affiche colloque Beyrouth mai 2019

Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

Du 28 au 30 mai 2019 s’est tenu à Beyrouth un colloque international intitulé : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk1.

Introduction au colloque "Nouvelles archives numériques au Proche-Orient" à la BnL

En prenant comme objet les « nouvelles » archives numériques, ces deux journées ont présenté un état des lieux des collections dans des centres de ressources des deux côtés de la Méditerranée et ont interrogé les archives du point de vue des acteurs (des institutions aux activistes), des disciplines (linguistique, anthropologie, histoire, géographie, musicologie, sociologie, philosophie, archéologie) et des méthodes (archivages des supports, archivage du web, archivage sur le long terme) tout en mettant en avant leur intérêt heuristique et les enjeux de leur partage.

Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban.

Ce colloque international s’est tenu quelques mois après celui qui avait été organisé pour célébrer les 40 ans de la naissance du CERMOC, le Centre d’études et de Recherche sur le Moyen-Orient Contemporain créé en 1977 et intégré à l’Ifpo en 20032 et à l’approche de la célébration du centenaire de l’État libanais. Il a offert une véritable opportunité de faire se rencontrer les acteurs intéressés au développement des archives et des bibliothèques mais aussi de réfléchir ensemble aux méthodes et aux outils susceptibles de permettre la valorisation, les usages et le partage des données produites sur l’aire moyen-orientale. Pour faciliter ce dialogue, toutes les présentations se sont tenues en deux langues, arabe et français, en traduction simultanée.

Bibliothèque nationale du Liban, visite du 17 décembre 2018
Bibliothèque nationale du Liban

Les deux lieux où se sont déroulées les journées ont été retenus parce qu’emblématiques, marqués par la mémoire. La première journée se tenait dans les nouveau locaux de la bibliothèque nationale du Liban où, dans sa conférence introductive, Carla Eddé3 a insisté sur la nécessité de dresser un véritable état des lieux des « nouvelles » archives qui se sont développées de façon fulgurante ces dernières années, d’être vigilants également sur la façon dont ces archives sont présentées et affichées sur le web, dont elles sont contextualisées et dont elles citent leurs sources.

Carla Eddé
Carla Eddé

Dans sa conférence Archives, mémoire(s), histoire(s) au Proche-Orient : renouveaux et défis, l’historienne a parcouru plusieurs types de collections numériques, mettant en avant la nécessité d’utiliser des méthodes et des formats professionnels et adéquats pour que ces archives ne se perdent pas dans les méandres d’une idéologie ou dans les représentations d’un notable ni ne se réduisent à un ensemble d’anecdotes. Elle a démontré l’intérêt heuristique qu’apporterait une cartographie des sources en lançant les premières analyses réflexives d’une historienne « naïve » qui interrogerait les sites d’archives à disposition en tentant d’en faire leur histoire, d’interpréter leurs changements au fil du temps, de préciser la qualité de leur matérialité et d’avoir un regard critique sur la façon dont les archives, ou les sélections faites par les gestionnaires des fonds, étaient valorisées.

Après ce premier constat, la première table ronde sous le titre Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ? venait tout naturellement présenter des centres d’archives ou des bibliothèques des deux côtés de la Méditerranée qui présentaient des sources sur cette aire géographique, dont nombre d’entre eux venaient d’être introduits par Carla Eddé. Le panel n’était pas exhaustif mais il a permis de se faire une idée des richesses qu’une cartographie plus précise permettrait de mettre en avant : le fonds d’archives sonores des entretiens de combattants maronites enregistrés par Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik – Holy Spirit University of Kaslik), les archives musicales de la fondation Amar créées par Kamal Kassar4, les archives photographiques de la photothèque de l’Université Saint Joseph présentées par Levon Nordigian et Marina Mattar), le site de la Bibliothèques d’Orient présenté par Françoise Hours (BnF responsable scientifique du site), le fonds des archives du général Henri Gouraud (1867-1946), présenté par Jean-Philippe Dumas (Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères), les archives télévisées et radiodiffusées conservées au sein de l’Institut français de l’audiovisuel présentées par Mireille Maurice (Ina Méditerranée) et illustrées en particulier par le programme Med-Mem. Les deux modérateurs de cette table ronde étaient eux aussi soit créateurs de fonds d’archives – Lockman Slim est le co-directeur, avec Monika Lockmann, d’UMAM Documentation & Research, soit des utilisateurs comme chercheur, Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) travaille actuellement sur une collection inédite portant sur le théâtre palestinien. S’il reste encore de nombreux autres centres de ressources à repérer, il faut aussi noter que le précédent colloque de l’Ifpo autour du CERMOC avait également mis en avant plusieurs institutions et leurs ressources dans une de ses tables rondes5. Procéder à un état des lieux serait une des premières étapes pour le partage des données en identifiant les structures et leurs thématiques pour mieux appréhender les complémentarités et comprendre les dispositifs.

