont aussi des souvenirs, des dialogues entre professionnels, collections et objets, des idées ou des rires qui fusent et s’associent pour présenter les ensembles qui tracent le chemin de L’impermanence des choses.

L’exposition est vraiment à découvrir aussi je ne vais pas la spoiler, mais voilà trois dispositifs d’écouter/voir des archives que j’aimerais garder en mémoire et que je place là :

Juke-Box de l'exposition l'impermanence des choses

Juke-Box : Pour éviter les plaque commémoratives, les conservateurs ont imaginé qu’un juke-box pourrait être une bonne invitation au souvenir : entendre les voix et les idées des “stars” mais aussi celles de ceux qui sont moins souvent mis en lumière. Ainsi, les sélections sonores sont l’occasion d’entendre la voix de Jean Gabus bien sûr, mais d’autres encore comme celle de François Borel, ethnomusicologue qui a déposé à la phonothèque des archives sonores venues enrichir le fonds de Marceau Gast.

 

Fauteuil de la salle des ambassades musée de Neuchâtel avec un dispositif d'écoute (2019)Fauteuil : Assis confortablement sur le fauteuil du salon de l’Ambassade, il ne manque que le verre à whisky pour se détendre en écoutant l’évocation d’une exposition sur la Chine de Mao (muette sur le pays),  réalisée avec l’association du peuple chinois  pour l’amitié avec l’étranger (1962).

Fauteuil de la salle des ambassades musée de Neuchâtel avec un dispositif d'écoute (201)

Assis dans ce salon, le visiteur – en parcourant du regard les vitrines autour de lui – saisit fugitivement le rapport de séduction que les canaux diplomatiques essaient de promouvoir et qui complexifie la façon dont un musée peut diffuser des collections qui renvoient une image de  populations qui ne sont pas réelles…

Vitrine de poupées russes au musée de Neuchâtel

 

 

 

 

 

 

Dossier suspendu : dans cette même salle des Ambassades, s’il a la curiosité de tirer sur un tiroir, le visiteur ouvre un dossier suspendu dans lequel, sur une tablette, est repris un récit parodique de la diplomatie culturelle – avec à hauteur de ses yeux le fétiche à clous alpin créé tout spécialement pour l’exposition Helvetica-Park de 2009.

L’exposition a déjà commencé en 2017 et se termine à la fin de l’été, courrez-y !

 

Revue de presse sur l’exposition L’impermanence des choses (n’hésitez pas à signaler les articles ou billets non repérés) :

Le catalogue : L’impermanence des choses, sous la direction de Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville, Grégoire Mayor, Isadora Rogger, Sara Sánchez del Olmo et Olivier Schinz, Neuchâtel, Éditions Alphil, 2017, 179p (collection l’impermanence).

Etienne Dumont, “Le MEN révèle “L’impermanence des choses”, 26 janvier 2018, Bilan, https://www.bilan.ch/opinions/etienne-dumont/neuchatel_le_men_revele_l_impermanence_des_choses_ethnographiques

Grégoire. Mayor, “Décalages, parodies et machines à rire au musée D’Ethnographie de Neuchâtel.” La Lettre de l’OCIM. Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques, n°179, septembre 2018, p. 28–33. https://doi.org/10.4000/ocim.2772.

“L’œil aiguisé du représentant en machines à coudre”, Blog du musée national Suisse, 8 février 2018, https://blog.nationalmuseum.ch/fr/2018/02/loeil-aiguise-du-representant-en-machines-a-coudre

“Rénovation terminée au musée d’ethnographie de Neuchâtel”, ArcInfo, 23 novembre 2017,  https://www.arcinfo.ch/articles/regions/neuchatel-et-littoral/renovation-terminee-au-musee-d-ethnographie-de-neuchatel-717876

Crédits photographiques :  salle de l’au-delà (image à la une), mobile à base d’étiquettes d’objets au musée de Neuchâtel juke-box, fauteuil de la salle des ambassades musée de Neuchâtel avec un dispositif d’écoute (2), vitrine de poupées créées à la période de l’ex-URSS et données par l’Ambassade soviétique au musée de Neuchâtel censées représenter toutes les régions du pays, elles offrent une vision uniforme et souriante de populations ayant subi des déplacements et des violences multiples, dossier suspendu de la salle des Ambassades. Les images sont prises lors d’une visite en août 2019 par V. Ginouvès, CC-BY-NC.

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.