Forête de cèdres centenaires du Liban, Bcharré, au pied du mont Makmel., novembre 2018

Avent -24 : Disparitions : un calendrier de l’Avent pour les raconter

Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut ; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification. Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo ; il mouilla un gant qu’il passa sur son front, sur son cou. Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu’un glas, plus sourd qu’un toscin, plus profond qu’un bourdon, non loin sonna trois coups. (La disparition, Georges Perec, 1969)
 
Pourquoi un calendrier de l’Avent qui raconterait les disparitions ? et quelles disparitions ? L’idée de réfléchir à ce sujet nous est venue parce que tout récemment nous avons découvert que les billets rédigés par les équipes du Crem et de la phonothèque de la MMSH dans le cadre du programme Europeana Sounds entre 2014 et 2017 avaient tout bonnement disparu, … envolés, même pas archivés sur la Wayback machine. Et tout cela sans que nous nous en soyons rendu compte, croyant de bonne foi que l’Europe qui incite à la sustainaibility avait pris la peine d’archiver les contenus rédigés dans le cadre de son projet Europeana Sound. En repensant à l’excitation de la rédaction de nos textes collectifs, de nos balbutiements en langue anglaise, de nos recherches dans nos bases pour partager nos collection, plutôt que nous appesantir sur la déception, l’idée est apparue comme évidente : que faire de la disparition ? et si elle était envisagée comme une ré apparition ? une transformation ?  Un déplacement somme toute positif pour peu qu’on garde une forme de trace.

 
Lorsque La disparition – le roman de Georges Pérec dont l’extrait introduit notre billet –  sort en 1969,  l’auteur ne souffle rien de ce qui manque au lecteur, même s’il donne quelques clés, c’est bien à celui qui lit de comprendre ce qui disparaît sous ses yeux. N’est-ce pas non plus ce que nous devons sans cesse interpréter sur le Web : qu’est-ce qui est différent ? qu’est-ce qui a disparu ? comment retrouver l’information ?
 
La réflexion sur la question de la disparition nous a semblé alors éclairante et nécessaire pour le monde numérique. Ainsi, depuis quelques semaines Ganoub, la base de données de la phonothèque, est passée – après deux années d’efforts – sur une nouvelle version de son logiciel1. Certain·e·s utilisateur·trice·s l’ont peut être noté car des éléments  ont disparu, parfois fugacement, certains sont revenus et  d’autres sont apparus. En travaillant à la vérification de ces déplacements de l’organisation des informations et du graphisme, nous nous sommes rendu compte qu’en un instant nous avions déjà oublié des mécanismes du fonctionnement de l’outil utilisé la veille.
 
Avec ce mois de décembre va disparaître  une année tourmentée, nous avons saisi l’occasion de partager avec vous jusqu’à Noël nos récits des infinies variations des disparitions du monde numérique. N’hésitez pas à partager les votres dans les commentaires du carnet.
 
Crédits photographiques : Forêt de cèdres centenaires du Liban, Bécharré, au pied du mont Makmel., novembre 2018, photogr. V. Ginouvès.
 
L’équipe de la phonothèque
  1. La base est motorisée par Alexandrie, développé par la société GB Concept. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.