"Kosova Republikë!"

Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

À la phonothèque de la MMSH se déroule actuellement le traitement d’un corpus déposé par l’ethnologue Pierre Laurence , enregistré au Kosovo en 1993 et 1995. Une délégation de militantes et militants français·e·s, engagé·e·s au sein du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN), a réalisé des entretiens d’acteurs politiques kosovars et serbes portant sur la situation en ex-Yougoslavie, la répression de l’État serbe au Kosovo et la résistance civile non-violente.

Le traitement de ce fonds est pour l’équipe de la phonothèque l’occasion de réfléchir à la place que peuvent occuper des archives issues de l’engagement personnel et militant dans les fonds de chercheur·e·s. Il s’agit en effet d’une collection qui a peu de lien avec la production scientifique du producteur1 et donc du reste de son fonds2. Ainsi, dans ce cas, la nature très politique des entretiens mais aussi l’aire géographique concernée par ce corpus tranche avec son travail de collecte sur les pratiques musicales, le pastoralisme et la mémoire orale dans les Cévennes. La collection demande ainsi à être traitée en considérant le milieu associatif dont elle est issue, leur matériel idéologique et leurs choix de modalité d’action. Le travail de documentation demande à solliciter des ressources différentes que dans le cas d’un fonds d’archives issu de la production scientifique du chercheur. Le traitement s’appuie ainsi sur une bibliographie engagée et associative ainsi que des ouvrages spécialisés et sur les échanges initiés avec les militantes et militants engagé·e·s qui ont des parcours professionnels et géographiques divers.

Le MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente) est une association de promotion de la non-violence qui dirige son action sur les luttes sociales et politiques, le milieu éducatif et la vie quotidienne en France et en Europe. Elle est née en 1974 sur les luttes contre l’implantation de base militaire sur le plateau du Larzac et les expropriations de terres. L’association s’est impliquée dans les divers conflits qui ont éclatés en Europe de l’Est. Dans les années 1980, le mouvement travaille avec Solidarność3. Puis, dans les années 1990, le Mouvement pour une Alternative Non-violente est engagé dans une opération de facilitation du dialogue au Kosovo entre l’État serbe et le peuple albanais.

La première délégation était composée principalement de membre du MAN : Martine et Pierre Dufour étaient alors animatrice et animateur de l’association en région PACA, tandis que Christian Boury-Esnault (trésorier de l’association), Pierre Laurence (ethnologue) et Vivian Poux (infirmier) étaient membres actifs dans l’Hérault. Bertrand de Villeneuve (professeur) a intégré pour sa part la délégation en tant que représentant de l’Assemblée européenne des citoyens4. Pour le voyage de 1995, Pierre Laurence, Bertrand de Villeneuve, Martine Dufour et Pierre Dufour ont été rejoints par les auteurs Jean-Yves Carlen et Joël Ehrhart, ainsi que Mario Pedretti, enseignant et militant au Parti Socialiste.

Ce corpus d’entretien est ainsi une trace documentée unique et notable sur les Balkans entre la mort de Tito5 et les débuts de la lutte armée au Kosovo en 1997. Les témoins sont des acteurs majeurs du courant indépendantiste. Des responsables de la Ligue démocratique du Kosovo6 et des figures d’opposition au gouvernement de Belgrade donnent leurs points de vue sur la progression de la situation politique en ancienne Yougoslavie alors que la lutte armée se déroule déjà en Bosnie et en Croatie. Dans ce climat de tensions, les informateurs affirment leur choix de la non-violence. Ils parlent aussi de leur espoir de voir cette stratégie porter ses fruits et d’éviter la guerre. Aussi présent dans ce corpus, un entretien du sociologue et folkloriste Anton Cetta7 donné deux ans avant sa mort, est un témoignage précieux sur la remise en cause de la coutume de la vendetta ou “dette du sang” qui était héritée des règles de fonctionnement de la société clanique albanaise médiévale. Le chercheur a été un des initiateurs du mouvement de réconciliation entre familles qui organisait, entre 1990 et 1992, le dialogue et des cérémonies de pardon publique dans les villages.

