écouter

Histoire d’écoutes

Dans le cadre des séminaires interlaboratoires de la MMSH se tiendra en 2021-2022, un séminaire sur le thème Histoires d’écoutes. L’auralité en histoire et pour l’histoire, de l’Antiquité à l’époque moderne, sous la direction d’Emmanuèle Caire (TDMAM), Véronique Ginouvès (USR3125), Marie-Emmanuelle Torres (LA3M/PRISM) et Laure Verdon (TELEMMe).

***

Les différents textures sonores ainsi que les mécanismes pensés pour installer, optimiser voire forcer l’écoute de certains individus. Les voix de Dieu, du pouvoir, du collectif, de la nature ou de la guerre résonnent dans les sources parce qu’elles ont été entendues et parce que l’auteur·e veut les faire entendre au lecteur·trice.

Cependant, un son n’existe que par l’expérience auditive : l’écoute implique un engagement du corps pour entendre, comprendre, analyser et donner sens aux sonorités. Restituer seulement un son ne permet pas de savoir comment celui-ci était perçu, esthétisé, compris ou ressenti : la recherche d’une société sonore impose donc de retrouver son régime d’écoute particulier. Par l’expérience du corps, l’oralité (ce qui est dit) peut alors devenir auralité (ce qui est entendu). Si l’oralité est performance, l’auralité est expérience ; cette expérience modulant le récit historique, la création artistique ou encore le récit de l’Autre. De fait, l’écoute apparaît à la fois comme un objet historique, un moyen d’écriture du social et un outil pour l’historien. Ce séminaire a pour objectif de réfléchir aux méthodologies possibles pour retrouver, reconstruire et exploiter cette écoute historique tout en observant ce qu’elle peut apporter à la recherche historique. Dans cette optique, l’observation des méthodes employées par les spécialistes du sonore « audible » peut être riche en enseignements. Par ces réflexions croisées, on espère ouvrir un laboratoire expérimental des méthodologies possibles, qui servira aux chercheure·s et étudiant·e·s qui souhaitent intégrer et/ou exploiter l’auralité dans leur recherche.

Le séminaire propose trois questionnements :

1) Mettre en lumière ce que l’écoute apporte à la compréhension des expériences et des discours passés : écouter ce que ces évocations auditives disent des rapports sociaux, de l’expérience urbaine du collectif, du politique, du divin et de la pensée du corps ; observer ce que la remise dans une perspective de performance / expérience auditive fait à la construction des objets et au positionnement méthodologique.

2) Interroger le dit de cette écoute dans les sources anciennes, grâce au vocabulaire et aux mécanisme employés pour créer ces transcriptions (littéraires ou plastiques) : réfléchir aux objectifs poursuivis par l’auteur·e en étudiant l’émotion, le filtre moral et les jeux d’allusions auditives qu’il·elle installe par ces situations auditives ; juger de ce que cette écoute « mentale » dit et sous-entend dans l’écriture historique. L’objectif est aussi d’évaluer si l’expérience aurale de celui·celle qui lit est une expérience réduite ou « augmentée » du sonore et questionner l’intérêt du paysage sonore dans une œuvre littéraire ou plastique.

3) Discuter des méthodologies employées pour la remise en écoute contemporaine. Le positionnement du·de la chercheur·e sera questionné en croisant les champs disciplinaires et les attentes, pour identifier ce qu’il est possible de faire, dans quelle mesure et pour quelles utilisations ainsi que les méthodes de recréation de l’écoute historicisante et les types d’expériences qu’il est possible d’imaginer.

Programme

  • 10 décembre : Écoute et auralité : un défi pour l’historien ?

Introduction : Emmanuèle Caire (PU, TDMAM, CNRS-AMU), Laure Verdon (PU, TELEMMe, CNRS-AMU) et Marie-Emmanuelle Torres (doctorante, LA3M, CNRS-AMU)
Marie-Emmanuelle Torres (doctorante, LA3M, CNRS-AMU) : Des musiques indignes d’être notées : dénigrement et silenciation des sonorités profanes à Byzance
Juliette Dumas (MCF, IREMAM, CNRS-AMU) : Faire parler le silence : dits et non-dits des sources historiques ottomanes 

  • 21 janvier : Écoute ô mon fils… L’écoute dans le christianisme

Christian Boudignon (MCF, TDMAM, CNRS-AMU) : La liturgie byzantine comme expérience acoustique
Sergi Sancho Fibla (postdoctorant, RSCS, UCLouvain) :
L’extase à l’écoute : liturgie, voix et performances. Europe du Sud, XIIIe-XVe siècles
Jorge Rizo Martínez (docteur, CéSor, CNRS-EHESS) : L’écoute dans la direction spirituelle : calmer et éveiller les passions aux XVIe-XVIIe s.