Car l’objectif, dans un second temps, serait de proposer des outils méthodologiques et techniques permettant de comparer, présenter, faire converger les ressources pour pouvoir les utiliser. L’objectif des deux conférences qui ont suivi la présentation de ces fonds avaient était ainsi de proposer des solutions et de les éclairer par des exemples. La première, présentait le programme ERC « Open Jerusalem » – Opening Jerusalem Archives: for a connected history of ‘Citadinité’ in the Holy City (1840-1940) dont l’objectif est d’identifier, localiser, collecter, décrire et valoriser les archives sur l’histoire moderne et contemporaine de Jérusalem. Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman) a montré de façon très concrète que des collections dispersées dans plus de 15 pays, plus de 80 fonds et dans une dizaine de langues (araméen, arménien, anglais, arabe, français, hébreu, italien, ottoman turc, syriaque) pouvaient être réunies en suivant les formats de structuration des données internationaux comme le Dublin Core qui facilite l’interopérabilité. La seconde, présentée par Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num) et Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num) avait pour objectif de présenter les outils techniques mis en œuvre pour partager les données de la recherche à partir de l’expérience de la TGIR Huma-Num. Mettre en place des outils et des services pour réunir ces fonds que la fièvre d’archives ne cesse de multiplier est essentiel. Les centres de ressources institutionnels, académiques, associatifs ou citoyens, en ligne ou sur site, qui proposent des collections constituées pour interpréter des périodes historiques, des événements, des guerres… doivent pouvoir être interrogés, comparés, réutilisés.

Et précisément, la société civile, en organisant ces archives, en les contextualisant ou en les enrichissant contribue largement au débat public. La table ronde « Les activistes des archives », avait pour objectif de montrer leurs modalités de documentation et de diffusion. Le débat était mené par Emma Aubin-Boltanski, anthropologue, co-responsable du programme Shakk – Conflits, déplacements, incertitudes. Ce programme financé par l’ANR, et qui associe le Centre d’études en Sciences sociales du religieux (CéSor), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), l’Institut de recherche et d’études sur les mondes arabes et musulmans (Iremam) et le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BnF), a pour objectif de tenter de comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 en s’appuyant sur les documents (vidéos, images, textes, sons) postés par des citoyens ordinaires et des activistes. Certes, parler d’archives alors que la guerre continue, semble un contresens mais ces documents offrent déjà un éclairage sur le  passé,, constituent une mémoire qui témoigne de la diversité des formes de résistances. Ainsi deux projets, toujours en cours, de création d’archives ont été présentés lors de cette table ronde. Celui mené par Sana Yazigi sous le titre The Creative Memory Of The Syrian Revolution / La mémoire créative de la révolution syrienne, est un projet collectif de grande ampleur, en trois langues (arabe, anglais, français) qui présente actuellement 10 000 oeuvres documentées et géolocalisées. Celui mené par l’association Dawlaty (présenté par Ahmad Saleh) a débuté en 2016. Dans la perspective d’une justice transitionnelle, l’objectif est de réunir et d’archiver des témoignages oraux de femmes de disparus et de jeunes syriens et syriennes âgés de 18 à 24 ans . Deux chercheures ont ensuite exposé leur méthode de travail pour archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit (Cécile Boex, EHESS, Césor) ou des lieux de mémoire du Sud Liban issus de l’occupation israélienne sur les réseaux sociaux (Zara Fournier, CITERES, Ifpo). Ces deux interventions ont mis en avant la nécessité de se préoccuper de l’archivage des données issues du web, de leur contextualisation au moment de leur archivage.

