Beyrouth, automne 2019, dimanche 10 novembre 13h

Du Nord au Sud, la révolution bruit : archiver le son des luttes au Liban

Le dossier Anthropologies libanaises. Entre dispersion et lignes de force paru en 2021 et coordonné par Nicolas Puig et Michel Tabet pour la revue Ethnologie française, croise les regards d’une dizaine d’anthropologues qui explorent le Liban en mobilisant des sources multiples.  Lama Kabbanji a choisi de solliciter les sources enregistrées à travers une Enquête sonore des 20 premiers jours de l’intifada d’octobre 2019 au Liban1. Avec l’aimable autorisation de la revue, nous proposons ici une écoute sonore de l’article, accompagnée d’un bref résumé. Vous pouvez retrouver le contexte de chaque enregistrement en cliquant sur l’icône d’Internet Archives qui héberge les sons2.

“Tous veut dire tous.” Du nord au sud, ces mots reviennent, faisant écho à l’importance historique d’un mouvement insurrectionnel sans précédent. Une déclaration du ministre des télécommunications, Mohammad Choucair, annonçant la taxation de l’utilisation des applications de messagerie instantanée comme WhatsApp, Skype ou Viber met le feu aux poudres le 17 octobre 20193. Occupation des grandes places dans les villes et villages du pays, blocages des artères principales, manifestations devant certains symboles de la corruption comme la banque centrale du Liban, les répertoires d’action sont variés.


Discours d’un leader politique libanais hué au début de l’Intifada libanaise de 2019, 25 octobre 2019.

Partout des assemblées citoyennes s’organisent pour discuter des moyens de faire chuter le régime confessionnel, de récupérer l’argent volé par la classe dirigeante, de sortir le pays de la crise économique ou encore du type de représentation démocratique à mettre en place. Les avis sont parfois contradictoires, les débats houleux mais la même envie d’en finir avec le statu quo confessionnel anime les gens. La parole se libère et l’espace public, si rare dans le pays4 est réinvesti. Jeunes et moins jeunes se réapproprient le politique.


Scansion du slogan en langue arabe “Le peuple veut la chute du régime” sur la Place des Martyrs, à Beyrouth, lors de l’Intifada libanaise, 3 novembre 2021.


L’oligarchie insultée dans la rue Gouraud, à Gemmayze, quartier Est de Beyrouth, 22 octobre 2019.

En octobre 2019, je devais aller au Liban dans le cadre des recherches que je mène avec des collègues de l’Université libanaise sur les reconfigurations de l’enseignement supérieur5. Trois jours avant mon arrivée, le 20 octobre, un soulèvement (en arabe « intifada ») populaire inédit avait débuté contre l’oligarchie au pouvoir, revendiquant la fin du confessionnalisme politique. Pendant des semaines, lycéens, étudiants, ouvriers, paysans, travailleurs précarisés du secteur tertiaire, avocats, architectes, professeurs des écoles et des universités ou encore chômeurs défilent ensemble du nord au sud.


Manifestation étudiante à Beyrouth lors de l’Intifada libanaise, 12 novembre 2019.

Très vite, le besoin d’immortaliser ce moment s’impose à moi, comme si, dès le début, planait le danger de le voir disparaître sans laisser aucune trace. La crainte de voir cet épisode à nouveau confisqué par la classe dirigeante, comme cela s’est produit à diverses reprises dans l’histoire récente des luttes sociales au Liban, me conduit à enregistrer frénétiquement les sons du soulèvement. Ce besoin de documenter et d’archiver a été relevé dans d’autres contextes révolutionnaires récents, comme en Algérie6 ou en Syrie7.

Approche méthodologique : l’apport du son pour explorer un mouvement social

La démarche que j’ai suivie a consisté à enregistrer de manière continue et quasi quotidienne, entre le 20 octobre et le 12 novembre 2019, dans plusieurs sites (Beyrouth, Jal el Dib et Tripoli dans le Nord, B`albak à l’Ouest et Saida, Kfar Remane et Tyr au Sud).


Slogans place Sahet al-Nūr, Tripoli lors de l’Intifada libanaise, 2 novembre 2919.

