Nommer un laboratoire : toute une histoire

Mon mémoire de Master 2 “Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiation de l’histoire” porte sur le fonds d’archives constitué par Michel Vovelle (1933-2018), ancien professeur d’Aix-Marseille Université1 et conservé par le laboratoire TELEMMe, Temps, espaces, langages, Europe méridionale-Méditerranée. Pourtant, lorsque Michel Vovelle travaillait sur ces documents il était intégré au CESM, le Centre d’études des sociétés méditerranéennes. TELEMMe – créé en 1996 -, n’existait pas encore, tout  comme la notion même d’UMR (unité mixte de recherche).

Une description archivistique nécessite de documenter avec précision le producteur mais aussi la collectivité, qui a produit, reçu et conservé les documents dans l’exercice de son activité. Il me fallait retracer l’histoire du fonds et préciser le lien entre les archives et le lieu de conservation, dresser finalement une sorte de généalogie de TELEMMe où le CESM serait l’un de ses ancêtres. Il n’existe malheureusement pas en France un référentiel stable qui permette de retrouver l’évolution de la nomenclature d’un laboratoire de recherche. Ce billet vous propose de présenter les outils que j’ai utilisé pour suivre le fil de l’évolution des laboratoires qui se sont succédés et qui ont  conservé les boîtes à archives du fonds Vovelle sur leurs étagères.

Lorsque Michel Vovelle travaillait sur son projet ( une compilation des données sur les communes de Provence), il était rattaché au CESM qui en 1996 a intégré l’UMR TELEMMe, La succession des noms des laboratoires au sein desquels les documents ont été conservés au fil du temps doit être clairement établie afin de préciser le contenu des balises EAD <corpname> et <origination> sont documentées.

MIchel Vovelle, en 1961 était professeur à l’université de Provence2 et rattaché au Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes, le CESM. L’intitulé ne le précise pas, mais le laboratoire  travaillait uniquement sur la Méditerranée du Nord. Dans l’article “Georges Duby et le Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes. Une ambition aixoise” de Laure Verdon publié dans le numéro 48 de la revue Rives méditerranéennes, il est précisé que  l’étude du village méditerranéen en Provence est le chantier du centre jusqu’aux années 1980.3

Au début des années 1990, le CESM change de statut et – avec d’autres laboratoire, comme le CREHOP4 – intègre le GdR 097 « Cultures et civilisations méridionales », connu également sous le nom de « Nord-Méditerranée » qui deviendra l’UMR – Unités Mixtes de Recherche5 TELEMMe, Temps Espaces Langages Europe Méridionale, Méditerranée. Le nom évoque à la fois l’aire géographique, d’abord Méditerranée du Nord puis intégrant la Méditerranée du Sud , et disciplinaire : histoire, géographique et linguistique comme nous pouvons le voir avec la revue Rives qui où le nom Méditerranée apparaît aussi.

Comment trouver les liens organiques entre les noms des laboratoires ?

VIAF

VIAF, Virtual International Authority File, est le fichier d’autorités international de référence. La BnF en est partenaire. Il indique les différentes formes retenues selon les institutions du monde entier (cf côté droit de l’image).

 

Capture d’écran du site du VIAF sur TELEMMe

 

ISNI

ISNI – International Standard Name Identifier identifie les identités publiques des personnes ou des organismes impliqués dans la création, la production ou la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques. L’identifiant est unique pour chaque entité publique entrée dans la base de données. La base de données Isni est ouverte et diffusée sur le Web ouvert. ISNI est un outil mondial puissant et important pour le Web sémantique. L’identifiant unique permet de faire des liens entre une même personne qui peut avoir plusieurs pseudonymes, et fonctionne aussi avec les institutions publiques. La plateforme est centrale pour repérer les nomenclatures d’un laboratoire. 

 

 

 

Capture d’écran du site ISNI sur TELEMMe

 

 

IdRef

IdRef pour Identifiants et Référentiels, est utilisé pour les autorités pour tous les outils développés par l’Abes – Agence bibilographique de l’enseignement supérieur, des catalogues (Calames, Sudoc et thèses.fr). IdRef fournit d’autres types d’informations comme la date de création du laboratoire ou les noms antérieurs ainsi qu’une note contenant une brève description du laboratoire ainsi que les notices et les publications en lien. 

 

Capture d’écran du site IdRef sur TELEMMe.

