Panda aux écouteurs

Avent -19 : L’archive sonore froissée par le temps

Abasourdis par l’inoui pouvoir marginal qui, contournant la signification tabou, la saisit pourtant, la produit pourtant par un biais subtil, la disant plus, l’ultradisant par l’allusion, l’association, la saturation, nous garantirons, lisant, la validation du signal sans tout à fait pourtant l’approfondir. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 95)

En 2017, l’anthropologue franco-nigérien Jean-Pierre Olivier de Sardan, né en 1941,  a déposé à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme des dizaines de cassettes audio, bandes son et documents papier, afin de préserver et valoriser son travail de recherche produit entre 1967 et 2003, en grande majorité en Afrique de l’ouest. Il s’agit d’entretiens en langues zarma et française, de transcriptions manuscrites de témoignages oraux, de notes de recherche, de bandes son des films “La Bouche déliée”, “Sassalé”, ou “La vieille et la pluie”. Le chercheur a souligné l’importance qu’il attache au partage de ce corpus avec le LASDEL (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local), laboratoire de recherche en sciences sociales à Niamey (Niger) et au Bénin, créé en 2001 et dont Jean-Pierre Olivier de Sardan est le co-fondateur.

 

Dans le cadre de ma formation dispensée par le Cnam – INTD de Paris , visant l’obtention de la  licence professionnelle “Métiers de l’information : archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles”, j’ai intégré la phonothèque en tant que stagiaire, sous la tutelle de Véronique Ginouvès, avec la mission de contribuer au traitement du fonds de Jean-Pierre Olivier de Sardan. 

Après avoir écouté les entretiens du corpus lié au territoire du département de la Lozère, témoignages enregistrés en 1985, au niveau sonore parfois très faible ou parasité par divers bruits, je me suis penchée sur le terrain africain du chercheur, entre le Niger, le Bénin et le Ghana. Quarante enregistrements sont en langue zarma, non accessibles à mes oreilles non éduquées à cette langue. Un autre corpus est composé de quarante neuf entretiens: il s’agit d’une enquête sur les dynamiques sociales et le développement local au Niger, menée par une équipe d’une trentaine d’étudiants du LASDEL. Ces entretiens sont enregistrés sur des cassettes audio (à l’époque, on pouvait également dire musicassette ou écrire K7). Ces supports ont été mis sur le marché pour la première fois par la société Philips, en 1963. En ce qui concerne les K7 du corpus « LASDEL », déposées par Jean-Pierre Olivier de Sardan, dix sept ans se sont écoulés entre leur première utilisation et la date de leur dépôt à la phonothèque. Au moment du dépôt, Jean-Pierre Olivier de Sardan et Véronique Ginouvès ont constaté que ces cassettes étaient bien poussiéreuses1. Malheureusement, poussières et salissures empêchent les têtes de lecture de s’appliquer parfaitement sur la bande magnétique, ce qui impacte considérablement la lecture des informations. D’autre part, l’objet même de l’utilisation de ces supports (l’enregistrement d’entretiens) induit des écoutes multiples, avec des opérations d’avance et de retour rapide, ainsi que des arrêts brutaux à répétition au cours du déroulement de la bande. Ces écoutes multiples sont effectivement indispensables pour la retranscription et l’étude de la parole. Cela provoque une usure plus importante par rapport à d’autres usages moins exigeants. Les bandes peuvent aussi être froissées ou déformées, sans compter qu’elles supportent mal l’humidité. Plus de 65% d’hygrométrie et une grosse chaleur en sus : les moisissures vont attaquer et détruire le support magnétique.

La conséquence de ces agressions mécaniques et climatiques est la perte d’informations : on ne comprend parfois plus rien ou à peine ! C’est comme si la voix était tordue et ralentie. Ecoutez plutôt ces cours extraits de 20 secondes (utiliser des écouteurs) :

    • extrait 1 (20s):  « entretien auprès d’un homme sur l’assainissement à Doutchi, Niger; 2003 » 

    • extrait 2 (20s):  « entretien auprès du directeur régional des impôts  à Tahoua, Niger, 2003 »

    • extrait  3 (20s):  « entreien auprès du chef du cabinet de la préfecture à Tahoua, Niger »

C’est souvent au début de l’enregistrement que le son est altéré, la bande ayant été davantage détériorée en périphérie qu’au cœur de la bobine car moins sujette aux agressions. Mais gardons nous de destiner ces objets à un sort fatal, car les progrès technologiques permettront peut-être un jour de redonner audibilité à ces voix.

Un appel en forme de conclusion : chercheurs, soyez précautionneux avec les supports qui hébergent vos données, car aujourd’hui ce qui nous guette est peut-être pire : la perte irrémédiable des données…

Crédits photographiques : A. Boissel, 2020, CC-BY-NC

 

 

  1. Au moment du dépôt Véronique Ginouvès a enregistré en forme de note la conversation explicative du chercheur sur ses enquêtes et ses supports. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.