À partir du 2 novembre, je commence à interroger les manifestants. Quatre questions guident les discussions : quelles sont les raisons qui vous ont poussé à descendre dans la rue? Est-ce la première fois que vous participez à un mouvement social ? Est-ce que ce moment est différent de la « révolte des poubelles » de 2015 et, si oui, en quoi ? Quelles sont vos revendications ? Les personnes rencontrées (47 au total), individuellement ou en groupe, acceptent facilement de me parler et d’être enregistrées. Au fil des témoignages, elles m’expliquent les raisons de leur révolte, l’organisation du mouvement dans chacune de leurs régions, les difficultés et les menaces qu’elles encourent, leurs espoirs et leur vision d’une nouvelle nation à construire.


Des assemblées de discussion beyrouthines lors de l’Intifada libanaise, 26 octobre 2018.

Si l’audiovisuel a été jusqu’à présent peu utilisé comme méthode pour analyser les mouvements sociaux8, de telles études sont encore plus rares en ce qui concerne le son, où les analyses ont plutôt porté sur les slogans politiques9 ou sur les relations entre groupes sociaux à partir de l’étude de leur présence sonore10. Pourtant, l’exploration sonore d’un mouvement social, en particulier à ses débuts, offre des possibilités méthodologiques très riches. Les enregistrements sonores permettent à la fois de capter, de faire revivre, et d’analyser les ambiances et les émotions sur le vif puis de zoomer sur les mots (discours et slogans) de la révolte et sur les interactions. Car, comme dans tout mouvement social, la révolution bruit au Liban. Des chansons s’inventent, des slogans se scandent, avec des variations selon les régions, du Nord au Sud, d’Est en Ouest.


Les chansons révolutionnaires du Cheikh Imam reprises lors de l’Intifada libanaise de 2019, 16 octobre 2019.


Zajal déclamé place de l’Archevêque à B‘albak lors de l’Intifada libanaise, 11 novembre 2019.

Plus discret et plus anonyme qu’une caméra, l’enregistreur permet de se focaliser sur le discours et libère plus facilement la parole des actrices et acteurs du processus révolutionnaire. Le son se fait l’écho de ces femmes et de ces hommes qui ont décidé de prendre leur destin en main. Il se révèle être un outil méthodologique permettant de transmettre la parole et le vécu des « subalternes » sans les dénaturer11 car les manifestants rencontrés sont surtout issus des classes populaires ou des classes moyennes paupérisées, celles qui ont rarement accès à l’espace public.


Slogans en langue arabe et hommages rendus sur la place des Martyrs de Beyrouth lors de l’Intifada libanaise

Les enregistrements sonores collectés, à divers moments du soulèvement, dans les différentes régions du Liban rendent également compte des dynamiques spatiales et temporelles, reflétant à la fois la multiplicité et la similarité des ambiances et des situations. Ces enregistrements rapportent parfois des sonorités festives sur les grandes places et les ronds-points occupés, lieux de rassemblement quotidien des manifestants, voire ludiques comme lorsqu’une chaîne humaine s’est formée le long de la côte le 27 octobre du Nord au Sud, en signe d’unité et de solidarité du peuple libanais.


Sur la place Sahet al-Nūr de Tripoli un orateur rend hommage aux émigrés lors de l’Intifada libanaise, 2 novembre 2019.


Scansion du slogan en langue arabe “Le peuple veut la chute du régime” sur la Place des Martyrs, à Beyrouth, lors de l’Intifada libanaise, 3 novembre 2019.

Les ambiances sont d’autres fois plus violentes, sur les barricades ou lors des attaques qu’ont subies les manifestants à diverses reprises sur tout le territoire.


Le gouverneur de la banque centrale inculpé dans une manifestation à Kfar Remmane, au Sud du Liban, lors de l’Intifada libanaise, 8 novembre 2019.

L’exploration sonore permet aussi de s’adapter à la fois à des contextes statiques, durant les rassemblements ou les groupes de discussion; et à des moments plus mouvementés, durant les manifestations (celle par exemple du regroupement des professionnelles et professionnels du 31 octobre à Beyrouth, la manifestation féministe du 3 novembre, celle aux chandelles de Kfar Remmane à Nabatiyé du 8 novembre ou la grande manifestation étudiante du 12 novembre à Beyrouth), ou bien encore lors des attaques contre les manifestants.


Chants féministes à Beyrouth lors de l’Intifada libanaise, novembre 2022.

Pourquoi enregistrer les sons de la révolte ? Entre engagement collectif et parcours individuel

Plutôt qu’interroger les « leaders » désignés ou auto-désignés de certains groupes en présence et faire une sociologie politique des organisations ou du pouvoir, ma démarche a consisté à aller à la rencontre des manifestantes et manifestants pour comprendre le sens de leur participation à ce mouvement social.