 

AureHAL et Graphilabo

AuréHal permet d’accéder aux référentiels utilisés dans HAL, on y voit la fiche de la structure que l’on cherche avec les différents numéros d’UMR successif. GraFiLabo est un outil du CNRS qui aide à visualiser les restructurations des laboratoires, les données proviennent de Labintel qui est l’annuaire du CNRS ainsi que de Reseda qui est un outil de gestion du personnel. La présentation est la même qu’AuréHal avec une structure descendante avec en plus les dates des différentes appellations et d’autres métadonnées telles que le nom du·de la directeur·trice du laboratoire.

Capture d’écran Grafilabo sur TELEMMe

 

Enfin, certaines institutions internationales ont déjà mené l’enquête et proposent parfois des descriptions que l’on ne trouve pas en France. Ainsi, dans le répertoire des autorités de la bibliothèque du Congrès – Library of Congress authorities, il est par exemple bien indiqué que le CESM ne doit pas être confondu avec  le Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes qui travaille sur le Maghreb ; et s’il n’est pas indiqué que le CESM a intégré TELEMMe, l’histoire des intitulé de cette UMR est très bien décrite.

Les publications scientifiques nous sont aussi d’un grand soutien. Dans notre cas,  cette histoire institutionnelle a été décrite dans le numéro spécial de la revue Rives Méditerranéennes, “Essai d’ego-histoire collective “ de 2014 qui revient sur les 40 ans du laboratoire TELEMMe.

 

Du CESM à TELEMMe.

Grâce à tous ces éléments nous pouvons faire un bref historique du CESM et de son insertion dans une succession de laboratoires qui ont changé de noms. Les informations que je mets ici en avant sont retenues des sites cités plus haut ainsi que du numéro 48 de Rives Méditerranéennes.

Le CESM a été fondé en 1960. Le laboratoire s’appelait alors le  Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes qui associait pour la première fois sur le campus d’Aix-en-Provence, dans une même démarche scientifique, géographes et historiens. En 1962, quelques temps après la création du CESM,  a été créé, toujours à Aix, un comité de coordination des recherches agraires méditerranéennes dont le CESM a été le principal acteur. Le CESM a une bibliothèque qui va intégrer la MMSH en 1997. Le changement de nom et de statut entre le CESM se fait en 1996, quand Gérard Chastagnaret devient le premier directeur de d’une nouvelle UMR. Cette infographie vous donne un aperçu de cette évolution

 

 

Consulter sous ce lien l’infographie interactive

Pour conclure, reconstituer l’évolution d’un intitulé d’un laboratoire de recherche n’est pas si simple car il n’existe pas de répertoire qui puissent le faire.  Il faut recouper les informations que l’on trouve sur les différents outils mis à notre disposition. Dans mon cas connaitre les noms successifs d’un laboratoire me permet de comprendre pourquoi le fonds d’archives du chercheur Michel Vovelle était conservé à TELEMMe. Une nouvelle politique engagée par le CNRS va très bientôt modifier à nouveau les modalités d’appellation, il est nécessaire de garder trace des nomenclatures pour comprendre la production des archives dans les laboratoires.

Billet rédigé par Tatyana GIL, M2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

 

Crédits photographiques:

Image à la une : Photographie du premier numéro  la revue Rives nord méditerranéennes en 1987 par le Groupement Scientifique Cultures et civilisations méridionales (XIe-XX-eS) qui deviendra Rives méditerranéennes publication du laboratoire TELEMMe en 1998 . Photographie prise par Tatyana GIL.

  1. En 1980, Michel Vovelle a réuni un ensemble de questionnaires sur les communes de Provence provenant de différents dictionnaires pour en faire une compilation (dictionnaires Achard, Féraud et Garcin). Une boîte (32) regroupe des cartes, des graphiques, des statistiques et des correspondances qui documentent le projet. []
  2. L’université de Provence devient Aix-Marseille Université en 2012. []
  3. Laure Verdon, « Georges Duby et le Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes. Une ambition aixoise », Rives méditerranéennes [En ligne], n°48, 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/4657 []
  4. Le centre de recherche méditerranéenne sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux est le laboratoire qui a créé la phonothèque, qui sera intégrée en 1997 à la MMSH ((https://data.bnf.fr/atelier/11879238/centre_de_recherches_mediterraneennes_sur_les_ethnotextes__l_histoire_orale_et_les_parlers_regionaux_aix-en-provence__bouches-du-rhone/#author.other_forms []
  5. https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2014/19/2/2014-024_IGF_Tome_3_341192.pdf Annexe VIII, page 11 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.