Avent-17 : La voix de ma grand-mère

Qui va piano va sano, sourit Aloysius Swan. Ils sont tous morts. Donnons à tous l’absolution.  (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 152)

 

Peut-on se souvenir d’une voix ? Retrouver, aujourd’hui, « en vrai », un timbre, un accent, une couleur, des expressions…? Quand on évoque une personne disparue, on ne parle jamais de sa voix, sauf quand elle était vraiment exceptionnelle.

Je n’ai pas gardé le souvenir de la voix  de ma grand-mère paternelle. Et pourtant, un jour, je l’ai retrouvée.

En 1983, étudiante en troisième année de licence de Lettres Modernes à l’Université de Provence à Aix-en Provence, je m’inscris à un cours de littérature, menée par deux enseignantes Anne Roche et  Marie-Claude Taranger, sur l’Autobiographie. Je découvre avec curiosité Philippe Lejeune, Simone Weil, et surtout Georges Perec et son  W ou le souvenir d’enfance. J’ai en mémoire des séances passionnantes et  surtout l’enthousiasme pour l’exercice qui nous a été proposé de devenir à notre tour des récolteurs de mémoire . Il s’agissait de faire une enquête enregistrée ( sur cassette audio à l’époque), de faire la transcription de l’entretien et de présenter l’intérêt du témoignage dans le cadre posé par les enseignantes.

Cette même année, j’ai perdu  mon père. Ma grand-mère paternelle est venue  enterrer son fils. C’était en février, je devais rendre mon travail après les vacances. J’ai posé le magnétophone sur la table du salon et ma grand-mère s’est mise à raconter… Deux cassettes, une blanche, une jaune, ont suivi tous mes déménagements mais je ne les ai plus jamais écoutées.

2016, en visite auprès d’une  amie à la phonothèque de la MMSH, je rencontre Véronique Ginouvès.  Nous évoquons notre parcours universitaire : elle aussi a suivi  quelques années avant moi le cours d’Anne Roche et  Marie-Claude Taranger , mais l’enregistrement de son grand-père a disparu. Elle m’apprend que les enregistrements des enquêtes des étudiants ont été déposés à la phonothèque et sont pour la plupart accessibles en ligne. Il s’agit du corpus intitulé Celles qui n’ont pas écrit . Un petit tour sur  Ganoub, la base de données de la phonothèque et voilà, ma grand-mère a retrouvé la parole, et moi sa voix, enquête 4747.

Laurence Salze, archiviste.

Crédit photographique : image à la une, collection personnelle famille Salze (pas de réutilisation autorisée).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.