Un orateur harangue la foule dans le centre ville de Beyrouth le 22 octobre 2019.

L’objectif est non seulement de proposer une analyse scientifique du soulèvement à travers les dynamiques de classe qui le structurent, mais également d’en montrer les potentialités en termes de transformation sociale, telle qu’imaginée par les acteurs de ce soulèvement. En ce sens, cette recherche s’inscrit dans le courant des sciences sociales émancipatrices12.

L’enregistreur devient en outre l’instrument qui me permet d’être partie prenante de ce soulèvement, rendant ainsi possible de résoudre l’ambivalence de ma position, celle d’une personne qui est à la fois d’ici et de là-bas, et d’affirmer en quelque sorte ma « double présence ». Cette expression renvoie à la double absence analysée par Abdelmalek Sayad dans le contexte de la migration algérienne en France13, « d’une part, l’exclusion de la société d’accueil qui, à des degrés inégaux, frappe tous les immigrés et, d’autre part, la coupure qui n’est pas seulement spatiale d’avec la terre natale »14. Si j’ai pu ressentir cette double absence à d’autres périodes de ma vie15, elle a pu se transformer en double présence à travers mon engagement politique à la fois dans la société où je vis actuellement (en France dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites et la loi de programmation de la recherche dite LPPR puis LPR) et dans celle où je suis née (au Liban dans le cadre du soulèvement d’octobre). L’enregistrement intensif des sons de ce moment si particulier m’a ainsi permis de faire la paix avec mon histoire personnelle car, comme le dit si bien ce tag apposé un peu partout dans le centre-ville de Beyrouth, cette intifada était aussi « une révolution sur soi » dans un pays où le confessionnalisme politique régit à la fois la vie publique et la vie privée.

Revolution libanaise illustration LAMA-ILL-1

Tag « Révolution sur nous », Centre-ville de Beyrouth, novembre 2019, photographie de Carine Doumit.

Constituer une archive sonore du soulèvement d’octobre

Ce matériau ainsi collecté servira à constituer, en collaboration avec la monteuse et auteure indépendante libanaise Carine Doumit, une archive sonore de l’intifada du 17 octobre. Suite aux enregistrements que j’ai effectués jusqu’au 12 novembre, et durant les mois qui précèdent le premier confinement lié à la pandémie de la COVID-19, Carine a poursuivi les enregistrements sonores, au rythme des différents évènements liés au mouvement social, dans ses différentes phases, ses ralentissements et ses accélérations. Un travail d’archivage est depuis en cours avec le secteur archives de la recherche de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme de l’Université d’Aix- Marseille. Le fonds sonore pour l’instant se compose de 245 fichiers représentant une trentaine d’heures d’enregistrement. Par ailleurs, Carine et moi avons réalisé à partir de ces enregistrements un documentaire radiophonique en arabe qui a été diffusé en décembre 2019 par le média libanais indépendant Mégaphone.

 

Les suites de l’enquête : poursuivre les réflexions sur le soulèvement d’octobre à partir de l’étude du mouvement étudiant

Cette enquête sonore a notamment permis de montrer que l’une des principales revendications de la jeunesse libanaise, composante essentielle du soulèvement, était l’accès à une éducation gratuite et de qualité. Les étudiants de l’Université libanaise, seule université publique du pays et principale institution d’enseignement supérieur en termes d’effectifs d’enseignants et d’étudiants, ont été à l’avant-garde du mouvement protestataire. Pour comprendre les contours de l’intifada d’octobre 2019, il est donc indispensable d’analyser l’essor d’un mouvement étudiant au sein de l’Université libanaise depuis le milieu des années 2010. Ce travail sera poursuivi dans le cadre de la JEAI LIBEDUC. Notre approche est celle d’une enquête participative dont l’un des objectifs est de constituer, en collaboration avec les étudiants impliqués dans différents collectifs avant l’intifada, une archive du mouvement étudiant (audio, vidéo, communiqués, affiches…) qui viendra compléter l’archive sonore. Des premiers entretiens et groupes de discussions ont ainsi été organisés avec des étudiantes et étudiants du public et du privé en décembre 2021 par Lama Kabbanji et Faten El Hajj qui nous ont permis d’identifier les personnes clés. Un groupe de travail associant étudiants, anciens étudiants et enseignantes de l’UL impliquées dans la JEAI a été constitué. Les documents collectés par les étudiants seront complétés par les données collectées par Faten El Hajj depuis les années 2010 dans le cadre de son travail de journaliste spécialiste de l’enseignement supérieur au Liban et sur le terrain par Wafaa Noun, enseignante à l’Université libanaise et militante engagée dans différents groupes d’opposition au sein de cette même université.


