paysage du film de JP Olivier de Sardan

Avent -16 : L’archive en madeleine

Amis du Gai Savoir, amis du doux plaisir, un chat va sans un bruit dans un coin tout obscur. (La disparition, Georges Perec, 1969, p 59)

Travaillant sur l’archivage du fonds de l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan, j’ai visionné un film qu’il a co-réalisé dans les années 1980, intitulé Faudrait pas nous prendre pour des indiens (le pays derrière la fête). Cette œuvre, d’une durée de 32 minutes décrit les rites festifs d’un village de la Lozère – Grandrieu – et enregistre également les réactions des habitants au visionnage de leur propre mise en scène. Ayant connu cette époque, j’ai dégusté ce moment avec curiosité et délectation, à la fois en recherchant les signes du passé et en mesurant les écarts dans les façons de se vêtir, de parler ou d’agir. Spectatrice d’un temps encore présent dans ma mémoire, j’ai pensé à l’analyse d’une étudiante de master qui déclarait, à propos du film lors d’un exercice, qu’il s’agissait d’un autre temps, d’une époque … disparue. Alors je vous invite à vous installer confortablement, bien au chaud sous une petite couverture pour embarquer dans la machine virtuelle à remonter le temps, en cliquant ici :

 

Nous remercions Monsieur Pierre Arragon, co-réalisateur du film, qui nous a transmis les copies numériques de cette œuvre ainsi que celles de quatre autres films réalisés par lui-même et Jean-Pierre Olivier de Sardan (Le jaune et le noir, 1987; Un matin une pirogue, 1992; La bouche déliée, 1970; Saint Joseph le crocodile, 1992). Il nous a également permis l’utilisation de l’url pour la visualisation du film.

Crédit photographique de l’image « à la une » : capture d’image du film à 1 min 35s

Rédigé par Annick Boissel, archiviste audiovisuel