Terrasse de Beit Beirut "La maison jaune", Beyrouth
Terrasse de Beit Beirut “La maison jaune”

Après la bibliothèque nationale, c’est dans un autre lieu de mémoire que s’est tenue la deuxième journée du colloque puisque c’est dans l’auditorium de Beit Beirut6 que les participants ont assisté à la suite de l’événement. Les deux conférences plénières proposaient des modes de relecture des collections et de nommer les archives pour mieux les interpréter, les tables rondes – autour de disciplines aguerries aux « nouvelles archives » la linguistique interactive et l’histoire orale – offraient des exemples concrets de projets ou de récits de chercheurs ayant constitué ou utilisé des archives Web ou sonores pour appuyer leurs publications. Les deux conférences de Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297) et de Christine Jungen (LESC) dialoguaient, mettant en avant l’intérêt heuristique de porter l’enquête autour des archives mais aussi de réfléchir à la façon de les aborder et de les contextualiser.

Pauline Koetschet
Pauline Koetschet

À partir de ses recherches qui s’appuient sur des archives pré-ottomanes, Pauline Koetschet a insisté sur la nécessité d’une approche sociale des pratiques archivistiques. Partie d’une véritable enquête autour de manuscrits proche-orientaux anciens [disparus, manquants ou inexistants], cités dans le catalogue de la collection de Paul Sbath (1887-1945), elle est revenue sur l’inscription des archives dans leur contexte social. Ainsi, le manque d’archives ou leur absence doivent être interprétés tout autant que leur conservation et leur présence. Les raisons de leur non production ou de leur disparition peuvent être multiples et elles viennent éclairer des pratiques sociales. L’intervention de Christine Jungen s’est appuyée sur les résultats d’un programme financé par l’ANR qui avait pour titre Archiver. Les pratiques historiographiques contemporaines au Moyen-Orient (2010-2012) et qui devrait être publiée dans les mois à venir. L’objectif était d’explorer la façon dont les matériaux documentaires ont été façonné pour attester l’histoire et devenir « archives » dans le cadre de pratiques mémorielles, biographiques ou savantes, les appuis matériels du vrai. Pour cela elle est partie du microfilm comme format alternatif de consultation d’archives ottomanes réunies dans les années 1970 en Jordanie7.

Table ronde "Parole vive, parole en interaction"
Table ronde “Parole vive, parole en interaction”

Les deux dernières tables rondes ont voulu laisser libre cours aux expériences et aux pratiques des chercheurs et offert l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production. Plusieurs questions ont ainsi été abordés : l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, les questions juridiques et éthiques qui peuvent être mises en jeu ou encore les liens qui relient les producteurs de données aux acteurs documentés dans les données, qu’il s’agisse autrement des témoins, des chercheurs, des archivistes ou des utilisateurs, ou qu’il s’agisse encore de l’influence des crises politiques et des conflits sur l’archivage.`

La table ronde “Parole vive, parole en interaction” s’inscrivait dans le domaine de la linguistique et portait sur des expériences autour de corpus sonores, vidéo et interactionnels, présentés soit dans une perspective patrimoniale (les données existantes, leur traitement, leur archivage, etc.), soit dans la perspective de leur recueil (dans la relation du chercheur au terrain), soit dans la perspective des recherches qu’ils rendent possibles. Plusieurs présentations ont porté sur des corpus d’interaction enregistrés dans des situations sociales ordinaires. Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), “Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication”, ont présenté une base de données de langue parlée (intégrant des données audio et vidéo) en cours de constitution à l’Université Libanaise. Gloria El-Hadj a présenté un corpus sur le français parlé au Liban qu’elle a réuni et constitué à Beyrouth et au Sud du Liban, dans le cadre de sa thèse. Deux interventions ont abordé des questions méthodologiques liées à ce type de données, celle de leur transcription (Catherine Pinon, Ifpo, Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention ARAPI) et celle des questions éthiques qui se posent au moment de l’enregistrement des interactions (Véronique Traverso, Ifpo, Enregistrements et utilisation de corpus sensibles). Deux autres types de corpus linguistiques ont été également abordés. Tout d’abord celui de “L’arabe parlé blanc” présenté par Bassam Baraké (Université El-Jinane) qui est revenu sur l’utilisation de données orales provenant des médias (télévision) pour la description d’une langue, l’arabe libanais “blanc” (qui n’a pas de couleur régionale), tandis que Joseph Dichy (Université Lyon 2) a présenté un corpus de tweets et arabizi. Il a ainsi abordé l’usage de données issues des médias sociaux pour le traitement automatique des langues. Il s’est notamment attaché à la question de la traduction des données (initialement en arabe, et intégrant des variations de langues et de glosses) pour l’établissement des corpus trilingues (arabe, anglais, français).

