disparition sound cloud

Avent -18 : De la fugacité des players

Il frissonna sans draps, il transpira sous un plaid, il compara l’alfa au kapok. Il coucha assis, accroupi, à califourchon ; il consulta un fakir qui lui proposa son grabat à clous, puis un gourou qui lui ordonna la position yoga. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 7).

Faire écouter les fichiers son de la phonothèque en streaming n’est pas chose si simple. Le service informatique de la MMSH nous a proposé dès 2010 de mettre à notre disposition un serveur de stream1 dont nous avons géré les contenus à partir de 2012.  Toutefois, par souci d’esthétique et comme la création de ces points de publication n’étaient pas très ergonomique, pour publier sur les billets de blog nous nous sommes laissées prendre par la simplicité et l’esthétique de Sound Cloud  : cette plate-forme de distribution audio nous permettait d’afficher des images dans le player lui-même et de créer des liens avec les musiciens. Toutefois, nous ne pouvions y placer qu’une douzaine de séquences car pour obtenir plus d’espace il fallait payer le service – et nous n’en avions pas les moyens.

Il s’avère qu’au cours d’un événement organisé dans le cadre d’Europeana Sounds, un représentant de Sound Cloud, nous a proposé un espace de stockage illimité, pendant quelques années, sans précision sur cette durée.  Séduites, nous avons tout de suite été ravies et fières de rentrer sur cette plateforme où se retrouvaient 40 millions d’inscrits en 20132 dont de nombreux musiciens. Mais après 5 ans, l’espace alloué est revenu à celui d’origine et tout a disparu ! Les sons placés dans les billets affichés par Sound Cloud ne sont plus accessibles excepté les premiers qui correspondaient à l’espace minimal alloué (et bien sûr si la Wayback Machine a archivé un billet avec ce player il n’est plus audible).
Nous n’avons rien perdu de nos archives, rassurez-vous, simplement cet affichage qu’il faudrait reprendre dans tous les billets. Il s’agit ici plutôt d’une belle erreur professionnelle : il vaudra mieux un player robuste et à l’url stable qu’un colifichet sonore… Un conseil qu’il faudrait absolument prodiguer à tous ceux qui utilisent le web pour diffuser leurs données. Nous utilisons désormais systématiquement l’URL fournie par le service informatique de la MMSH dans les notices et le player d’Internet Archive quand nous souhaitons diffuser de courts extraits, pratique et  robuste  : celui-ci nous est resté fidèle !
Sur Ganoub, la base de données de la phonothèque, nos fichiers MP3 ont migré cette année vers un autre serveur sans que nos auditeurs s’en rendent compte. Les URL n’ont pas changé et il est beaucoup plus simple pour nous désormais de mettre en ligne nos sons : lorsque ce qui disparait est une longue et fastidieuse procédure pour créer des points de publication, alors la disparition nous est douce.

Ainsi le billet sur les recherches ethnomusicologiques en Roumaie publié samedi 5 décembre, a repris cette URL disparue : https://soundcloud.com/phonoth-que-mmsh/ronde-des-filles-executee-chez-la-mariee-a-moiseni-roumanie-1977-enquete-3578-plage-4 qui peut être écouté sur les serveurs de la MMSH [ouvrir le lien http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-3578-4 dans un flux réseau de VLC]

Un grand merci au service informatique de la MMSH de maintenir les serveurs et les URL pour l’écoute de nos fichiers sonores.

Bonnes disparitions de Noël !

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH

  1. Le  serveur avait le joli nom d’Astarte (à prononcer du nom de la déesse phénicienne Astarté mais en tant que machine, donc DNS, son nom s’écrivait en ASCII donc sans accent) et était motorisé par la technologie Service Windows Media. Quand le serveur Astarte s’est arrêté de fonctionner, brutalement, il tournait sur une version obsolète du système d’exploitation, le nouveau chef de service informatique de la MMSH a repris les données sur une toute autre technologie. []
  2. Chiffres indiqué dans la notice wikipedia consultée le 6 décembre 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.