Parcours des artistes, de fabricants de musiques et arts traditionnels : le Fonds Elisabeth Cestor à la phonothèque de la MMSH

Élisabeth Cestor, actuellement adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, a déposé les sources sonores de diverses recherches qu’elle a menée entre 1993 et 2006 sur la représentation de la ville de Marseille dans l’art et la fabrication des musiques traditionnelles1.

Deux corpus viennent alimenter ce fonds : un corpus sur la représentation et les activités de la ville de Marseille dans l’art et un second la fabrication des musiques traditionnelles : le provençal, le gaélique et l’orientale.

Le galoubet, la guitare, le oud…

Le corpus “La fabrication des musiques particularistes”, constitué entre 1994 et 2006, est produit autour de diverses études sur la fabrication des musiques traditionnelles, qu’elle nomme dans ses recherches musiques particularistes : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à l’Université d’Edinburgh en Ecosse, réalisé sous la direction de Christian Bromberger à l’université d’Aix-Marseille (1994)2, une thèse en sociologie sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004)3, et un post-doctorat à l’Institut français du Proche-Orient (site Ifpo Beyrouth) en 2006 dans le cadre duquel elle a enregistré plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale.

Le corpus contient 19 enquêtes. Sur la musique traditionnelle gaélique, Elisabeth Cestor a réalisé une enquête auprès de la chanteuse Talitha MacKenzie. Dans le cadre de son travail de thèse, débuté en 1999 sous le titre « La fabrication des musiques particularistes : une sociologie de la différence : chanter la langue d’Oc en Provence à la fin du XXe siècle » elle a réalisé 12 enregistrements auprès de musiciens, chanteurs et acteurs du milieu musical (maison de disque, éditeur). Enfin, 6 enregistrements sont consacrés à la musique du monde arabe, collectés lors de son post-doctorat à Beyrouth entre 2005 et 20064.

Marseille, Port de l’art ?

Le corpus “Le point de vue de trois acteurs culturel sur la ville de Marseille dans l’art” est constitué de trois enregistrements. Deux entretiens ont été utilisés en appui à la rédaction de son Master en anthropologie5, entre 1993 et 1994, qui avait pour thème « Marseille et ses artistes », soutenu sous la direction d’Alain Hayot au sein d’Aix- Marseille Université, l’un avec Jean-Louis Delbès l’autre avec d’André Remacle ; s’y ajoute une conférence de Marcel Maréchal, enregistrée en 1999 à Marseille.

Portraits de Marcel Maréchal par Fernand Michaud. Festival d'Avignon. 1973. Domaine public. Source : wikimedia commons.
Portraits de Marcel Maréchal par Fernand Michaud. Festival d’Avignon. 1973. Domaine public. Source : wikimedia commons.

Des voix aujourd’hui disparues

De plus qu’une information riche sur la continuation et le renouveau de la musique traditionnelle, le fonds d’Elisabeth Cestor nous laisse entendre des personnalités, souvent pionnières dans leur domaine, qui ont beaucoup contribué dans le monde de la musique et du théâtre. Ainsi, Marcel Maréchal (1937-2020), acteur, metteur en scène et écrivain, s’exprime sur l’importance du théâtre pour la société et les débuts de La Criée à Marseille, théâtre national qu’il a fondé en 1981. Ou encore, Walid Georges Gholmieh (1938-2011), compositeur libanais, a été directeur du Conservatoire libanais national supérieur de musique qui évoque l’importance de l’éducation musicale au Liban.

Walid Gholmieh. Domaine public. Source : wikimedia commons.

Consulter le catalogue du fonds :

Je remercie Claire Grégoire-Cialone pour la traduction et l’analyse de l’enregistrement en arabe.

Crédit de l’image mise en avant : Smithsonian catalogue, MI.65.0619. Gift of The University Museum, University of Pennsylvania (through Dr. Robert H. Dyson).

  1. Un billet précèdent rédigé dans le cadre du calendrier de l’avent sur le thème de la disparition présente certaines thématiques du fonds []
  2. Cestor, Elisabeth, Le renouveau de la culture gaélique au niveau de la musique actuelle en Écosse : la tradition au service de la modernité, ou la modernité au service de la tradition ? DEA : Anthropologie, sous la direction de Christian Bromberger, Aix-Marseille Université, 1995, 81 p. []
  3. Cestor, Elisabeth, Les musiques particularistes : chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle, Paris, l’Harmattan, 2066, 321 p []
  4. Cestor, Elisabeth, « l’enseignement et la pratique de la musique proche-orientale au Liban : évolutions, débats et révisions en cours », dans : Itinéraires esthétiques et scènes culturelles au Proche-Orient, sous la direction de Nicolas Puig, Franck Mermier, Beyrouth : Press de l’ifpo, 2007, 278 p. []
  5. Cestor, Elisabeth, Marseille porte de l’art ? : représentation de la ville et activités de création, Maîtrise d’ethnologie, sous la dir. d’Alain Hayot, Aix-Marseille université, 1994, 76 p. []

2 réflexions sur « Parcours des artistes, de fabricants de musiques et arts traditionnels : le Fonds Elisabeth Cestor à la phonothèque de la MMSH »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.