Avent -15 : Where is MySpace?

« Il y avait un manquant. Il y avait un oubli, un Uanc, un trou qu’aucun n’avait vu, n’avait su, n’avait pu, n’avait voulu voir. On avait disparu. Ça avait disparu. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 9).

Et si Facebook disparaissait lui aussi ? la moyenne d’âge de ses utilisateurs est de plus en plus élevée et il n’y a plus le même engouement . L’entreprise essaie de s’adapter aux nouvelles pratiques des jeunes et a notamment racheté plusieurs plateformes, dont Instagram et Whatsapp. Et si Facebook disparaissait ? Que deviendraient nos données ? Ce genre de disparition est possible, depuis l’avénènement du web des outils ou des services ont disparu1.

Les réseaux sociaux sont un groupe d’applications en ligne qui permettent la création et l’échange de contenu généré par les utilisateurs. Les premiers  échanges d’informations en ligne se font  par courriel dès 1966, les sites de bloggeurs et Messenger commencent en 1999, puis Wikipédia en 2001, Facebook en 2004, Twitter en 2006, Instagram en 2010, ou encore la petite dernière, TikTok, plateforme créée en 2016.

Facebook se popularise en France autour des années 2007, avec l’arrivé des premiers smartphones. A ce moment, les réseaux sociaux sont déjà multiples et enjoignent des utilisations précises : MSN pour le tchat direct, et MySpace qui propose de partager ses centres d’intérêts avec des amis et des inconnus, les blogs pour partager des textes, des photos et des postes plus longs.

Social Media Marketing Strategy. Wikimedia commons. 2018.

Mais plusieurs réseaux sociaux disparaissent, dévorés par Facecook qui sert à tout : publier des photos, tchater en direct, écrire des billets de longueurs variables et communiquer avec d’autre utilisateur2.

Désormais, l’accent est mis sur une utilisation constante via le téléphone. Les jeunes générations occupent largement la place des réseaux sociaux qui proposent des interactions plus rapides. Parmi les collégiens, les réseaux les plus fréquemment utilisés sont Tik-Tok, Snapchat et Instagram. Des réseaux qui privilégient les formats audiovisuels comme des courtes vidéos, photos ou textes.

Les réseaux MSN, Vine, et surtout MySpace qui donnait à entendre de nombreuses créations musicales, ont eu du mal à s’adapter à ce nouveau média de communication et à son développement rapide et certains ont même connu des défaillantes techniques3. Où sont passées ces musiques accumulées pendant 12 ans ? Juste un message pour prévenir les usagers qui fait froid dans le dos :

As a result of a server migration project, any photos, videos, and audio files you uploaded more than three years ago may no longer be available on or from Myspace,” the company said in a statement. “We apologize for the inconvenience.

Heureusement, là encore, Archive.org était présent pour sauver la musique ! 

MySpace a connu en 2019 une perte d’environ 53 millions de données (photos, vidéos et fichiers audio) téléversées entre les années 2003 et 2015, suite à un projet de « migration de serveur ». Alors que la société s’excusait pour la gêne occasionnée, beaucoup d’utilisateurs ont perdu confiance dans les plateformes de médias sociaux en ligne qui fournissent des sauvegardes de leurs données sur un service cloud gratuit.

La musique de 14 millions d’artistes était tout bonnement en train de disparaître, quand  Archive.org est venu à la rescousse pour récupérer 1,3 téraoctets de fichiers mp3. Désormais, un nouvel espace, donne à entendre un immense collection de musique, récupérée et à nouveaux disponibles.

Sur son compte Twitter, Jason Scott, archiviste chez Archive.org, explique que la récupération des 490,000 fichiers a été possible grâce à un groupe d’étudiants universitaire qui étudiait les réseaux musicaux et ont saisi une grande partie des données en mp3 depuis MySpace entre 2008 et 2010.

Longue vie au métier d’archiviste !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Maryasha Barbé, archiviste.

  1. Hier nous évoquions la disparition de données parce que l’espace alloué devient payant ou se réduit mais d’autres services ont disparu qui semblaient stables et robustes. Par exemple, nous utilisions beaucoup GoogleReader, l’outil de lecture des fils RSS de Google, et depuis son arrêt on note un usage moindre du RSS ; nous avons aussi rédigé un billet sur la disparition de la plateforme Crévilles arêtée en mars 2015. []
  2. Une vidéo tente de réponde à la question « on a tué Msn Messanger ? » []
  3. Malgré la promotion de la carrière de groupes, dont Arctic Monkeys, Myspace n’avait pas réussi à rivaliser avec Facebook après avoir atteint un sommet de popularité vers 2006 aux États-Unis. À ce moment-là, Myspace était le site Web le plus visité, devant même Google, mais sa base d’utilisateurs est en déclin constant depuis lors. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.