Le plus vieux cèdre du Liban en 1915 (archives de l'Oregon)

Michel Seurat dans ses archives

Un des atouts de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence est de faciliter les rencontres scientifiques : l’histoire du traitement du fonds Michel Seurat fait partie de ces concours de circonstances heureux qu’elle a pu faire naître. En 2009, l’anthropologue Franck Mermier, alors directeur du Département des études contemporaines de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) participe au jury d’une thèse qui se tient à la MMSH1. À cette occasion, il découvre les travaux de la phonothèque et fait aussitôt le lien avec une sacoche en cuir, rangée sur une étagère de son bureau à Beyrouth. Il l’a déjà plusieurs fois examinée sans vraiment savoir ce qui pourrait en être fait car elle contient principalement des minicassettes et des cassettes audios. Or les services de l’Ifpo ne disposent pas de lecteurs pour les écouter ni de moyens de les transférer sur un autre support. Rien de précis n’est indiqué mais le nom de « Michel Seurat » et l’adresse du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) sont inscrits en destinataire d’enveloppes postales. Il suppose donc qu’il s’agit de documents ayant appartenu au chercheur Michel Seurat, réunis par celui-ci entre 1979 – début de son rattachement au Cermoc désormais partie intégrante de l’Ifpo – et le 22 mai 1985, date de son enlèvement par l’organisation du Jihad islamique. Il ne sait pas ce que ces documents contiennent mais cela lui semble essentiel de les déposer dans un centre d’archives ; après sa visite aixoise, il se tourne vers la phonothèque de la MMSH.

Revenu au Liban, Franck Mermier organise le transport du contenu de cette sacoche transférée dans une boite en carton. De façon singulière, pour des raisons logistiques2, la boîte suit la route que Michel Seurat parcourait en moto lorsqu’il se rendait à Damas3. Emballée dans le coffre d’un taxi inspecté à la frontière par les douaniers syriens, elle repart ensuite dans une valise anodine vers la France, où elle est enfin confiée à la phonothèque de la MMSH lors de l’été 2010. Neuf années seront nécessaires pour traiter le fonds. Dès leur arrivée, les supports audios sont numérisés sur site et l’équipe prend contact avec la famille du chercheur, non seulement pour lui faire parvenir une copie numérique de la collection mais aussi pour officialiser le dépôt de ces archives par la signature d’un contrat d’autorisation de leur utilisation. Une convention de collaboration est également signée entre l’Ifpo et Aix-Marseille Université / MMSH précisant et élargissant les termes de l’échange. Désormais les collections sur le Proche-Orient déposées à la phonothèque seront accessibles en copie numérique au sein de l’Institut qui déposera de son côté ses archives de terrain à la MMSH en vue de leur traitement. Pour mieux comprendre le contexte de production, le fonds est également présenté à des chercheur·e·s, en particulier les feuillets, plus facilement manipulables puisque – outre les enregistrements sonores -, le fonds comporte en vrac des brouillons d’articles, des notes, des coupures de presse ou des commentaires de textes envoyés par des collègues. La politiste Elizabeth Picard y a par exemple reconnu un des chapitres annoté de sa thèse. D’autres textes inédits, qui restent encore à transcrire et éditer, sont peut-être des parties de la thèse d’État que le chercheur était en train de rédiger, comme le demandait alors le cursus académique classique. Les archives papiers ont depuis, elles aussi, été numérisées et cataloguées en 2018 sur un financement spécifique de l’Ifpo puis l’instrument de recherche complet a été mis en ligne en 2019 sur la plateforme Calames4 accompagné des fichiers numériques lorsque les questions juridiques et éthiques le permettaient.

