Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

Le musée ethnologique de Salagon est un musée départemental situé dans la plaine de Mane au cœur des Alpes-de-Haute-Provence. Parmi les grands personnages à l’origine de sa création figure Pierre Martel  1 . Né en 1923 au Revest-du-Bion, le jeune provençal rentre dans les ordres. Amoureux de sa région natale, il  est affligé par  l’exode rural et le délitement de l’esprit solidaire villageois. Gagnant en influence et désireux de s’engager dans une action concrète, il fonde en 1953 l’association « Alpes de Lumière »2 . Il tente une résurrection par l’attractivité touristique, mais compte également offrir une place aux Alpes-de-Haute-Provence dans la science et met en œuvre collectes, recherches ou encore publications… Il nomme d’ailleurs le siège de son institution « Centre de recherche de Simiane La Rotonde »3 . L’écrivain souhaite impulser une anthropologisation de son milieu social originel et enrichir la culture ethnologique. Les projets se multipliant et les collectes s’amoncelant, les années 1970, sont marquées par l’émergence de l’idée d’un musée local, idée encouragée par les pouvoirs publics. L’idée est par ailleurs insufflée dès 1964 par le journaliste Charles Jourdanet, dans le quotidien Nice Matin  : « Un autre centre aurait sa place à Forcalquier même : nous le verrions comme un musée spécialisé, du type des établissements ouverts récemment en Auvergne par M. Marius Péraudeau. Ce “musée régional”, à l’image du Palais de Chaillot, à Paris, présenterait d’une manière vivante les arts et les traditions populaires de notre département »4 . Martel envisage à l’origine, un écomusée fondé sur la relation entre la nature et l’Homme et surtout un musée vivant, c’est-à-dire, une chaîne de sites muséaux recouvrant la région. S’alliant au côté de Pierre Coste5 le projet change d’apparence et se tourne vers une polarisation autour du bâti du prieuré médiéval de Salagon, lieu emblématique de sa région, ayant traversé les âges6) . L’influence de l’ethnologie et du patrimoine matériel devient de plus en plus importante dans la conception du projet. En 1981, le bâtiment est acquis par la commune de Mane. Pierre Martel organise alors, la rénovation de ses pierres historiques. En 1984, les fonds manquent et le département rachète l’édifice palliant les difficultés économiques. Pierre Lieutaghi7 , ethnobotaniste, travaille à la création de jardins thématisés autour du prieuré. En 1996, la professionnalisation du musée mène l’institution à acquérir le statut d’ « ethnopôle ». Le territoire national compte une dizaine d’ethnopôle, dont Salagon et se définit comme un : « lieu d’excellence, l’Ethnopôle doit faire la démonstration d’une politique scientifique et culturelle originale, articulant des stratégies locales et régionales à une réflexion d’ordre général »8 . En 2000, le site est totalement acquis par le département. Muséographes, archivistes et ethnologues interagissent de concert pour valoriser ce patrimoine commun, mais Alpes de Lumière se retire du projet. Collégiale et bénévole, l’association se sent spoliée et figurante du musée. En 2002, le musée obtient le label « musée de France ». Une réconciliation s’esquisse au cours des années 2010, puisqu’en 2011, l’ensemble des collections d’Alpes de Lumière sont cédées au prieuré9. Salagon a multiplié les partenaires et ne cesse de renouveler sa politique et son moyen d’action. Il travaille en étroite collaboration avec d’importantes institutions comme l’IDEMEC 10 ,le Conseil Régional11 ou encore la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme et sa phonothèque, afin de valoriser ses collections protéiformes : sonores, audiovisuelles, objets et papiers12. Cette volonté de réunion scientifique autours de chercheurs qualifiés afin de valoriser les cultures par les sciences humaines, nait également dans l’esprit d’un autre intellectuel français au milieu du siècle. En 1963, l’historien Fernand Braudel 13, fonde la première Maison des Sciences de l’Homme. L’objectif de cette dernière était d’unir dans un même lieu laboratoires, chercheurs et doctorants de l’université et du Centre National De Recherche Scientifique (CNRS) ainsi que des moyens de recherche. Puis, ont suivi beaucoup plus tardivement les autres maisons du réseau dont la construction s’est principalement effectuée entre 1990 et 2000. La Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) est une composante d’Aix-Marseille Université construite en 1996 sous l’impulsion de Robert Ilbert 14, historien et spécialiste de la méditerranée. Depuis 1997, la phonothèque est rattachée à la MMSH et dépend d’Aix-Marseille Université et du CNRS. La phonothèque a réussi, pièce par pièce, à construire un fonds colossal de fichiers à la fois sonores et audiovisuels de plus de 8000 heures d’enregistrement. L’ensemble de leurs fiches notices sont accessibles en ligne, en libre accès mais l’écoute peut être effectuée uniquement sur place, en fonction des droits d’accès. La phonothèque met en valeur ces fonds, via le biais de sa plateforme archivistique Ganoub, ainsi que de son blog internet « Les carnets de la phonothèque ». Ce dernier, régulièrement mis à jour, a permis une visibilité accrue de l’institution. En outre, ce service de la MMSH participe à de nombreux projets. La phonothèque a signé de nombreuses conventions avec des centres culturels locaux à l’instar de l’Association Alpes de Lumière et avec le Musée ethnologique de Salagon.

