Avent -7 : Je me souviens de Texto-Logotel

20 ans durant j’allais multipliant d’intrigants contacts, payais d’oisifs indics, consultai partout moult sous bibs, m’ouvrant d’importants stocks archiviaux m’informant sur ma filiation, m’acharnai sur d’immoraux magistrats, substituts, avocats, commis, plumitifs, calicots, factotums corrompus, à qui il fallait offrir gros pour savoir pas lourd. (George Perec, La disparition, 1969, p. 121.)

Avec Georges Perec en tête pour ce calendrier de l’Avent des disparitions, beaucoup de choses nous reviennent en mémoire, en mode de son Je me souviens (1978). En écrivant ces billets, je me suis ainsi souvenue de Texto, ou Texto-Logotel. Au cours de mon expérience professionnelle1 j’ai suivi l’évolution/la disparition de nombreux outils2  ou de plateformes  numériques mais Texto occupe pour les professionnels de l’information de ma génération une place particulière.

Ce logiciel était utilisé dans l’entreprise qui m’a accueillie pour mon premier emploi.  Texto-Logotel, développé par la société Chemdata, n’était pas des plus ergonomiques mais il permettait d’organiser une base de données, de l’exporter au format ASCII, d’éditer les index. Certes, son usage sur le long terme induisait trop souvent une organisation de la pensée3 mais par la puissance de ses exports, il permettait une forme d’interopérabilité. À cette époque Texto est le logiciel le plus utilisé en France4 et les équipes du CNRS l’utilisaient en s’appuyant sur un bordereau, nommé « Harmonie ». Ce dernier avait été créé dès 1977 pour entrer des données dans les bases Pascal et Francis (disparues ! ou tellement transformées) à partir de 1977.  Lorsque j’ai intégré le CNRS sur le projet de création de médiathèque de la MMSH, les laboratoires TELEMMe5 et l’IREMAM l’utilisaient pour la saisie des ouvrages de leurs bibliothèques respectives6.

Texto était alors présenté comme permettant « Une gestion moderne de la documentation »7 et plus encore,  suivant l’avis d’Hervé Le Crosnier : « La pénétration de logiciels documentaires du type de Texto ou BRS8 offre à notre avis, une meilleure garantie de pérennité des informations que les systèmes clos du monde des bibliothèques. »9. Leurs points de vue ne sont pas isolés : dans le Médiéviste et l’ordinateur de 1985 (n°14) les avis sur Texto sont excellents :  le logiciel est particulièrement performant, souple et présente des « résultats positifs »10, de même il est utilisé dans les services documentaires de l’IRD – Institut de recherche et de développement, pour ses qualités en particulier de portabilité et de simplicité de paramétrage11.

Il faut dire que Texto avait un atout extraordinaire : il permettait de  fournir très simplement des fichiers au format texte12 et il pouvait également intégrer tout aussi facilement des fichiers ASCII structurés. Associé à un langage de codage assez simple, Logotel, il permettait de lancer des commandes qui nous semblaient quasiment magiques. Ainsi, à la bibliothèque du GdR qui allait devenir TELEMMe, j’avais pu éviter à la personne qui jusque là tapait les fiches titres et matières à la machine13 en réalisant un petit programme qui les imprimait automatiquement. Les premières saisies de la phonothèque ont été faites sur Texto, la base était déjà structurée lorsque je suis arrivée.

Le rachat par CinCom de la société Chemdata semble avoir été effectué en 1998-199914. Cela me semble correspondre au moment où, nouvellement arrivée à la MMSH, j’ai dû faire face à ce changement. Je n’ai pas trouvé de date exacte, juste une page sur Chemdata.fr non datée qui présente principalement les atouts de CinCom.

