La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

L’attrait des sciences humaines pour les contenus audiovisuels apparait dans les années 1970. En effet, si l’image et le son ont longtemps été relégués au second plan1, des questionnements émergent en cette deuxième partie du XXème siècle, à la fois pour son aspect éducatif et pédagogique, mais aussi pour son intérêt mémoriel. L’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie vont particulièrement s’attarder sur ce nouveau format, notamment au cours des enquêtes de ces professionnels2. La retranscription des entretiens et l’immersion cognitive a une plus-value par rapport à l’écrit, puisqu’elle fait vivre à jamais des témoignages et les ancre dans la réalité.

Les musées, de leur côté, vont se pencher un peu plus tard sur l’intérêt de l’audiovisuel au sein de leur institution, et vont peu à peu l’introduire au sein de leurs locaux3. Le film apparaît pour plusieurs raisons : pour ses qualités de médiation et d’attractivité, mais également ses compétences en matière de partage de connaissance, grâce aux retranscriptions directes de l’élément filmé : « Il permet de mieux informer les descriptions des objets, des lieux et des scènes observées, de montrer les corps et d’éviter des descriptions fastidieuses voire impossibles, de repasser à l’envi les scènes filmées pour les analyser et en apprécier la dimension émotionnelle. »4. Cette affirmation est d’autant plus réaliste en ce qui concerne les musées ethnologiques pour lesquels l’intérêt est double. Ces derniers vont non seulement se lancer dans une quête de collecte de création audiovisuelle locale, mais également en produire eux-mêmes, enrichissant ainsi à la fois la composante muséale et le pôle ethnologique de l’institution.

Cette active production nous interroge quant à la conservation dans le temps de ces documents audiovisuels, à la fois de leurs contenus et de leurs supports matériels. En effet, la grande majorité de ces dernières ont été produites avant les années 2000, sur des cassettes qui utilisent des bandes magnétiques. Parmi elles, on retrouve la célèbre VHS créée en 1976, et qui va largement s’imposer dans le monde grâce à son faible coût et à sa capacité de stockage importante pour l’époque, malgré le fait qu’elle possède une qualité moindre contrairement aux autres formats. Le contenu d’une VHS peut également être reproduit sur une autre VHS, au risque d’une perte de qualité5. Elle est tout autant utilisée comme support commercial pour la vente de films ou de musiques auprès du public, que pour réaliser des vidéos ou des enregistrements audios amateurs. C’est à partir des années 2000 que la cassette va connaître un déclin fulgurant, remplacé par son nouveau concurrent arrivé sur le marché en 1997 : le DVD, qui dispose d’un faible coût de production, une plus grande facilité d’utilisation, puisqu’il n’est plus nécessaire de rembobiner la bande à la fin, une qualité supérieure et un stockage beaucoup plus important. Le passage presque immédiat à ce nouveau format n’a certainement pas facilité la sensibilisation des utilisateurs et des institutions à la conservation des anciens supports, presque oubliés.

Au-delà de la conservation des supports, celle de leur contenu est tout aussi importante : si la cassette n’est pas conservée dans des conditions optimales, à savoir une température comprise entre 18° et 20°, avec une humidité relative comprise entre 40% et 50% ; entreposé dans un endroit protégé des ultraviolets6, elle ne peut être utilisable que quelques dizaines d’années : « En moyenne, la durée de vie d’une bande magnétique est de 10 à 30 ans et, comme le format VHS existe depuis plus de 35 ans, un grand nombre des supports qui se trouvent dans les collections aujourd’hui atteindront bientôt la fin de leur durée de vie. »7. Ainsi, une attention doit rapidement être portée par les institutions possédant encore ces archives, pour éviter de ne perdre irrémédiablement leur contenu, malgré le coût financier que cela représente.

Photographie d’une vidéo illisibles.(Dorian Michelet-Thouard, prise le 01/04/2021 – CC-BY)

Pour ce faire, la numérisation des documents audiovisuels apparaît aujourd’hui comme la solution la plus viable puisqu’elle assure une conservation à longue durée, tout en altérant que la qualité. Cette numérisation demande un matériel bien précis, qui est par ailleurs de moins en moins accessible à cause de la disparition des lecteurs, de la multiplication des formats de lecture et de la durée de travail en fonction des supports (par exemple pour le nettoyage des bobines). Au-delà du matériel et de la volonté politique, mais aussi des choix éditoriaux qu’impliquent une action de numérisation, les connaissances techniques, et notamment celle du choix du format numérique sont à prendre en compte. Parmi ces formats, ceux évitant une compression sont à favoriser, et permettent de conserver toutes les données contenues dans l’enregistrement analogique. L’inconvénient principal de la numérisation de la vidéo est la capacité de stockage importante qu’elle nécessite car les fichiers sont volumineux : par exemple, une vidéo de 16:33 numérisé pour la phonothèque occupe 1,77 Go au format MP4. On peut citer deux formats qui assurent ce rôle :  le format M-JPEG 2000, placé sous la norme ISO 15444 qui certifie cette méthode de compression sans perte8; et le format MKV (Matroska), encodé avec le codec FFV1, qui est principalement destiné pour l’archivage et la préservation9. Il est également open source, ce qui signifie que l’on est libre de l’utiliser, d’accéder au code source et de créer des travaux dérivés de ce code, qui permet une compression des vidéos sans dégradation.

