Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Le 22 avril dernier a eu lieu la 6ème séance du programme interlaboratoires “Archives de la recherche” à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) durant laquelle il a été question des collections documentaires des études africaines contemporaines, leur collecte, leur conservation et leur diffusion. Cette matinée a été notamment l’occasion d’une intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan autour de la question, qui le concerne personnellement, “Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives et pour qui ?”.

En effet, en 2017, l’anthropologue africaniste Jean-Pierre Olivier de Sardan a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH. Cette démarche s’est accompagnée de la la volonté d’en produire une copie numérique à transmettre au LASDEL, le Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local qu’il a contribué à fonder en 2001 à Niamey au Niger. Ses réflexions sur la conservation des archives de la recherche, leur partage et la possibilité de collaborations entre les laboratoires de recherche en France et en Afrique s’appuyait donc sur une expérience concrète.

Les raisons d’un dépôt

Après la présentation, par Marie-Dominique Mouton1, de la carrière, des réalisations et des terrains de recherche de Jean-Pierre Olivier de Sardan, ce dernier a débuté son intervention en balayant d’un revers de manche les éventuelles raisons “narcissiques” qui conduisent un chercheur à déposer ses données dans un centre d’archives, les qualifiant de “fantasme d’exister un petit peu au-delà du décès”. Il a poursuivi en soulignant l’importance épistémologique des données en anthropologie et l’originalité de ces dernières par rapport aux autres disciplines. En citant la distinction établie par Jean-Claude Passeron entre les sciences herméneutiques, ou “sciences du commentaire” et les sciences sociales, Jean-Pierre Olivier de Sardan en a formulé une autre relative aux typologies documentaires présentes dans les fonds de ces sciences : d’un côté, pour les archives d’un philosophe par exemple, différentes versions d’un même manuscrit, des corrections successives, à l’image “[des] archives de romancier”, de l’autre les données de terrain, composées d’enregistrements, de transcriptions, d’images, etc., de l’anthropologue.

De plus, après avoir rappelé les différences d’approches dans l’enquête anthropologique, entre la méthode quantitative, dont les données, des statistiques et des questionnaires constituent des archives décontextualisées et agrégées, et la méthode qualitative, dont les données sont toujours contextualisées, Jean-Pierre Olivier de Sardan a insisté sur l’importance de replacer “les autres”, ceux que le chercheur fréquente, avec lesquels il interagit et parle, au centre de l’enquête et donc, par extension, des données. “Et les données, de ce point de vue-là, sont les traces de la réalité des autres”.

Or cette réalité correspond à la notion de “réel de référence”, théorisée par l’anthropologue dans La rigueur du qualitatif et qu’il a décrit lors de cette matinée comme “un petit bout d’espace-temps sur lequel on essaye de produire des connaissances avec pour ambition qu’elles soient le plus véridique possible, le plus plausible possible”. Un accès direct à ce réel de référence étant impossible, les chercheurs produisent des données en tant que “traces, médiations, artefacts” de ce réel dans un souci d’adéquation empirique. J.-P. Olivier de Sardan a poursuivi cette réflexion en décrivant ce qu’il a appelé une “double adéquation” : d’une part il est nécessaire que les données produites par les chercheurs possèdent une adéquation avec le réel de référence et, d’autre part, les écrits du chercheur, son discours interprétatif, doivent être en adéquation avec les données produites. “Donc les données sont vraiment l’intermédiaire entre le produit scientifique et la réalité”.

Enfin, pour conclure ce point, Jean-Pierre Olivier de Sardan a souhaité évoquer plus particulièrement les données audiovisuelles dans une comparaison entre le processus de production d’un texte ethnographique à partir des données et le processus de production d’un film documentaire. Il a expliqué que, dans les deux cas, on procède par tri et sélection progressifs pour passer d’une importante masse de données à un produit final synthétique. Par ailleurs, on perçoit que le film est fabriqué, qu’il ne reflète pas le réel, néanmoins il est constitué à partir d’images vraies, d’images qui disent quelque chose du réel, comme c’est le cas pour les textes ethnographiques et les données. J.-P. Olivier de Sardan a cependant constaté que, si le film n’est fait que d’images, dans l’écrit les données de départ ne sont présentes qu’à titre d’exemple, d’illustration, de cas ou de citation.

La question de la restitution

Son second point s’est articulé autour des raisons qui ont motivé sa décision de dupliquer ses données pour les mettre à disposition d’un laboratoire au Niger et autour du sujet de la restitution des archives de manière plus générale.