"Président Ibrahim Rugova, symbole de l'indépendance du Kosovo"
« Président Ibrahim Rugova, un symbole de l’indépendance du Kosovo » (traduit de l’albanais, google traduction)

En amont du travail de description documentaire, il a été essentiel de rassembler des éléments de compréhension sur l’évolution politique de la région des Balkans et l’historique de la situation géo-politique de la province du Kosovo. Celle-ci a été établie en province sous la présidence de Tito en 1974. Sa mort, en 1980, provoque un retour des discours nationalistes anti-albanais, par des groupes qui considèrent la région du Kosovo comme le berceau de la nation serbe. À partir de 1981, des étudiants albanais, suivis par des travailleurs, manifestent à multiples occasions pour demander des élections et le statut de République. En juin 1989, le premier homme du parti communiste, Slobodan Milošević, retire l’autonomie constitutionnelle du Kosovo. Des députés kosovars, chassés du parlement encerclés par l’armée serbe le 23 mars 1989, se regroupent pour proclamer la République du Kosovo le 2 juillet 1990. Ibrahim Rugova remporte les élections clandestines et met en place une société parallèle. Les syndicats d’enseignants organisent le système éducatif parallèle dès 1991 et c’est l’association Mère Teresa8 qui prend le rôle de système de santé, avec beaucoup de manques. Dès 1992, le président et les ministres demandent un protectorat international pour le Kosovo.

Les deux missions de 1993 et 1995 ont fait l’objet de rapports dans le but d’informer les françaises et français sur la situation kosovare. Ces documents présentent la situation au Kosovo, notamment à partir des informations obtenues lors des entretiens. Certains entretiens sont transcrits, tel que celui d’Ibrahim Rugova avec Rexhep Ismajli, celui d’Anton Cetta et l’échange avec Vladan Vasiljevic. Les rapports sont aussi des sources importantes sur le contexte de l’arrivée de la délégation dans une zone sous tensions et présentent le système parallèle mis en place par le gouvernement d’Ibrahim Rugova. Le rapport de 19939 est une mise en lumière l’histoire du Kosovo, la situation politique et sociale et les principales inquiétudes concernant la violence et la pauvreté dans la province. Dans le rapport de 199510, la position du Kosovo dans le conflit est examinée à partir de la situation politique à Belgrade en Serbie. On y trouve aussi des segments sur la situation économique du Kosovo, l’embargo et les conditions de vie des habitants.

L’équipe de la phonothèque recherche actuellement les contacts avec les collectrices et collecteurs pour obtenir les contrats d’autorisation d’utilisation. La notice du corpus est disponible sur Ganoub. En attendant d’avoir réuni l’ensemble des d’autorisations, les enregistrements ne sont consultables uniquement sur site, sur rendez-vous à la phonothèque. En janvier 2020, un entretien avec Martine et Pierre Dufour11 a été enregistré chez les collecteurs, à Manosque. Dans cet entretien, le couple revient sur les circonstances qui ont motivé ces missions.

Lisa Haustrate, archiviste à la phonothèque

Merci à Pierre Laurence, Martine et Pierre Dufour pour m’a voir aidée dans mes recherches sur ces missions, les intervenantes et intervenants et le contexte politique dans les Balkans de cette période.

Crédits photographiques : « Kosova Republikë! », Marco Fieber, Pristina, 2013, CC BY-NC-ND 2.0, Flickr. Ibrahim Rugova square, marguerite, 2013, CC BY-SA 2.0, Flickr.

  1. Pierre Laurence est chef du service patrimoine au Département culture du Conseil général de l’Hérault. Il a travaillé notamment sur la chanson populaire et la musique instrumentale mais aussi sur le pastoralisme et sur la mémoire orale. []
  2. Selon la définition du Dictionnaire de terminologie archivistique de la Direction des Archives de France (2002) le fonds est un « Ensemble de documents de toute nature constitué de façon organique par un producteur dans l’exercice de ses activités et en fonction de ses attributions. Cette notion s’oppose à celle de collection. » Plus brièvement, le fonds correspond à l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a produit ou reçu dans l’exercice de ses activités au cours de sa vie. []
  3. Fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Solidarno%C5%9B%C4%87 []
  4. Branche française du réseau Helsinki Citizens’ Assembly, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Assembl%C3%A9e_europ%C3%A9enne_des_citoyens []
  5. Josip Broz Tito (1892-1980) []
  6. Ibrahim Rugova, Rehxep Ismajli et Hydajet Hyseni []
  7. Une transcription a été publiée dans le rapport de mission de 1993 page 42. []
  8. Association créée en 1989 à Pristina qui avait pour ambition de pallier aux carences des services sociaux et sanitaires que le pouvoir serbe n’assumait plus pour les Albanais au Kosovo, notamment pour les plus démunis. En 1993, l’ONG compte 32 antennes locales et 76 en mai 1996. []
  9. Vous pouvez consultez le PDF ici : Rapport du MAN, Kosovo 1993 []
  10. Vous pouvez consultez le PDF ici : Rapport du MAN Kosovo 1995 []
  11. L’entretien peut être écouté en ligne en suivant le lien URL en bas de la notice ou en cliquant ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.