Cette conservation permet d’ailleurs la valorisation et la diffusion de ces archives. La vidéo pourra ensuite être diffusée dans la mesure où les questions juridiques et éthiques auront été réglées à la fois pour les personnes représentées mais aussi celles qui ont réalisé le film.

Les enjeux autour de la conservation des supports de l’audiovisuel sont donc multiples et urgents, et participent à la préservation du passé pour le futur. Les institutions culturelles, doivent aujourd’hui, plus que jamais, s’investir dans le traitement de ces supports, avant que ces cassettes ne deviennent complètement muettes.

 

Billet rédigé par Dorian Michelet-Thouard et Justine Usseglio, Master Métiers des archives et des bibliothèques, Médiation de l’histoire et humanités numériques.

 

Bibliographie :

Archives nationales du Canada. La gestion des documents audiovisuels dans l’administration fédérale. Canada, Ministre des Travaus publics et Services gouvernementaux, 1996. [en ligne] consulté le 26 avril 2021. URL : https://www.bac-lac.gc.ca/fra/services/gestion-ressources-documentaires-gouvernement/gestion-information/Documents/La-gestion-des-documents-audiovisuels-dans-administration-f%C3%A9d%C3%A9rale.PDF

IRACI, Joe, « La numérisation des bandes vidéo VHS » , Bulletin technique de l’ICC, n°31, 2017, [en ligne] consulté le 26 avril 2021. URL : https://www.canada.ca/fr/institut-conservation/services/publications-conservation-preservation/bulletins-techniques/numerisation-bandes-video-vhs.html#a2b

Hélène Colombié, « Numériser des archives audiovisuelles à la phonothèque de la MMSH » in Les carnets de la phonothèque, 9 juin 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/21896 

 

Crédits photographiques :

image à la une : « Photographie de cassettes » de Dorian Michelet-Thouard, le 01/04/2021 – CC-BY

« Photographie d’une VHS illisible » de Dorian Michelet-Thouard, prise le 01/04/2021 – CC-BY

 

  • Citer ce billet : MICHELET-THOUARD, Dorian, USSEGLIO, Justine, « La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique » in Les carnets de la phonothèque, 5 juin 2021, URL : https://phonotheque.hypotheses.org/33502

 

  1. DAVID, Frédéric, « Des trésors cachés parmi nos archives : comment préserver et conserver les archives audiovisuelles » [en ligne], Maison des bâtisseurs, Association des archivistes du Québec – Région Nord, Alma, 26 avril 2019, (consulté le 9 avril 2021). URL: https://archivistes.qc.ca/wp-content/uploads/2019/04/Conference_conservation_doc_audiovisuel_AAQ_2019.pdf []
  2. PIAULT Colette. Aspects de la diffusion du film ethnologique en France. In: Bulletin de l’Association française des anthropologues, n°37-38, Septembre-décembre 1989. La valorisation de la recherche, sous la direction de Dominique Desjeux, Annie Le Palec et Marc-Eric Gruénais. pp. 77-83. [en ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1989.1478 []
  3. LAFERTE, Gilles, « Le film ethnographique comme archives », Études rurales [En ligne], 199 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, (consulté le 10 avril 2021) URL: http://journals.openedition.org/etudesrurales/11474 []
  4. Ibid []
  5. IRACI, Joe, « La numérisation des bandes vidéo VHS » , Bulletin technique de l’ICC, n°31, 2017, [en ligne] consulté le 26 avril 2021. URL : https://www.canada.ca/fr/institut-conservation/services/publications-conservation-preservation/bulletins-techniques/numerisation-bandes-video-vhs.html#a2b []
  6. Archives nationales du Canada. La gestion des documents audiovisuels dans l’administration fédérale. Canada, Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux, 1996. p.16. [en ligne] consulté le 26 avril 2021. URL : https://www.bac-lac.gc.ca/fra/services/gestion-ressources-documentaires-gouvernement/gestion-information/Documents/La-gestion-des-documents-audiovisuels-dans-administration-f%C3%A9d%C3%A9rale.PDF []
  7. IRACI, Joe, « La numérisation des bandes vidéo VHS » , Bulletin technique de l’ICC, n°31, 2017, [en ligne] consulté le 26 avril 2021. URL : https://www.canada.ca/fr/institut-conservation/services/publications-conservation-preservation/bulletins-techniques/numerisation-bandes-video-vhs.html#a2b []
  8. https://www.iso.org/standard/78321.html []
  9. https://www.matroska.org/what_is_matroska.html []

Une réflexion sur « La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.