Car si la numérisation facilite l’accès aux documents et permet d’engager un processus standardisé pour la conservation sur le long terme, elle ne sert à rien si les données ne sont pas documentées et accessibles. Mais comment décrire ces enregistrements auxquels Michel Seurat n’avait pas prêté une attention particulière ? Pouvait-il imaginer qu’un jour ils seraient écoutés par d’autres, alors qu’il leur donnait tout juste une fonction de prise de notes ? Comment traiter un fonds aussi hétérogène, dont les usages et les objets étaient inconnus, auprès de locuteurs souvent anonymes, de langue française et arabe littéraire comme dialectal, sans information sur le contexte de production ? Deux rencontres ont accéléré le processus de leur traitement. La première a été celle de France Métral, ethnologue, qui dépose en 2013 à la phonothèque de la MMSH, le fonds de son époux, le sociologue Jean Métral5. D’une amplitude plus conséquente (70 heures), ce fonds s’avérait plus simple à traiter que celui de Michel Seurat : constitué en un temps court (sans doute deux mois maximum au début de l’année 1975) autour d’une thématique précise (un sujet de thèse d’État Les français au Liban une minorité allogène) et uniquement en langue française, il avait également le grand avantage d’être introduit par France Métral ; elle avait participé aux recherches de son mari et pouvait informer sur le contexte de production de ces archives6. La surprise a été de repérer parmi les entretiens un enregistrement avec Michel Seurat lui-même, nous donnant l’opportunité de mieux connaître le chercheur et son projet scientifique, d’appréhender sa façon de voir le monde. Par ricochet, cette découverte a permis de susciter un intérêt plus général pour le traitement du « Fonds Seurat »7 et de relancer le travail d’archivage. La seconde rencontre a été celle de Claire Cialone-Grégoire8 qui a rendu possible le traitement complet du fonds. Archiviste et arabisante, maîtrisant à la fois la langue littéraire et le dialecte libano-syrien, avec des compétences dans les sciences sociales et l’histoire du Moyen-Orient, elle avait également une bonne connaissance des formats de traitement des archives et de l’encodage EAD9. Pour réaliser le traitement de ces archives, nous avons sollicité de nombreuses autres personnes qu’il nous faut remercier ici : d’anciens collègues de Michel Seurat, des ami·e·s, des chercheur·e·s intéressé·e·s par la question du Moyen-Orient ou des participant·e·s à des écoutes improvisées ont également contribué à ce travail de fourmi. Elizabeth Picard et Franck Mermier, qui introduisent ce numéro, mais aussi l’anthropologue Emma Aubin-Boltanski et toutes celles et ceux qui nous ont orientées vers des publications de Michel Seurat à mettre en lien avec les enregistrements. Ainsi, le philosophe Nibras Chehayed nous a éclairées sur des points précis de l’histoire contemporaine du Liban et de la Syrie et il nous a également permis de retrouver les références citées dans les enregistrements, de reconnaître des intervenants dont nous ignorions le timbre de la voix.

Le premier numéro hors-série de la revue Sonorités publiée par l’association française des documents sonores, oraux et audiovisuels présentait le fonds Métral. L’objectif de cette seconde livraison est, à l’identique, de mettre à la disposition des chercheurs un instrument de recherche consacré à un fonds sonore entièrement traité et classé. Dans le cas du fonds Seurat, l’organisation du plan de classement a été effectué en fin de traitement. S’il existait un classement par le chercheur à l’origine de ses documents, il nous était inconnu et impossible à retrouver trente ans après son décès. Nous avons choisi de l’aborder sous l’angle de la “nature” des enregistrements pour éviter d’ajouter du sens aux documents, de ne pas leur faire dire ce qu’ils ne disaient pas. Trois axes se sont ainsi dégagés que l’on retrouve à la lecture de ce numéro : (1) les enquêtes de terrain, ou les entretiens ; (2) les carnets de notes sonores qui correspondent plutôt à des enregistrements réflexifs, des traductions ou des lectures de Michel Seurat, seul ou avec des collègues ; (3) le dernier regroupement reprend un ensemble composite d’enregistrements réalisés par des personnes différentes et qui sont constitutifs de l’environnement de travail du chercheur.

Ce plan de classement témoigne également de la « méthode Seurat », de ses interactions avec les témoins, de sa capacité d’écoute et d’empathie. Pour appréhender au mieux le contexte de travail du chercheur, tous les documents ont été catalogués : ceux qui ont été produits par le chercheur lui-même, mais aussi les enregistrements musicaux, copies de morceaux enregistrés en studio et publiés, retrouvés pêle-mêle avec les « vraies » archives – ils participent à la compréhension de l’ensemble. Chacun donne à entendre une ambiance, un espace-temps, et renseigne sur les goûts et la personnalité du chercheur. Rien dans ses publications ne permet de dire qu’il se soit servi de ces cassettes pour son travail mais elles révèlent ses centres d’intérêt et rendent compte de l’environnement culturel et artistique, du contexte dans lequel les archives ont été créées.

