Séminaire sur l’enquête-collecte : pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels (1925-1943)

Durant le séminaire sur l’enquête-collecte, qui s’est déroulé entre 2014 et 2019 et décrit dans sa globalité dans cet article, une des 9 journées thématiques était nommée « Documenter la nature ». Elle était consacrée aux collections naturelles des musées (herbiers, animaux, objets végétaux) ainsi qu’à leur collecte par les ethnologues. Au total, trois conférences ont été présentées durant cette journée. Nous avons choisi de vous présenter celle de Julien Bondaz, anthropologue et maître de conférence à l’université Lyon 2.

Julien Bondaz a intitulé son intervention : Collecter et documenter la nature : «Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943) dont vous pouvez retrouver la notice dans la base de la phonothèque en cliquant ici. Dans cette conférence, Julien Bondaz nous présente les débuts d’une discipline  de l’ethnologie aujourd’hui reconnue : l’ethnobotanique. Au début du XXe siècle, les universités financent des ethnologues pour une mission particulière : faire des recherches et étudier les écosystèmes dans les colonies françaises en Afrique, notamment la flore, afin de trouver des « plantes tropicales utiles » pour les secteurs de l’alimentation ou du textile.

Il évoque aussi des grandes figures comme André-George Haudricourt (1911-1996), botaniste et ethnologue, ou le célèbre Marcel (1872-1950) ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement de ces « premières pratiques d’herborisation ». A une époque où l’ethnologie connaît un grand intérêt auprès des pouvoirs publics et du monde universitaire, les herbiers décrivant les écosystèmes tropicaux sont aujourd’hui conservés dans des musées comme le Museum National d’Histoire Naturelle.

Extrait de la conférence de Julien Bondaz1

Dans cette conférence, Julien Bondaz fait un panorama historique de cette période mouvementée, mais également trouble, de l’ethnologie au début du XXe siècle. Il explique en détails les origines de cet objet qu’on connaît un peu tous, mais sans jamais s’y être trop penché : les herbiers.

Non seulement ce travail peut intéresser n’importe quel amateur d’ethnologie ou de botanique, mais elle peut aussi apporter de précieux renseignements aux étudiants des filières de l’ethnologie et d’anthropologie. En effet, ces disciplines scientifiques ont été très dynamiques durant la période que décrit Julien Bondaz. conférence de donne à entendre plusieurs clés de compréhension sur l’histoire coloniale, le rôle des universitaires ou des musées qui intéressera certainement les amateurs comme les spécialistes du domaine.

Julien Bondaz a donné l’autorisation de diffusion de sa conférence. Les métadonnées qui la décrivent et l’enregistrement sont consultables sur le site de la phonothèque en cliquant ici.

Stevie KOLODZIEJ, M2 au sein du Master Histoire, parcours métiers des archives, bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. l’usage du casque audio est conseillé en raison de la faible qualité de l’enregistrement. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.