Casserolade sur un rond-point de Kfar Remane au début de l’Intifada libanaise, 8 novembre 2019.

Texte de Lama Kabbanji, anthropologue et démographe, LPED – Laboratoire Population Environnement Développement AMU – Aix-Marseille Université et IRD – Institut de recherche et de développement.

Une partie du traitement de ces archives sonores a pu être réalisé grâce à deux stage rémunéré par l’Institut SoMuM d’un étudiant et d’une étudiante  en Master de langue arabe à AMU, Lyna Benaissa et Mahmoud Mohamed Abdelsalam.

Photographie “à la une” : graffiti sur les murs de Beyrouth, photogr V. Ginouvès 10 novembre 2019, CC-BY.



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2022, 1 août). Du Nord au Sud, la révolution bruit : archiver le son des luttes au Liban. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svhw

  1. Lama Kabbanji, « Enquête sonore des 20 premiers jours de l’intifada d’octobre 2019 au Liban: », Ethnologie française, vol. 51, no 2, 1er juillet 2021, p. 239‑54, https://doi.org/10.3917/ethn.212.0239. []
  2. La mise en ligne des sons a pu être effectuée en 2021 grâce au financement de l’Institut SOMUM qui a permis l’accueil par la phonothèque de deux stagiaires, Lyna Benaissa, étudiante en master 1 d’anthropologie à l’Université d’Aix-Marseille et Mahmoud AbdelSalam, étudiant en M1 Traduction et interprétation à l’Université d’Aix-Marseille. Les liens sonores sont ainsi affichés dans l’article publié dans la revue Ethnologie française permet d’en savoir plus sur cette enquête sonore et ses résultats. []
  3. Pour la première fois depuis la fin de la guerre civile, une grande partie de la société libanaise est unie contre l’oligarchie au pouvoir. Certaines agences de presse estiment que 2,2 millions de personnes étaient dans la rue au plus fort du mouvement : https://www.leparisien.fr/international/liban-cinq-minutes-pour-comprendre-la-contestation-21-10-2019-8177196.php. []
  4. En effet, pendant et après la guerre civile, la plupart des espaces publics ont été privatisés, en particulier la façade maritime, ainsi que le centre-ville de Beyrouth, dont la reconstruction a été déléguée à la société privée « Solidere », créée en 1994 par Rafic Hariri, à l’époque premier ministre [Saksouk-Sasso, 2015]. []
  5. Il s’agissait de l’équipe JEAI LIBEDUC, une eune équipe de recherche associée à l’IRD : https://mobelites.hypotheses.org/libeduc. []
  6. Lalia Chenoufi et Karima Dirèche, « Consigner le Hirak : de l’expérience à l’archive », Mouvements n° 102, no2, 22 juin 2020, p.122‑30. []
  7. Voir par exemple l’ANR SHAKK, https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE26-0021. []
  8. Perrine Poupin, « Caméra au poing : enquêter sur l’action politique par la vidéo. Une expérimentation pragmatiste à Moscou », Pragmata, no1, 2018, p.128‑79. []
  9. Zoé Carle, “Les slogans de la révolution égyptienne, épure d’une épopée tue ?“, Communications, 99, 2016, pp. 159-169. []
  10. Nicolas Puig,  “The Shatila soundscape: Sound cultures, practices, and perceptions in a refugee camp in Lebanon”, Violence: An international journal, Sage, Sounds of survival, weaponization of sounds, 1, octobre 2020, pp.285-302. []
  11. Nira Wickramasinghe, « L’histoire en dehors de la nation », in Mamdou Diouf, (dir.), L’Historiographie indienne en débat, Paris, Karthala-Sephis, 1999, p.419-432. []
  12. Erik Olin Wright et Razmig Keucheyan, « Autour du marxisme et des « sciences sociales émancipatrices » », Actuel Marx n°63, no1, 23 mars 2018, p. 202‑212. []
  13. Abdelmalek Sayad, La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Seuil, 1999, https://www.seuil.com/ouvrage/la-double-absence-des-illusions-de-l-emigre-aux-souffrances-de-l-immigre-abdelmalek-sayad/9782020385961. []
  14. Ibid.  p.112. []
  15. notamment lorsque j’ai été exilée en 1991 à l’âge de 12 ans avec ma famille à Montréal et que j’ai vécu l’expérience du déclassement social []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.