Phonotheque

Avent -12 : L’adieu aux cédés

On la disait sans futur vis-à-vis du film parlant qui faisait alors son apparition (tout ça arrivait aux abords d’août vingt-huit, il avait suffi d’un film d’A. Crossland pour qu’à la Columbia, à la Rank, on optât pour la mutation). (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 91)

Le CD ou Compact Disc ou disque compact ou cédé – suivant le terme que le  Ministère de la Culture nous recommandait d’employer1 a été utilisé pendant une dizaine d’année, pour la conservation (cédérom) et la consultation sur site (cédé-audio).

Nous l’avons déjà dit, l’archiviste est heureux·se lorsqu’une technologie plus simple, plus souple et plus performante vient en remplacer une autre. Un cédérom ne permettait de graver au maximum qu’une heure de son au format wave 44.1khz/16bits. Lorsqu’une enquête durait une heure et dix minutes, il fallait graver un second disque. Aux balbutiement de la dématérialisation des support, c’était pour le moins absurde puisque nous ne conservions qu’un seul fichier sur les serveur. Mais le système de cotation de la phonothèque, pensé par JN Pelen anticipait cette dématérialisation des supports2. La phonothèque achetait alors – assez cher par rapport aux galettes classiques – des disques « en or » qui étaient considérés comme ayant une plus longue vie et supportant mieux la gravure. Lorsque le service informatique de la MMSH a mis à notre disposition des disques externes cela nous a permis d’être plus sereines. Et quand la TGIR Adonis puis Huma-Num nous a donné la possibilité de copier sur des serveurs externes nos fichiers3, le monde de l’archive est devenu plus vaste et plus sûr.

Les cédés audios ont permis, encore récemment, à des personnes venues consulter sur site des archives mais aujourd’hui ils ne sont plus nécessaires car tout peut être écouté depuis des serveurs distants en toute sécurité. Les lecteurs de cédé ne fonctionnent plus vraiment très bien. Tout a été transféré, il est temps de laisser place à la dématérialisation totale des supports. Annick Boissel4 a filmé cette disparition du bureau de la phonothèque effectuée avec Maryasha Barbé,5, et moi-même6.

Le film d’Annick Boissel (et les images qui peuvent en être extraites) est placé sous licence CC-BY-NC. Il a été réalisé sur un téléphone portable le 10 novembre 2020.

  1. Notons que dans le Vocabulaires des TIC, publié en 2017 par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, avec le soutien du secrétariat d’État à l’industrie, au numérique et à l’innovation, qui est une mise à jour de l’édition de 2009,  il n’y a plus que « cédérom » qui a survécu (n°117). Le disque compact est proposé (n°247) mais on note aussi le terme complètement disparu « diffusion pour baladeur » (n°238) comme « Mode de diffusion sur l’internet de fichiers audio ou vidéo qui sont téléchargés à l’aide de logiciels spécifiques afin d’être transférés et lus sur un baladeur numérique » et, dans le domaine de l’audiovisuel en tout cas, d’autres mots soit surannés à leur naissance, soit qui n’ont jamais été utilisés. []
  2. Sur cette question voir l’article de Matteo Cialone et Véronique Ginouvès « Quand les archives sonores nous chuchotent leur histoire : création et organisation d’une phonothèque de recherche à travers ses différents acteurs », Geolinguistique, Varia, n°20, 2020. []
  3. Nous avons commencé par envoyer par la poste des disques dur portables avec des sauvegardes gravées à l’équipe d’Adonis à Lyon. Les données étaient ensuite copiées sur les serveurs d’IN2P3, jusqu’en 2014. Nous avons pu ensuiteutiliser le protocole FTP pour copier les fichiers sur le service service iRods du CC-IN2P3 puis en 2018 sur la Humanum-Box, une architecture de stockage de type NAS (Network Attached Storage) avec le logiciel français Active-Circle qui s’appuie sur un annuaire centralisé de personnes et de groupes – à propos de ce changement de technologie, voir le diaporama diffusé en 2018 par la TGIR – ; toujours avec le soutien de l’équipe de la TGIR Adonis puis Huma-Num. Cette équipe, dirigée par Joël Marchand, chef de projet en infrastructure numérique, a toujours été à l’écoute des besoins pourtant bien minuscules à l’échelle de certains services et spécifiques de la phonothèque, elle nous a permis de gérer nos données numériques avec les meilleurs outils. Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article suivant : Marchand Joël, « Stockage distribué sécurisé pour les sciences humaines et sociales », Nantes, 2017 [En ligne, consulté le 1er décembre 2020] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01638113/document. []
  4. Archiviste, en licence au CNAM. En stage actuellement à la phonothèque. []
  5. Archiviste, en Master 2, en contrat à durée déterminée à la phonothèque. []
  6. Ce film sera peut-être plus tard considéré comme une archive des méthodes de travail pendant la période du COVID19… 🙂 nous portions des masques, restions à distance et avions ouvert les fenêtres de la phonothèque et du patio pour aérer la pièce. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.