eit Beirut, dernière après-midi du colloque

La dernière table ronde portait sur les enjeux posés aujourd’hui au cœur d’une discipline qui s’intéresse à la mémoire et aux différents régimes de mémorialité, l’histoire orale. Les historiennes qui la composaient ont également présenté des corpus constitués dans des circonstances diverses qu’ils soient photographiés (Houda Kassatly, Université Saint-Joseph, Les photographes de studio des années 50 au Liban : mémoire d’un métier et hommage posthume) ou enregistrés sur le terrain en Jordanie (Falestin Naïli, Ifpo, L’histoire orale en Jordanie : potentiel et obstacle) ou au Liban (Liliane Kfoury, Université Saint-Joseph, L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine), collectés sur le Web en Algérie (Karima Dirèche, UMR TELEMMe, Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne) ou en France (Sophie Gebeil, UMR TELEMMe, Aux sources de l’histoire dispositifs mémoriels en ligne : entre archives du Web et enquête orale). Enfin, Florence Descamps (EPHE PSL) est revenue sur les régimes de mémorialité et la fécondité du concept en histoire orale. Le texte a été publié  sur Les carnets de la phonothèque.

Table ronde sur l'histoire orale
Table ronde sur l’histoire orale

Dans leur conclusion à deux voix, Kamel Doraï (Ifpo) et Véronique Ginouvès (MMSH) sont revenus sur l’évidence de la mise en œuvre de l’exploitation scientifique et de la valorisation des collections qui se sont constituées sur le Moyen-Orient en prolongeant un dialogue parfois interrompu entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte, leur archivage, leur enrichissement documentaire et leur analyse scientifique. Pour cela, il faut que la réflexion se poursuive et sans baisser la garde à la fois sur la méthodologie de la collecte et de l’analyse mais aussi les principes archivistiques qui vont permettre de valoriser et utiliser ces données dans les meilleures conditions possibles.

Conclusions par Kamel Doraï et Véronique Ginouvès
Conclusions par Kamel Doraï et Véronique Ginouvès

Face à la diversité des acteurs partie prenante dans la constitution et la diffusion des archives dans la région, une réflexion sur la constitution des fonds, leur finalité et leurs usages est aujourd’hui nécessaire pour que les utilisations qui en sont faites puissent être comprises dans les contextes spécifiques de chacun des fonds disponibles. Ces deux jours de rencontre ont montré toute la nécessité de collaborations fortes entre institutions d’horizons divers : nous entrons maintenant dans l’ère de l’exploitation des données et de leur partage, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban, de Jordanie et de Syrie.

***

L’événement avait été précédé d’un atelier pédagogique (28 mai) sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques8 et chaque soirée a été prolongée par la projection d’un film éclairant sur les modes d’expressions  que peuvent prendre les recherches sur cette aire géographique : Inner Mapping9, Tadmor10, et Catherine ou le corps de la passion11. Ces séances ont réuni plusieurs centaines de spectateurs, démontrant l’intérêt du public pour un genre cinématographique alliant recherche en sciences humaines et sociales, questions de société et actualité politique de la région du Proche-Orient12. Sur l’invitation du directeur de l’Institut français du Proche-Orient, une soirée festive a clôturé l’événement , une belle occasion de discussions, d’échanges et d’imaginer nouveaux projets collectifs…

Consulter le site du colloque

Rédacteurs.trices / Relecteurs.trices  : Emma Aubin-Boltanski (Césor) Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo), Véronique Traverso (Ifpo).

Discussion après la projection du film, Emma Aubin et Rania StephanDiscussion après la projection du film d'Emma Aubin avec Rania Stephan (camera)
Discussion après la projection du film d’Emma Aubin avec Rania Stephan (camera)
Projection de Tadmor au cinéma Montaigne
Projection de Tadmor au cinéma Montaigne

 

 

 

 

 

Crédits photographiques : Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban. Introduction au colloque “Nouvelles archives numériques au Proche-Orient” à la BnL. De droit à gauche : Sophie Bouffier (directrice de la MMSH), Michel Mouton (directeur de l’Ifpo), Véronique Aulagnon ( directrice de l’IFL), Hassan Al Akra (directeur de la BnL) ; Visite de la BnL bibliothèque nationale du Liban en fin de journée du colloque et photographie du bâtiment lors d’une visite le 17 décembre 2018 ; Conférence de Carla Eddé ; terrasse de Beit Beirut ; conférence de Pauline Koetschet ; deux tables rondes ; conclusions par K. Doraï et V. Ginouvès ; projections au cinéma Montaigne (IFL).