Cette collaboration entre Salagon et la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme est une collaboration qui date d’une dizaine d’années. Mais l’idée de cette coopération émerge dès la labélisation de Salagon en « ethnopôle » qui rapproche ainsi les deux pôles scientifiques.  Ce partenariat a débuté avec l’association Alpes de Lumière en 2003. A cette époque, Claude Martel , ingénieure d’étude à Telemme15 et présidente de l’association, sollicite le pôle de recherche afin de traiter un de leurs fonds sonores. Le fonds « Pierre Martel » est alors constitué de 55 cassettes et comprend les enregistrements recueillis par le fondateur de l’association. Une documentaliste du musée départemental, Laetitia Nicolas 16, travaille alors un à deux jours par semaine avec la MMSH durant trois années… Cette dernière propose à la présidente d’Alpes de Lumière un catalogue documentaire sur ses fonds. Annie-Hélène Dufour 17 participe elle aussi à cette collaboration. Ethnologue et maître de conférences au sein d’Aix-Marseille Université, elle travaille pour l’un des laboratoires de la MMSH et devient présidente du conseil scientifique du musée de Salagon. Elle tisse des liens forts entre les deux institutions. Ses archives personnelles sont notamment déposées à la phonothèque de la MMSH depuis 200718) . Le partenariat s’est ainsi poursuivi avec Salagon après la scission institutionnelle. Danielle Musset,19 directrice du musée, demande ainsi à l’institution de traiter sa thèse sur la musique roumaine, mais le projet est abandonné. En 2008, une convention partenariale est signée avec le musée, représenté par le Conseil général des Alpes de Haute-Provence, et Bernard Morel20 , alors à la tête de la phonothèque, fixant ainsi les prérogatives des deux institutions. Salagon, à l’instar d’Alpes de Lumière, élabore cette politique d’échange, en raison de coût budgétaire trop élevé que mobilisent ces traitements archivistiques. En effet, le matériel et le personnel qualifié requièrent des fonds importants. L’objectif du centre muséal était et est toujours de poursuivre la collecte des témoignages des habitants de Haute Provence, sauvegarder les archives orales en les transférant sur des supports numériques et les mettre à disposition du public par le biais d’Internet. La MMSH, cherchant à enrichir son fonds, d’en faire un outil clé pour la recherche et la communauté universitaire, faisait d’elle un partenaire idéal. Le musée départemental s’engage alors à déposer auprès de la phonothèque les documents pour lesquels la totalité des droits pour la diffusion sur internet ont été acquis et de remettre les notices documentaires correspondants aux fonds déposés. D’une autre part, la MMSH, se porte garante de mettre à disposition sa plate-forme technique à Salagon, de conserver une copie de consultation des enregistrements, de les rendre accessibles aux chercheurs et de diffuser les notices de ces fichiers21 . Ce travail collaboratif est, depuis treize années, mené dans le cadre de stages de plus ou moins longue durée à la phonothèque. Mathilde Bresc, documentaliste à la médiathèque de la MMSH, a permis par la suite de poursuivre le travail sur les collections. Aujourd’hui, c’est Laurence Salze22 qui assure ce partenariat depuis deux ans. Le traitement d’un fonds audiovisuel traitant de l’artisanat dans les Alpes-de-Haute-Provence, engagé depuis janvier 2021, est un parfait exemple de ce travail de concert. Les enjeux archivistiques que pose aujourd’hui l’obsolescence des cassettes de Salagon, rendent aujourd’hui ce traitement de plus en plus pressant et pertinent.

Billet rédigé par Justine Usseglio et Dorian Michelet, Master 1 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

Bibliographie :

BASSET, Karine-Larissa, Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière: l’invention d’un territoire (1953-1983), Edition de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2009.

BRAU, Cécile, « Les collections d’objets du musée de Salagon », In: Les Cahiers de Salagon, 25/05/2021. Consulté en ligne. URL : Les collections d’objets du musée de Salagon – Les cahiers de Salagon (hypotheses.org)

CHAVE, Isabelle, LIÉVAUX, Pascal, « Ethnopôle Un Label Du Ministère De La Culture »,  Ministère de la Culture Direction générale des Patrimoines, 1 er décembre 2017.

COSTE, Pierre, «Le conservatoire ethnologique de Salagon», In : Terrains, n°1, octobre 1983, p. 44-45, (en ligne). Consulté le 09 avril 2021. URL: Le conservatoire ethnologique de Salagon (openedition.org)

GUYONNET, Marie Hélène. « Ethnologie parallèle et sauvegarde du patrimoine ethnologique en Haute-Provence », Centre d’Ethnologie Méditerranéenne, ministère de la Culture, mars 2000 p.28

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH). La lettre n°1. 1994.