Pourquoi Texto s’arrête-t-il brutalement ? Je ne l’ai jamais compris, peut-être un point de rupture des programmes des logiciels documentaires ? Une mauvaise évaluation du modèle économique pour continuer à développer l’entreprise ? La simple logique de la disparition nécessaire pour aller de l’avant ? Si un·e lecteur·trice a une idée sur la question je suis preneuse, tout comme vos « je me souviens de texto… » sont bienvenus dans les commentaires.

« Je me souviens que pour utiliser Texto, il fallait placer une clé à l’arrière de son ordinateur qu’on appelait dongle ».

À vos souvenirs…

 

  1. Désormais, je cite aussi la référence d’une page web sur la Wayback machine lorsque je renvoie à une page qui me semble essentielle, j’aurais acquis une nouvelle méthode avec ce calendrier de l’Avent 🙂 : https://web.archive.org/web/20201212083222/https://archivbib.hypotheses.org/106. []
  2. Je pense à Google Reader que j’adorais utiliser pour la lecture des fils RSS par exemple ou à Storify dont j’ai essayé de sauvegarder le récit en pdf mais lorsque j’ai omis de le faire (la disparition s’est passée très vite) cause des erreurs 503 dans ce même blog  . []
  3. Ainsi, en 1994, lorsque nous avons travaillé avec Véronique Pérennou au premier manuel de catalogage du son inédit  dans le cadre de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles – seule la deuxième édition est en ligne, publiée en 2001 puis une nouvelle édition collective est parue est 2014 -, nous « pensions Texto ». Cela nous a parfois empêché de transcrire correctement dans notre manuel la hiérarchie des fonds et des corpus ou de penser en mode relationnel. Cela d’autant plus que nous étions encore à l’ère analogique : il était fastidieux de consulter des enquêtes de longue durée et nous étions focalisées sur l’accès aux séquences  (contes, chants, air musical), difficilement repérables sur les cassettes de consultation. Par ailleurs, avec Texto (comme avec la plupart des logiciels du moment) le nombre de caractères par champ était limité à 8 caractères induisant  des noms assez compliqués à intégrer ; ainsi on débutant le nom de certains champs par « IT » pour les séquences qualifiées d’Item. []
  4. Je me réfère ici à la thèse d’Hervé Le Crosnier, soutenue en décembre 1990 en sciences de l’information et de la communication sur le thème Systèmes d’accès à des ressources documentaires : vers des anté serveurs intelligents, nous dit (p.54 – partie 2) : Le logiciel Texto est un logiciel documentaire réalisé par la société lyonnaise Chemdata. Il est certainement le logiciel documentaire le plus utilisé en France, avec près de 2 000 installations, sur divers matériels (micro-ordinateurs, mini et gros systèmes) et sous plusieurs systèmes d’exploitation (MS-DOS, VMS, VM, UNIX, GCOS,…). []
  5. À l’époque le GdR097, pour l’histoire du laboratoire, vous pouvez revenir vers ce numéro de Rives Méditerranéenne. []
  6. Plusieurs laboratoires sont cités dans le rapport de Thérese Tréfeu de 1991, sous le titre La politique d’information scientifique et technique en France : l’informatisation dans les instituts scientifiques et les échanges Nord-Sud (1979-1989), publié par le Ministère de la Coopération et du Développement au sein du département de I’information et de la documentation. Le rapport a été élaboré dans le cadre d’un séminaire qui avait pour nom « Méthodologie de l’information scientifique : moyens de communication et d’information », dirigé par le Professeur Jean Meyriat. directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. au cours de l’année universitaire 1988-1989. Dans ce rapport, le nom des partenaires pour la réalisation de cette « grille Harmonie » sont les suivants : CDSH, CDST, Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes (CRESM), Centre d’études de géographie tropicale (CEGET), Laboratoire d’information et de documentation en géographie (INTERGEO). Il est également précisé page 69: « C’est ainsi qu’est né le bordereau « HARMONIE » permettant la compatibilité des systèmes de traitement de l’information en vigueur au CNRS. Il répond aux normes définies par l’UNISIST. Celui-ci est utilisé, depuis 1978, par tous les membres des différents réseaux qui participent à l’alimentation de PASCAL et de FRANCIS. » – Notons que ces deux bases ont été arrêtées en 2014 et que l’INIST a évité leur disparition en permettant un accès aux 21 millions de notices engrangées entre le début des années 1970 et 2015 : https://pascal-francis.inist.fr. []