  1. Les directrices et directeurs des institutions qui ont financé le projet et le directeur de la Bibliothèque nationale du Liban ont, dans leurs allocutions d’ouverture, su rappeler les éléments essentiels pour la mise en place d’un véritable partage des données. Hassan Al Akra, directeur général de la Bibliothèque nationale du Liban, qui accueillait la première journée du colloque dans une bibliothèque toute nouvelle, inaugurée le 4 décembre dernier après quarante-deux ans de fermeture. Il est revenu sur la nécessité de la constitution de collections dans son pays. Il a également pris le temps d’effectuer la visite de cette nouvelle bibliothèque et faire découvrir les nouveaux outils mis à la disposition des publics  ; Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français au Liban, a mis en avant la capacité des acteurs de cette aire géographique de mettre en place des collaborations intellectuelles et de partager les savoirs ; Michel Mouton, directeur de l’Institut français du Proche-Orient, a mis en avant les collaborations recherche entre les acteurs du Moyen-Orient, en particulier la participation à au programme ANR Shakk, mais aussi des institutions françaises comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme dont la directrice, Sophie Bouffier a présenté les outils mis en place et souligné l’importance des collaborations. []
  2. Le colloque La construction de savoirs partagés : Comment faire de la recherche en sciences sociales au Proche-Orient ? a été organisé par l’Ifpo avec le soutien de l’Agence universitaire de a francophonie (AUF) – Moyen-Orient et de l’Institut français du Liban les 5 et 6 novembre 2018 : http://www.ifporient.org/colloque-5-6-11-2018 []
  3. Historienne, spécialiste du Liban contemporain, vice-recteur aux relations internationales de l’ USJ – Université Saint-Joseph et membre du Comité scientifique du Musée de Beyrouth. []
  4. Malheureusement la fondation n’a pas pu être présente mais ses collections musicales sont importantes et font partie de celles qui pourront être prises en compte dans une cartographie à venir. []
  5. Ainsi autour de la table ronde #4 : Production et partages de données : archives et publications plusieurs ressources ont été présentées, dont  les archives de l’Académie libanaise des beaux-arts (ALBA), celles de la phonothèque de la MMSH et la bibliothèque de l’Orient-Institut Beirut. []
  6. Beit Beirut est un musée et un centre culturel urbain qui a l’objectif de présenter une histoire de Beyrouth et de la guerre civile. Le centre culturel se trouve dans le bâtiment restauré qui appartenait à la famille Barakat, également appelé « maison jaune », qui se trouvait sur la ligne de démarcation de différentes factions libanaise pedant la guerre. La maison est ouverte à tous les citoyens depuis 2017 et propose des activités culturelles et scientifiques. []
  7. Jungen Christine, « Savoirs fragmentés. Des catalogueurs, des bobines de microfilm, et la collecte du « patrimoine arabe et islamique » », Revue d’anthropologie des connaissances, 2013/4 (Vol. 7, n° 4), p. 915-939. DOI : 10.3917/rac.021.0915. []
  8. Cet atelier, animé par Fabrice Barth, chargé de mission sur le numérique pédagogique, ESPé, Aix-Marseille Université, avait pu être organisé avec le soutien et la collaboration du service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban et l’AEFE. L’atelier a réuni 20 enseignants francophones, professeur·e·s d’histoire du secondaire au Liban du réseau AEFE. []
  9. Un film de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017), tourné sur les territoires palestiniens, produit par CNRS Images. []
  10. Film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim en 2017, il a été introduit par Monika Borgmann et les discussions qui ont suivi ont permis d’échanger avec les acteurs du film, anciens détenus de la prison de Palmyre. []
  11. Un film réalisé par Emma Aubin-Boltanski en 2012, introduit par Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan. []
  12. Les trois séances se sont tenues au cinéma Le Montaigne de l’Institut français du Liban, rue de Damas. []

Une réflexion sur « Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.