SALZE, Laurence, « Ouvrons l’œil avec l’Ina », In : Les Cahiers de  Salagon, Mane 31 mars 2020, (en ligne). Consulté le 27 avril 2021. URL: https://salagonethno.hypotheses.org/639.

« Convention de partenariat MMSH-Salagon », 2008.

Crédit photographique :

Image à la une : « Vue des jardins de Salagon » de Justine Usseglio, le 12/05/2021 – CC-BY

  • Citer ce billet : USSEGLIO, Justine, MICHELET-THOUARD Dorian, « Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore » in les carnets de la phonothèque, URL : https://phonotheque.hypotheses.org/33499

  1. Pierre Martel (1923-2001) : ecclésiastique, chercheur, écrivain, fondateur de l’association Alpes de Lumière []
  2. GUYONNET, Marie Hélène. « Ethnologie parallèle et sauvegarde du patrimoine ethnologique en Haute-Provence », Centre d’Ethnologie Méditerranéenne, ministère de la Culture, mars 2000 p.4. []
  3. BASSET, Karine-Larissa, Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière: l’invention d’un territoire (1953-1983), Edition de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2009, p.60. []
  4. BASSET, Karine-Larissa. Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière: l’invention d’un territoire (1953-1983). Monde en cours. La Tour d’Aigues: Ed. de l’Aube, 2009 p.204-205. []
  5. Pierre Coste : historien et directeur du musée de Salagon de 1981 à 1987, secrétaire de la revue et des éditions Association Alpes de lumière de 1987 à 2003 []
  6. COSTE, Pierre, «Le conservatoire ethnologique de Salagon», In : Terrains, n°1, octobre 1983, p. 44-45, (en ligne). Consulté le 09 avril 2021. URL: Le conservatoire ethnologique de Salagon (openedition.org []
  7. Pierre Lieutaghi : écrivain chercheur et ethnobotaniste, concepteur des jardins de Salagon et cofondateur du séminaire d’ethnobotanique du musée []
  8. CHAVE, Isabelle, LIÉVAUX, Pascal, « Ethnopôle Un Label Du Ministère De La Culture »,  Ministère de la Culture Direction générale des Patrimoines, 1 er décembre 2017. []
  9. BRAU, Cécile, « Les collections d’objets du musée de Salagon », In: Les Cahiers de Salagon, 25/05/2021. Consulté en ligne. URL : Les collections d’objets du musée de Salagon – Les cahiers de Salagon (hypotheses.org) []
  10. Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative []
  11. Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-D’azur []
  12. GUYONNET, Marie Hélène. « Ethnologie parallèle et sauvegarde du patrimoine ethnologique en Haute-Provence », Centre d’Ethnologie Méditerranéenne, ministère de la Culture, mars 2000 p.28. []
  13. Fernand Braudel (1902-1985) : historien français et un des représentants les plus populaires de « l’École des Annales » []
  14. Robert Ilbert : historien et spécialiste de la méditerranée fondateur de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et de l’Institut méditerranéen de recherches avancées []
  15. Telemme : Temps, espaces, langages, Europe méridionale, Méditerranée, unité mixte de recherche de l’Université d’Aix-Marseille et du CNRS []
  16. Laeticia Nicolas : ethnologue et documentaliste spécialiste de la question des identités régionales []
  17. Annie-Hélène Dufour (1947-2002) :  ethnologue et universitaire française, spécialisée dans l’étude des pratiques et les représentations de l’espace en Provence, l’expression des identités collectives et l’ethnobotanique []
  18. SALZE, Laurence, « Annie-Hélène Dufour : portrait d’une chercheure singulière », [en ligne]Les cahiers de Salagon, Mane, 2 janvier 2020, (consulté le 2 avril 2021). URL : Annie-Hélène Dufour : portrait d’une chercheure singulière – Les cahiers de Salagon (hypotheses.org []
  19. Danielle Musset : ethnologue, , chercheuse à l’IDEMEC, directrice du Musée-Conservatoire Ethnologique de Haute-Provence, Prieuré de Salagon de 2000 à 2014 []
  20. Bernard Morel : professeur des universités et homme politique français, directeur de la MMSH de 2004 à 2010, vice-président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de l’Établissement Public Euroméditerranée []
  21. « Convention de partenariat MMSH-Salagon », 2008, (en cours de mise à jour) []
  22. Laurence Salze :  responsable du traitement des archives orales, de la valorisation scientifique et du carnet de recherche en ligne du musée de Salagon depuis 2019 []

Une réflexion sur « Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore »

  1. Intéressante présentation d’une collaboration entre une institution muséale et un laboratoire de recherche, grâce à vous le musée de Salagon est encore à l’honneur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.