  7. Je reprends ici un des sous titres qui présente  Texto dans le rapport de Thérèse Tréfeu dans son rapport (page 91) . Signalons à l’occasion de cette note que Thérèse Tréfeu animait dans les années 1980-1900 l’animation le groupe sectoriel Pays en développement, avec le groupe MICROTEXTO. L’idée était de développer le logiciel dans les pays du Sud. []
  8. Bibliographic retrieval system []
  9. Dans ce paragraphe, il poursuit « Pour le cas de Texto, notre choix reste cohérent avec l’éventualité d’une insertion ultérieure dans un réseau national, ou plus prosaïquement avec le changement, au niveau local, de système documentaire, ce qui, d’évidence, interviendra dans les années qui viennent. ((Ibid, page  8 – partie 2. []
  10. Alessandro Stila, qui travaille alors au Grand Louvre – Cour Napoléon, indique page 16 de la revue : ‘Depuis plusieurs années le C.R.A. gère ses fichiers documentaires à l’aide du logiciel Texto. Les résultats positifs obtenus par l’équipe de H. Ducasse nous ont encouragés dans ce croix. Le logiciel est implanté sur différents types d’ordinateur (micro, mini et gros ordinateurs), ce qui permet de transférer- sans difficulté les données d’une configuration à l’autre et de récupérer intégralement, au prix de quelques adaptations des codes d’affichage du curseur, les programmes développés ». []
  11. À la page 54 du rapport précédemment cité sur La politique d’information scientifique et technique en France : l’informatisation dans les instituts scientifiques et les échanges Nord-Sud (1979-1989), Thérèse Tréfeu revient sur l’IRD et l’usage de Texto en réalisant un rapport qualité/défaut du logiciel en exprimant des défauts qui ne sont pas loin d’être des qualités : « Les qualités appréciables de Texto : (1),II est portable sur plusieurs types de matériel, du micro au matériel lourd, l’évolution d’une application réalisée avec TEXTO est toujours possible. (2) Son format variable facilite la mise en place de l’application puisqu’il n’y a pas de paramètrage préalable. Ses contraintes :  (1) Son manque de convivialité (2) sa souplesse et sa richesse en font également sa complexité en terme d’utilisation quotidienne  (3) par ailleurs, une application sous Texto exige de savoir programmer en Logotel. []
  12. L’outil du format d’échange se nommait « ajout piloté ». []
  13. Martine Chabert s’occupait alors du fonds de la bibliothèque du GdR qui allait devenir TELEMMe et dont les collections allaient être déménagées à la MMSH. []
  14. Je n’ai pas trouvé de date exacte mais un historique du réseau Frantiq le situe à ce moment là. []

2 réflexions sur « Avent -7 : Je me souviens de Texto-Logotel »

    1. Bonjour et merci pour toutes ces informations. Comme un clin d’oeil, l’Oulipo est évoqué sur le blog Giangi, nous qui avons profité de ce calendrier de l’Avent des disparitions numériques pour mettre en avant le roman de Perec, c’est un bel hasard ; la mise à l’honneur de Perec par Google qui fait disparaître son « e » final en 2016, est intéressante.
      Bonne année également ! – j’ai bien apprécié ce rappel (sur une page de Giangi de 2006) : « Ça va déjà mieux que l’année prochaine » (Issu d’un dessin de Pessin, dans Le Monde, 1996).
      Véronique
      PS pour info j’ai fait quelques sauvegardes de Giangi sur la Wayback Machine 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.