Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

On avait vu sortir du bois, un individu maigrichon, grand, portant un calot biscornu, soufflant dans un mirliton dont il tirait un air pimpant. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 143)

A Mane, dans les Alpes de Haute-Provence, se trouve le musée de Salagon, célèbre pour son église romane, son prieuré Renaissance et ses jardins ethnobotaniques.

Pourtant, il est un lieu assez mystérieux qui  se voulait être la représentation de la forêt qui court sur les pentes de la montagne de Lure jusqu’à la plaine de la Durance.

Ce lieu est le jardin de la chênaie blanche1 a connu une destinée assez singulière.

En 2012, Danielle Musset2 écrivait :

Un jardin de plantes vagabondes et rebelles…
Le parcours du chêne blanc avait été pensé comme un jardin, avec des allées, des parterres structurés autour de
thèmes et des plantes assignées à résidence.
Mais la nature est mouvement, interactions diverses (hommes/nature/animaux/climat…), aléas et imprévus.
Si les ligneux, grands ou petits, ont su garder leur place (encore que le thym…) et continuent de structurer les
grands thèmes du parcours, il n’en va pas de même des vivaces et des annuelles. Étroitement dépendantes des
activités rurales (les pratiques de brûlis, la dépaissance des troupeaux, les cueillettes, etc.) qui favorisaient leur
présence dans la chênaie, elles ne trouvent plus ici les mêmes conditions de milieu. Nombre de ces plantes sont
devenues vagabondes : elles se promènent d’un parterre à l’autre, apparaissent ici, disparaissent là, choisissent la
meilleure place au soleil ou se réfugient à l’ombre, ne respectent même pas les allées. Il y a quelques invitées
que nous n’avions pas prévues. Les jardiniers ont beau être patients, ils finissent par se décourager… ou bien
deviennent philosophes et laissent les plantes vivre leur vie.
Voilà donc un beau terrain d’observation et de réflexion que nous proposons au visiteur curieux et
compréhensif…

En 2020, l’ethnobotaniste  Pierre Lieutaghi, lors d’un entretien avec Véronique Ginouvès, nous livre  sa vision de ce jardin disparu.

Laurence Salze, archiviste au musée de Salagon.

 

Crédits photographiques : Chênaie blanche, Salagon, 3 décembre 2020.  Publié avec l’accord de Fabien Gervais-Briand, photographe.

  1. Un jardin pensé et réalisé par Pierre Lieutaghi et François Tessari, jardinier en chef de Salagon jusqu’en 2019. []
  2. Ethnologue, directrice de Salagon de 2000 à 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.