La première raison est indiscutablement une raison personnelle, compte tenu de sa nationalité nigérienne (obtenue en 1999) et de sa participation dans la fondation et l’établissement du LASDEL. Néanmoins, Jean-Pierre Olivier de Sardan a développé sa réflexion en évoquant un lien naturel qui lie les données de la recherche et leur contexte de production, tout en soulignant que ce lien est le plus souvent rompu par le processus de connaissance scientifique, le chercheur dépendant d’un milieu scientifique loin des données qu’il a produites. A l’inverse, ce lien est conservé dans le cas du LASDEL puisque la restitution est un processus souvent mis en place par le laboratoire : lorsqu’une étude concerne les milieux de la santé, les hôpitaux ou les politiques publiques de santé, les chercheurs du LASDEL vont rendre compte de leurs recherches aux personnels de santé. De même lorsqu’ils s’intéressent à la justice et que la restitution se fait auprès des greffiers, des magistrats, des avocats, etc. Cependant, cette démarche recouvre la transmission des résultats de la recherche et non celle de les données elles-mêmes.

Ainsi, Jean-Pierre Olivier de Sardan a de nouveau subdivisé sa réflexion en deux points favorisant une réelle restitution des données :

  • La question de la coproduction des données

Les données ethnographiques relèvent toujours d’une forme de coproduction entre le chercheur et les informateurs mais une coproduction fondamentalement inégale puisque c’est le chercheur qui pilote les interactions dans le cadre de la participation impérative et vitale des autres personnes. Néanmoins cette coproduction n’est pas exclusive car, au-delà des personnes avec qui le chercheur travaille directement, il y a un contexte social qui intervient, c’est-à-dire d’autres personnes dont les informateurs sont “plus ou moins représentatifs ou [qui] appartiennent plus au moins au même groupe”.

Une autre forme de coproduction est de plus en plus mise en pratique : les enquêtes collectives. A ce propos, Jean-Pierre Olivier de Sardan a une nouvelle fois cité l’exemple du LASDEL, au sein duquel les enquêtes multisites et multichercheurs se généralisent. Les données déposées par l’anthropologue à la MMSH sont finalement représentatives des deux temps de l’enquête anthropologique : “il y a des archives « à la papa », je dirais, des débuts du jeune ethnologue sur son terrain lointain, et puis il y a des archives qui correspondent beaucoup plus à ce mouvement actuel de l’anthropologie, bien au-delà de moi ou du LASDEL, mais qui représentent un produit collectif d’un laboratoire sur des thèmes de la modernité africaine”.

  • La question de la promotion de la recherche en archives

Dans cette décision de dupliquer ses données et de les mettre à disposition du LASDEL il y a aussi l’idée de promouvoir la recherche en Afrique. En effet, Jean-Pierre Olivier de Sardan a indiqué dans son intervention que l’un des buts principaux du travail des chercheurs au LASDEL est de montrer qu’il peut y avoir de la “bonne recherche” en Afrique-même, faite par des chercheurs africains. Ici c’est aussi l’aspect pédagogique qui a été mis en évidence, ainsi qu’une action de promotion des jeunes chercheurs à proximité du contexte de production des données. En ce sens, les archives sont à utiliser en tant qu’outil de formation, notamment aux méthodes de travail. C’est pour cette raison que la collaboration entre la MMSH et le LASDEL est si importante, qu’elle doit perdurer au-delà du seul cas de Jean-Pierre Olivier de Sardan,  et permettre d’ouvrir la voie au dépôt des archives d’autres chercheurs nigériens. L’écriture d’une convention est en cours afin de concrétiser cette collaboration.

La discussion qui a suivi a permis, entre autres, de poser la question de l’enrichissement des archives par les chercheurs eux-mêmes, en collaboration avec les archivistes mais aussi en collaboration avec les informateurs ou des personnes appartenant au même groupe. Ont été également abordées la possibilité d’un classement des archives non pas par nom du chercheur mais par programme de recherche, et les questions éthiques et juridiques associées à la mise en ligne des archives de la recherche.

