Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

En 2020 et 2021, la phonothèque de la MMSH a effectué le catalogage sur la plateforme Calames de la partie sonore du fonds Bernus, conservé aux Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM). Il s’agissait de créer un instrument de recherche [en ligne] au format XML/EAD (format interopérable dédié à la description archivistique) afin d’améliorer la visibilité et l’accès à ces documents sonores datant des années 1960 à 1980, riches en témoignages, en contes, en chants et en histoire du peuple touarègue.

Histoire du fonds Bernus

Le fonds porte le nom du couple Suzanne et Edmond Bernus – elle ethnologue, lui géographe – qui ont passé la majeure partie de leur carrière à étudier l’histoire et la société touarègues.

Suzanne Bernus (1928-1990, née Vianès) commence sa carrière d’ethnologue en 1950 en Guyane, puis en 1956 à Madagascar pour le compte de l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM), en 1959 au Ghana et en 1960 au Niger, pays qui occupera la plus grande partie de ses recherches. C’est en 1960 également qu’elle épouse  Edmond Bernus (1929-2004). Celui-ci est géographe et effectue sa carrière en Afrique de l’Ouest : Guinée (1954-1955), Sénégal, Côte d’Ivoire, où il intègre l’ORSTOM en 1959, puis Niger à partir de 1962.

Au Niger, le couple de chercheurs-voyageurs s’emploient à étudier les groupes Touaregs, en s’intéressant particulièrement à la parenté. Sur le terrain, « les Bernus » ont rassemblé un important ensemble de documents de typologies diverses : photographies, herbier, carnets de terrain, documents sonores et audiovisuels… En 2006, leurs enfants font don du fonds ainsi constitué au service Archives de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, ex-ORSTOM), en prévoyant la libre communication des documents et l’autorisation de la reproduction. Le fonds a été traité Fabien Bordelès en 2015 avant d’être déposé aux ANOM pour leur conservation. L’instrument de recherche complet réalisé par Fabien Bordelès est consultable au format PDF et téléchargeable en ligne. Les documents y sont répartis en dix catégories : cahiers de terrain ; fichiers/index bibliographiques et thématiques ; tirés à part de Suzanne et Edmond Bernus ; dossiers et notes de travail ; correspondance ; herbier ; documents audiovisuels ; documents sonores ; documents photographiques ; documentation reçue : cartes géographiques, tirés à part, revues, rapports.

Une partie des photographies du fonds a été numérisée et mise en ligne par la Direction de l’information et de la culture scientifiques pour le Sud (DIC) de l’IRD.

Les carnets de terrain d’Edmond Bernus sont quant à eux consultables en ligne sur la plateforme de transcription collaborative Transcrire.
 
La partie sonore du fonds avait déjà été traitée à l’IRD mais afin de faciliter leur consultation en ligne et pour être congruent avec les autres archives sonores de la phonothèque de la MMSH, des aménagements ont été apportés lors du catalogage sur Calames. Ainsi, un numéro d’inventaire de la phonothèque a été attribué à chaque enregistrement. Par ailleurs, la structure de l’instrument de recherche de l’IRD a été reprise et légèrement réordonnée pour simplifier l’écoute.
 
Cinq types de documents sonores ont été dégagés, correspondant à cinq corpus :

– Tesawits, chants, musiques, contes, proverbes et devinettes ;
– Entretiens et récits de vie ;
– Ambiances sonores et sons enregistrés pour les bande sonores des films ;
– Séminaires, lectures et cours ;
– Emissions radiophoniques et enregistrements audio à vocation commerciale.

Capter la vie en campement grâce l’enregistrement sonore

Le fonds sonore constitué par les Bernus et leurs interprètes Elamjeli et Altinine rend compte de la vie des campements touarègues : la musique, les chants, les contes, le langage, les mariages, les histoires de bergers nomades et leur relation avec leurs bêtes, les migrations, l’histoire propre à chaque groupe… Avec l’enregistrement sonore, les Bernus semblent avoir voulu garder une trace de ce patrimoine immatériel, fragile car toujours menacé par le temps qui passe. Sur ce court extrait par exemple, nous pouvons entendre un bruit de la vie quotidienne, le cri utilisé par le berger pour communiquer avec ses bêtes : 

Cri pour le mouton, enquête 7016, extrait

Ici, une chanson ingalshir, avec le cri des moutons en arrière-plan, nous donne une idée de l’ambiance sonore du campement :

Chanson ingalshir chantée par Taheera, enquête 7107, extrait

Histoire orale et récit de vie

Outre la captation d’un environnement sonore, l’enregistrement audio est le support privilégié pour l’étude de l’histoire orale des groupes touarègues et des récits de vie de leurs membres. En cela, le fonds Bernus constitue une source importante pour approcher l’histoire, la société, la culture touarègues, à une époque peut-être moins touchée par les bouleversements technologiques des dernières décennies. 

Image à la une : Edmond Bernus en captation lors d’un tournage au Niger (ca 1980) par Suzanne Bernus –224 APOM/125. CC-BY.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.