Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

« Puis sa vocation s’amplifiait. Il lui arrivait alors tout un brouillamini d’obscurs avatars qui simulait, mot pour mot, trait pour trait, sauf dans sa conclusion, la Saga aux profonds chaînons, l’amusant, mais pourtant moral, pourtant touchant roman qui avait jadis nourri la Chanson d’un troubadour du nom d’Hartmann, puis qu’un Thomas Mann à son tour avait suivi, y puisant par trois fois son inspiration. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 18-19).

Dans le cadre de mon stage à la phonothèque de la MMSH, j’ai l’opportunité de travailler sur un fonds d’enquêtes sonores consacré à l’étude de la fabrication des musiques particularistes. Ce fonds, conçu par Élisabeth Cestor1 entre les années 1994 et 2006, est produit autour de diverses études : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à  l’Université d’Edinburgh en Ecosse (1994), une thèse sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004), ainsi qu’un post-doctorat à l’Ifpo de Beyrouth (2006) où plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale sont collectées.

Dans sa thèse, publié en 2006 chez l’Harmatan « La fabrication des musiques particularistes : une sociologie de la différence : chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle », elle écrit :

« Au début du XXè siècle et jusqu’à 1960, chanter la langue d’oc n’avait jamais été l’objet d’une représentation scénique. Cette langue avait disparu des espaces publics »2

Pour mener ses recherches afin de comprendre pourquoi les pays de langue d’oc ne connaissaient pas le même engouement pour le renouveau de leur culture musicale régionale, (comme l’Ecosse par exemple), et comment ces œuvres musicales issues de traditions régionales pouvaient-elles exister ? Elisabeth Cestor mène une série d’enquêtes auprès de musiciens, chanteurs, compositeurs, écrivains comme Jan-Mari Carlotti, Danielle Franzin, Jean-Yves Royer, Miquela Bramerie, Thierry Cornillon et d’autres. Certains mentionnent la vocation de chanter la langue d’oc comme acte de militantisme culturel contre la disparition de cette musique et langue régional, c’est aussi une façon de se démarquer, d’affirmer une identité contre l’uniformité, et pour d’autre, chanter la langue d’oc et un acte de plaisir, sans une vocation militantisme.

En analysant les enquêtes j’ai moi-même découvert la musique « traditionnelle » provençale (ou particulariste suivant le terme d’E. Cestor). Dans chaque enregistrement je partais à la recherche des musiciens, des instruments de musiques : le fifre, le tambourin, l’accordéon diatonique, le galoubet… ainsi que des pratiques de chants et de musiques : le chant de troubadour, le chant séfarade…

Tambourinaire et son galoubet. Wikimedia Commons. 2013.

C’est ainsi que j’ai pu découvrir ce chant traditionnel interprété par Danièle Franzin et Thierry Cornillon à St Martin Vésubie, un concert qui m’a été révélé en écoutant les enquêtes du fonds et que je souhaite partager avec vous… 

à la revisto ! 

Rédigé par Maryasha Barbé, archiviste.

Image mise en avant : « Chanson provençale / musique de Albert Voisin ; paroles de Marius Pélabon ; créée par Marguerite Darçay. Source : gallica.bnf.fr. »

  1. Élisabeth Cestor occupe aujourd’hui le poste d’adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille. []
  2. Elisabteh Cestor, La fabrication des musiques particularistes : une sociologie de la différence : chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle, thèse, sous la direction de Pelder Emmanuel, EHESS, Paris, 2004. P. 276 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.