  • 25 février : Recomposer l’écoute : quelles approches pour le chercheur ?

Sylvain Perrot (CR, ARCHIMÈDE, CNRS-Université de Haute-Alsace) : Le concept d’écoute (akoē) dans la pensée d’Aristoxène de Tarente
Christine Gadrat (CR, LA3M, CNRS) : Scènes de dialogues et d’échanges dans les récits de voyage en Orient au Moyen Âge
Véronique Ginouvès (IR, Phonothèque MMSH, CNRS) : Archiver les perceptions : expérience de l’écoute et d’autres sens

  •  25 mars : Des objets sonores silencieux ? Redonner du corps à l’écoute

Anna Lagaron & Frédéric Imbert (postdoctorante & PU, IREMAM, CNRS-AMU) : Prier, réciter, écouter dans les graffiti arabes médiévaux
Vincent Debiais (CR, CRH, CNRS) : États de silence dans les images médiévales : mutismes, contraintes, qualités
Martine Clouzot (PU, ArTeHis, CNRS-Université de Bourgogne) : Espaces sonores et régimes d’écoute : figurer les sons dans les psautiers et livres d’heures en Europe occidentale (XIIIe -XVe s.)

  • 22 avril : Être à l’écoute : Auralité, émotion et réaction

Jérémy Clément (MCF, ArScAn, CNRS-Université de Paris Ouest Nanterre) : Les animaux dans le paysage sonore des guerres grecques
Romain Goudjil (ATER, LA3M, CNRS-AMU) : Des cris et des larmes, environnement sonore des juges byzantins (Xe-XVe s.)
Emmanuel Porte (doctorant, TELEMMe, CNRS-AMU) : Nuisances urbaines ou fenêtre sur un monde animal : Aboiements, hurlements et jappements canins dans les villes du XVIIIe siècle

  • 20 mai : À l’écoute de l’Autre

Chloé Bonnet (doctorante FRAMESPA, CNRS-Université de Perpignan Via-Domitia) : Entendre, voir, comprendre et transcrire : les notaires latins et les mots de leurs clients juifs. Catalogne et Roussillon. XIVe s.
Sarah Nancy (MCF, FIRL, Université Sorbonne Nouvelle) :
« La plupart des femmes aujourd’hui se laissent prendre par les oreilles ». L’imaginaire de l’écoute féminine en France aux XVIIe et XVIIIe siècles
Mathilde Mougin (doctorante, TELEMMe, CNRS-AMU) : Rendre compte de l’altérité linguistique dans les récits de voyage à l’âge classique

  • 10 juin : Remettre en écoute le passé : méthodes et perspectives 9h30 à 17h30.

Table-ronde 1 (matin) :  Restituer l’écoute, de la recherche à la médiation culturelle
Sibylle Emerit (CR, HiSoMA, CNRS)
Julien Ferrando (MCF, PRISM, CNRS-AMU)
Mylène Pardoen (IR, MSH-LSE, CNRS)
Julie Deramond (MCF, Centre Norbert Elias, CNRS-Université d’Avignon-EHESS)

Table-ronde 2 (après-midi) : Des usages contemporains du passé sonore. (ré)interprétation & (re)création
Clément Frouin (doctorant, CEMM, Université Paul Valéry)
Frédéric Tavernier-Vellas (Les Solistes de la musique byzantine et Ensemble Organum)
Conclusion et ouvertures

 

Informations pratiques :

Période :un vendredi par mois les 10 décembre, 21 janvier, 25 février,  25 mars, 22 avril, 20 mai, 10 juin

Horaires : 14h – 17h30 (excepté le 10 juin, toute la journée)

Lieu : salle Germaine Tillion, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, MMSH USR 3125, Aix-en-Provence

Contact et inscription : Marie-Emmanuelle Torres marie<dot>emma.torres<at>gmail<dot>com

– le passe-sanitaire sera demandé aux intervenants et auditeurs extérieurs à Aix-Marseille Université.

– le masque reste obligatoire pour tous, pendant toutes les séances.

– si la situation sanitaire l’exige, les séances basculeront en mode distanciel, sur la plateforme zoom.

 

Crédits de l’image “à la une” : Psautier de Luttrell, British Library, Add MS 42130 (détail)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.