Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

La luthière Martine Aguila dans son atelier à Pertuis (juin 2019)

Martine Aguila débute sa formation luthière à 17 ans en 1977. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. En dépit d’un milieu familial peu favorable aux activités musicales, elle apprend à jouer de la guitare et s’intéresse à la construction de l’instrument. Avec les moyens du bord, elle tente d’en fabriquer un.
1. Ça ne ressemblait à rien, mais ça me plaisait (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Vers 15 ans, elle souhaite apprendre la lutherie, mais ses parents veulent qu’elle passe d’abord son baccalauréat. C’est après cette étape qu’elle s’inscrit deux ans plus tard en 1977 à l’école de lutherie de Crémone (pour Mirecourt, elle a déjà dépassé l’âge). L’inscription est très simple, sans examen préalable. Plongée dans le bain linguistique italien, elle apprend la langue rapidement.

2. Le choix de la lutherie (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Il y a peu de filles dans la formation de lutherie qui comprend des cours pratiques et diverses matières d’enseignement. La 1e année, à l’atelier, les élèves commencent par façonner une touche en ébène, puis apprennent à construire un violon.
3. Touche, tête et moule (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Les professeurs montrent les gestes à exécuter, c’est eux qui choisissent la forme et le modèle de l’instrument à fabriquer. Les élèves ont chacun leur établi et s’équipent tous pour continuer le travail d’atelier à la maison.
4. Un atelier à la maison (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Martine Aguila n’aime pas les cours scolaires et après la 1e année, elle part travailler chez des luthiers.
5. Acquérir du savoir en atelier (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Elle reste quelques mois chez un jeune luthier anglais formé et installé à Crémone. La transmission du métier en atelier lui convient mieux qu’à l’école. Elle fait son 2e violon et apprend plusieurs méthodes de fabrication (italienne, anglaise, française).
6. Diverses méthodes de lutherie (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

La luthière Martine Aguila à l’établi (Pertuis, juin 2019)

Elle travaille ensuite chez un grand luthier crémonais dont elle quitte l’atelier suite à ses injonctions machistes.
7. Injonctions machistes (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Sur le plan de la lutherie, l’expérience reste intéressante. Elle apprend à travailler vite et peut voir de beaux instruments de musique.

8. Le réglage des instruments (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Elle travaille ensuite dans de bonnes conditions chez Primo Pistoni
entre 1978 et 1980 où elle fait du neuf. Beaucoup de marchands passent à l’atelier et revendent la production, entre autres dans les pays asiatiques.
9. Faire du neuf (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Moule interne, atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Elle reste un an et demi dans cet atelier et se laisse convaincre de réintégrer l’école de lutherie.

10. Entre atelier et école (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Deux mois plus tard, elle quitte à nouveau l’école dont elle supporte mal l’aspect scolaire et se rend en Angleterre où elle se perfectionne dans la haute restauration d’instruments anciens, chez Gimpel Solomon.
11. Une pièce d’âme sur une table de Nicolo Amati (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Après un an chez Gimpel Solomon, elle s’installe en 1984 avec Frédéric Bonet à Aix-en-Provence rue Chabrier : leur idée est de faire du neuf. Mais l’activité principale de l’atelier doit se concentrer sur la réparation, la restauration et le réglage des instruments. Il ne reste que très peu de temps pour la fabrication.

12. Les modèles préférés (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Alto en cours de finition, Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

A Aix, M. Aguila prend des cours de violon, puis fait du violoncelle, ce qui l’aide pour le réglage des instruments. En 2009, elle ouvre son propre atelier à Aix-en-Provence où elle travaille seule, en prenant quelques stagiaires de temps en temps. En 2014, elle part s’installer à Pertuis sans toujours pouvoir dégager le temps suffisant pour la fabrication.

13. Les clients ont suivi (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Elle constate qu’aujourd’hui, les musiciens s’intéressent davantage aux instruments neufs, d’autant que le niveau de la lutherie actuelle est très élevé.

14. Jouer d’un instrument neuf (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

La luthière Martine Aguila à l’établi (Pertuis, juin 2019)

Pour Martine Aguila, au centre de son métier, il y a la musique. Elle décrit les opérations de lutherie qu’elle affectionne comme le réglage.

15. L’importance de la musique (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Elle aime l’atmosphère de l’atelier, l’odeur du bois, les copeaux qui sortent de la gouge.
16- Le bruit sec du copeau qui sort de la gouge (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Elle évoque sa réaction face au choix de son fils Nicolas Bonet de devenir luthier.

17. Un fils luthier (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Elle revient avec sensibilité sur son étape de fabrication préférée : sculpter une voûte.

18. Sculpter une voûte (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Elle évoque la misogynie du milieu à sa génération et la difficulté d’être luthière au cours de ses premières années d’exercice dans ce métier, une attitude illustrée par la réaction d’un luthier auquel elle était venu montrer un de ses violons.

19- Des réflexions misogynes qui ne font pas du bien (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé au fur et à mesure à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Aguila, Martine (interlocutrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). 26 juin 2019, Pertuis.  Enregistrement numérique : 49 mn. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°5909 .

Crédits photographiques : Hélène Claudot-Hawad, Source : Enquête sur les “nouveaux luthiers”, 2012-2019.

Atelier de Martine Aguila (Pertuis, juin 2019)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.