Pour conclure je voudrais revenir sur un des objectifs des fondateurs de la phonothèque, l’historien Philippe Joutard et l’ethnodialectologue Jean-Claude Nouvier, au moment de sa création en 1979[1]. Au-delà de la conservation des supports et de l’administration de la preuve, ce qui leur tenait à cœur, était la valorisation de la source orale au sein de la communauté scientifique et au-delà. Ils souhaitaient, avec l’archivage des entretiens enregistrés, ouvrir les possibilités de réécoute des enquêtes de terrain vers le plus grand nombre pour faciliter la comparaison des sources, proposer de nouvelles analyses ou de nouveaux usages. Ce catalogue est là pour répondre le plus largement possible à cette mission mais aussi pour permettre à chacun·e d’enrichir ou de réinterpréter ces sources. La vie des archives est multiple et celles de Michel Seurat ne font pas exception, en voilà deux exemples. Deux enquêtes, concernant les massacres de Hama de 1981 et 1982, vont être transcrites et ajoutées aux sources d’un livre noir sur la Syrie dont l’objectif est de collationner des éléments tangibles visant à démontrer les actes de terreur du régime syrien. D’autre part, les enregistrements, écoutés dans leur intégralité par Nawar Bulbul, acteur et metteur en scène franco-syrien, ont également inspiré une création théâtrale, en langues française et arabe, qui a pris pour titre « Égalité » ; elle sera jouée en France en 2021.

Ce texte est une reprise adaptée pour ce billet de l’éditorial du numéro 2 hors série du Bulletin de l’AFAS. Sonorités (n°2) le 24 avril 2020, publié sous la licence [CC-BY].

Sur les archives Michel Seurat :

Fonds Seurat [Archives] , Calames, publication en 2019 http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-2994

Claire Grégoire, « Archiver Michel Seurat », Les carnets de la phonothèque, 31 mai 2017, [Billet] https://phonotheque.hypotheses.org/21809

« Catalogue du fonds Seurat. Archives sonores » Bulletin de l’Afas. Sonorités, Numéro hors série n°2,  [En ligne] https://journals.openedition.org/afas/4727

Crédits de l’image à la une : Le plus vieux cèdre du Liban, photographie prise vers 1915, Collection des archives numériques de l’Orégon (OSU). Pas de restrictions de droits connues / No known copyright restrictions.

 

  1. Il s’agissait de la thèse de Véronique Bontemps, Naplouse, le savon et la ville : patrimoine familial, travail ouvrier et mémoire au quotidien, sous la direction de Jean-Charles Depaule, http://theses.fr/2009AIX10062 []
  2. Franck Mermier a été aidé dans son projet par le service des ressources électronique de l’Ifpo situé à Damas qui était alors dirigé (2009-2010) par Jean-Christophe Peyssard, ingénieur CNRS. De nouveau affecté à l’Ifpo de février 2017 à 2020, cette fois basé à Beyrouth, c’est en tant que responsable du service Médias, données de la recherche et humanités numériques que celui-ci va poursuivre le projet de valorisation du fonds Michel Seurat. []
  3. Plusieurs témoignages reviennent sur les trajets qu’effectuait Michel Seurat à moto entre le Liban et la Syrie et le grand plaisir qu’il prenait à traverser ces paysages. Nous vous renvoyons, par exemple, à l’écoute de l’entretien avec Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Ifpo, enquête 4042, phonothèque MMSH. []
  4. La saisie sur la plateforme Calames a été réalisée en 2019 sur un financement de rétro-conversion de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche – ABES. []
  5. Entretien avec Michel Seurat par Jean Métral, Beyrouth, 1975, enquête n°4383. Une écoute publique d’un extrait de cet entretien a été faite au moment de l’inauguration de la plaque commémorative dédiée à Michel Seurat sur un pavillon de l’Ifpo à Beyrouth le 6 novembre 2018. []
  6. Ce fonds, consultable ans sa totalité sur Calames, a été publié dans le premier numéro hors série du Bulletin de l’AFAS. Sonorités, en décembre 2019. La version électronique est en libre accès sur le site de l’AFAS : https://phonotheque.hypotheses.org/32067 []
  7. Citons par exemple le  master recherche soutenu à l’IEP d’Aix-en-Provence en 2016 par Alaa Khzam et l’écoute publique d’un extrait de l’entretien avec Jean Métral (enquête 4383) proposé par Élise Massicard, politiste, pour le lancement du prix Michel Seurat à Paris en 2017. []
  8. Après un stage de Master 2 “Histoire du droit – Parcours métiers de la mémoire et du patrimoine » mars à mai 2017, Claire Cialone-Grégoire a continué à traiter le fonds dans le cadre de contrats à durée déterminée sur des projets soutenus par le consortium des ethnologues de la TGIR Huma-Num ou dans le cadre du catalogage rétrospectif de l’ABES sur Calames. Ce travail d’archivage s’est fait en équipe avec elle, d’où l’accord féminin pluriel qui se retrouve au fil du texte. []
  9. Encoded Archival Description. Après un premier traitement et une valorisation sur la base Ganoub, la phonothèque traite ses archives dans ce format international ce qui permet de déposer ensuite les métadonnées et les fichiers son (format WAVE) sur le site du CINES – Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur pour une conservation sur le long terme. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.