Marie-Dominique Mouton, en particulier, a évoqué les profondes transformations apportées par le développement du numérique dans, d’une part, la constitution et la définition des archives de chercheurs et, d’autre part, la diffusion de celles-ci dans un contexte de science ouverte et d’ouverture des données de la recherche. Elle a cependant précisé que cette ouverture devait se faire dans le respect des normes éthiques vis-à-vis des populations sources. Reprenant ensuite les propos d’Olivier de Sardan sur le narcissisme qu’il peut y avoir à déposer ses archives, elle a précisé que, pour sa part, elle avait plutôt collecté des documents de chercheurs décédés. Dans ces circonstances, de nombreux conjoints et descendants prennent la décision de déposer les archives d’un chercheur avec le souhait d’assurer la survie intellectuelle de la personne disparue, de participer à la “constitution d’un mausolée”. Cette représentation du dépôt se heurte alors pargois à la crainte que l’ouverture des archives puisse nuire à la réputation du chercheur. Elle a également souligné un autre intérêt de la duplication des données et de leur dépôt en plusieurs lieux ou en plusieurs serveurs, c’est celui de la sauvegarde de ces fonds afin d’éviter tout risque de perte ou de destruction. Ces risques existent même dans les structures officielles comme on a pu le voir avec l’incendie du Musée National du Brésil en 2018 et celui, en avril 2021, de la bibliothèque Jagger de la section des Études africaines de l’Université du Cap. Dans les deux cas, de nombreuses collections d’archives anthropologiques ont été détruites.

Enfin, M.-D. Mouton a insisté sur le fait que ces efforts de collecte favorisent les recherches sur l’histoire de la discipline et permettent de sensibiliser les chercheurs à un devoir de transmission de leurs archives de travail auprès de la communauté scientifique et des institutions qui ont financé leurs recherches, aussi bien qu’à égard des populations avec lesquelles ils ont travaillé.

La conclusion de cette intervention a été menée conjointenement par Jean-Pierre Olivier de Sardan et Véronique Ginouvès lorsqu’ils ont expliqué que le but de cette matinée n’était pas d’établir des règles strictes auxquelles tous les chercheurs et tous les archivistes devraient se conformer et que le dépôt des archives de la recherche se fait au cas par cas, archiviste et chercheur collaborant ensemble.

Pour finir, les derniers mots seront ceux de Jean-Pierre Olivier de Sardan en réponse à la question d’Éric Jolly sur l’intérêt de ses archives pour les Nigériens : “J’espère que ça intéressera des gens mais je n’ai pas la moindre idée de ni qui ni comment. Pour le moment. C’est ça qui est marrant dans les archives : on travaille pour un avenir qu’on ne maitrise absolument pas et qu’on ne connait pas en se disant qu’on espère que ça servira un petit peu”.

Billet rédigé par Pauline Muller, Master Métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire et humanités numériques.

Bibliographie :

Cornu, Marie, Fromageau, Jérôme et Müller Bertrand (dir.), Archives de la recherche : problèmes et enjeux de la construction du savoir scientifique, L’Harmattan, 2014.

Mouton, Marie-Dominique, « Dématérialisation et valorisation des matériaux de terrain des ethnologues. L’archiviste face aux questions éthiques. », in Ginouvès, Véronique et Gras, Isabelle (éd.), La diffusion numérique des données en SHS : guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Presses Universitaires de Provence, 2018, p. 73-86.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Academia-Bruylant, 2008.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021.

« Archives et anthropologie : dossier », Gradhiva, n°30-31, 2001 [En ligne] www.persee.fr/issue/gradh_0764-8928_2001_num_30_1

***

La prochaine matinée du séminaire « Archives de la recherche » se tiendra le jeudi 20 mai  2021 sur le thème « Archiver l’enseignement ».

Programme coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques : 

Image à la une : Image 00:46 minutes du film documentaire Sassalé, réalisé par Jean-Pierre Olivier de Sardan (1972). Tous droits réservées au CNRS.

« Carnet de terrain A-02 » photographie d’un cahier de terrain du fonds papier Jean-Pierre Olivier de Sardan conservé à la Phonothèque de la MMSH sous la cote A-02. Photo prise par Pauline Muller le 10 février 2021.

« Capture d’écran de la visioconférence Zoom » capture d’écran de la seconde partie de matinée de la 6ème séance du programme interlaboratoire « Archives de la recherche ». Capture d’écran prise par Pauline Muller le 22 avril 2021.

***

Je voudrais remercier Mmes Véronique Ginouvès, Marie-Dominique Mouton et Véronique Muller ainsi que MM. Fabrice Melka et Jean-Pierre Olivier de Sardan pour avoir bien voulu relire et corriger ce billet. Votre aide m’a été précieuse.

  1. Marie-Dominique Mouton a été responsable, jusqu’en octobre 2014, de la Bibliothèque Éric-de-Dampierre et a, dans ce cadre, mis en place une politique de collecte, de sauvegarde et de valorisation des archives des ethnologues et a confondé le réseau des Archives des ethnologues. []

2 réflexions sur « Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.