couverture afas

Les rushes : une enquête dans le nouveau numéro de Sonorités (n°47)

Le nouveau numéro de Sonorités. Bulletin de l’AFAS a pour titre « Du film aux archives audiovisuelles… et réciproquement : itinéraires de rushes ».  Il présente 12 articles, rédigés par 14 auteurs, dans trois langues (français, anglais et espagnol). L’éditorial de Florence Descamps “Itinéraires de rushes” présente le projet comme issu d’une double ambition “une ambition éditoriale, représentative de l’esprit de l’AFAS depuis ses origines, consistant à faire dialoguer autour d’un même objet, ici le document audiovisuel ou cinématographique, à la fois le réalisateur-auteur, le conservateur et le chercheur” et “une ambition scientifique qui s’appuyait sur une hypothèse forte, mais qui n’allait pas forcément de soi : les rushes des cinéastes ou des réalisateurs de documentaires peuvent-ils devenir des sources pour les sciences humaines et sociales, et plus particulièrement pour l’histoire, et si oui, à quelles conditions et selon quelles méthodes ?”.

Le dossier est présenté par Rosa Olmos qui réalise un état des lieux des collections du domaine, issu de sa longue expérience d’archiviste archiviste audiovisuelle à La Contemporaine, sous le titre “En quête de rushes. Les archives documentaires « in extenso » dans les institutions patrimoniales parisiennes“.  Dans le cadre de son travail d’archiviste à la contemporaine, elle a travaillé sur plusieurs collections de rushes. Ainsi, deux historiens, Sébastien Layerle et Caroline Moine, évoquent ceux constitués dans le cadre du  film documentaire Les Horizons perdus de Michèle Firk (1937-1968) tandis que les deux documentaristes, Jean-Michel Rodrigo et Marina Paugam, évoquent leur expériences de réalisation au Pérou, Trois autres auteurs évoquent leur travaux sur le domaine. Tout d’abord, Remy Besson, chercheur postdoctoral de l’Université de Montréal,  nous invite à  “(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire“, à partir de l’étude d’une partie de Les Quatre sœurs (2018) intitulée Le Serment d’Hippocrate qui porte sur le récit de vie d’une survivante d’Auschwitz, Ruth Elias.en Bolivie et au Chili et le “trésor” que constituent les rushes. Ensuite, deux autres présentations viennent éclairer la question des rushes, celle d’un sociologue qui documente le travail par le film, Bernard Ganne et  celle de Selma Zghidi, monteuse et réalisatrice. Cette dernière présente son expérience de participation à une exposition qui s’est tenue au Mucem sur la révolution tunisienne, “Instant tunisien”. L’article est particulièrement original car il se place, de façon pragmatique, face aux choix que la monteuse doit faire pour restituer un événement politique tout en conservant le contexte de production et en respectant les questions de confidentialité ou au contraire d’identité des acteurs, en fonction des volontés exprimées.

La suite du numéro est composé d’articles de varia, dont l’un poursuit le “tour du monde d’histoire orale” de Sonorités avec le Canada, dans l’article de Steven High, Oral History as Creative Practice at Concordia University’s Centre for Oral History and Digital Storytelling. Deux autres présentent des corpus audiovisuels liés à des mémoires collectives. Constance Pâris de Bollardière revient sur les collections de la plateforme Aviary de la Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies tandis que Walter Roblero Villalón présente celles du MMDH, au Chili, le Musée de la mémoire et des droits humains.

Les trois derniers articles sont directement en lien avec l’expérience de la phonothèque. Le compte rendu de lecture de l’ouvrage publié en 2019 et dirigé par Agnès Arp, Annette Leo et Franka Maubach  Giving a Voice to the Oppressed: The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks est aussi une manière de se souvenir des différentes interventions de la phonothèque au sein de l’association internationale d’histoire orale tandis que la présentation du programme européen dans lequel l’AFAS est impliqué, sur le thème Decolonizing Southeast Asian Sound Archives, est aussi une façon d’afficher la longue collaboration avec Joséphine Simonnot, ingénieure du son et créatrice – avec la société Parisson – du logiciel Telemeta.

Enfin, le portrait du numéro 47 est celui de Lokman Slim et de Monika Borgmann, deux activistes des archives, enregistrés à Beyrouth en 2018, fondateurs de UMAM documentation & research. Un portrait qui vient nous rappeler que l’assassinat de Lokman Slim le 4 février 2021 n’a toujours pas été élucidé.

Pour recevoir la version papier du n°47 de Sonorités, vous pouvez adhérer à l’association AFAS ou acheter la revue chez le libraire I6Doc. Vous pouvez aussi tout simplement la lire en ligne sur la plateforme Journals d’OpenEdition.

Bonne lecture !



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2021, 28 novembre). Les rushes : une enquête dans le nouveau numéro de Sonorités (n°47). Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.