Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “des traces de la réalité des autres” – Partie 1/2

G) L’Exposition Universelle : La répartition des produits à l’intérieur de ces groupes et de leur classes réserve d’innombrables surprises dans le détail desquelles il est impossible de rentrer.  Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.160.

Lors de sa participation au séminaire “Archives de la recherche” à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix en Provence qui s’est tenu en avril 2021, Jean-Pierre Olivier de Sardan a eu l’occasion de s’exprimer sur les raisons qui l’ont conduit à déposer ses archives, évoquant d’une part des raisons épistémologiques, qualifiant d’autre part les données qualitatives de la recherche en anthropologie comme “l’intermédiaire entre le produit scientifique et la réalité” et enfin pour des raisons liées à la question de la restitution des archives, restitution et partage souhaité et évoqué dès le dépôt à la phonothèque de la MMSH, avec le Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local  (LASDEL), à Niamey, au Niger. Le billet des carnets de la phonothèque, intitulé Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?, rédigé par Pauline Muller, rend compte précisément de l’intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan.

La première partie de ce billet est l’occasion de présenter le travail du chercheur dans ses grandes lignes, la typologie des différents documents déposés, les plateformes de visualisation et la question des droits d’accès aux données, et enfin, les différents corpus seront cités. La deuxième partie permettra de décrire plus précisément le contenu intellectuel de chaque entité, avant de conclure sur la fairisation des données.

Jean-Pierre Olivier de Sardan, né en 1941, est un anthropologue français et nigérien, directeur de recherche émérite au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, chercheur au Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) à Niamey (Niger), professeur associé à l’Université Abdou Moumouni à Niamey où il est responsable scientifique du master de socio-anthropologie de la santé. Après des études en sciences politiques et en sociologie, il soutient une thèse de doctorat en ethnologie en 1967, dans laquelle il étudie le changement social au sein du peuple wogo du Niger. Dès cette époque, il réalise des films ethnographiques : “La bouche déliée (mariage wogo)” en 1967, “Sassalé, à propos d’un village ou de l’esclave au paysan pauvre” en 1972 ou “La vieille et la pluie” en 1974. Ses recherches sur les populations Songhaï-zarma le mènent à développer sa réflexion sur les questions méthodologiques en anthropologie. Ses domaines de recherche sont l’anthropologie de la santé et du développement et s’intéressent particulièrement aux actions publiques et à la délivrance de biens et services collectifs, avec la préoccupation que ses recherches soient une ressource pour l’action publique. Bien que ses terrains se situent principalement au Niger, il a également conduit des recherches en France, au Bénin ou en Côte d’Ivoire. En 2001, il participe à la fondation du LASDEL à Niamey, laboratoire dans le cadre duquel il mène désormais ses recherches. Deux ouvrages, parmi de nombreuses publications font référence en anthropologie : Anthropologie et développement (Karthala, 1995), et La rigueur du qualitatif (Académia, 2008). Son dernier ouvrage La revanche des contextes, paru en 2021 aux éditions Karthala “constitue une contribution majeure à l’analyse des effets inattendus des politiques publiques”1.

C’est en avril et septembre 2017 que M. Olivier de Sardan sollicite Mme Véronique Ginouvès2, archiviste responsable de la phonothèque de la MMSH, afin de déposer une partie de ses matériaux de terrain. Ses archives sont constituées de cassettes audio, de bandes magnétiques sur bobines, de cassettes VHS et de documents papiers. Les échanges entre le chercheur et les archivistes lors du traitement du fonds conduisent à un nouveau versement de fichiers textuels numériques, en 2021. A ce jour, le secteur Archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH conserve 100 cassettes audio, 34 bandes magnétiques sur bobine, 4 cassettes VHS, 3 DVD, 3 boites d’archive (0,3m linéaire), 457 fichiers nativement numériques. Tous ces matériaux, aujourd’hui entièrement numérisés, sont les supports d’enregistrements d’entretiens audio et de rushes sonores de films réalisés par le chercheur (139 fichiers), de films édités et non édités (9), ainsi que de carnets de terrain, de transcriptions d’entretiens, de notes de cours, de réflexions scientifiques et de fiches de lecture. Les 3 boîtes d’archives papiers ont été numérisées en 1775 fichiers (une vue correspondant à une page).

Les données du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan sont accessibles selon les modalités suivante :

Selon le statut juridique et éthique des ces archives, certaines sont consultables en ligne, notamment pour les archives papier et pour une quinzaine d’enregistrements sonores (rushes sonores du film La bouche déliée – mariage wogo), tandis qu’une autre grande partie est consultable sur le site de la MMSH et sur demande, en fonction du projet de recherche. Ces informations concernant les droits afférents aux documents sont mentionnées au niveau des notices des corpus et des enregistrements sur Ganoub et Nakala. Par ailleurs, certains films sont accessibles en ligne sur la plateforme CNRS Images.

L’organisation des corpus présentés ci-dessous, répartis en deux grandes catégories (données audiovisuelles, données textuelles papier et natif numérique) est le fruit des choix archivistiques qui ont pris en considération à la fois le contexte de production (unité de recherche, terrain), la typologie des documents (entretiens, rushes, papiers…) et les plateforme d’accès aux données et métadonnées pour la valorisation des contenus, leur partage, leur accessibilité et leur possible réutilisation, en adéquation avec les principes FAIR. La base de données Ganoub, dédiée à la phonothèque de la MMSH, a été pensée pour la valorisation du son, que ce soit des entretiens liés à des recherches scientifiques ou des enregistrements en ethnomusicologie par exemple. La plateforme Nakala nous est apparue comme le choix le plus pertinent pour l’accueil des archives papiers et textuelles du chercheur. 

Fonds audiovisuel (Fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan, plateforme Ganoub)

Fonds papier et natif numérique (Collection Jean-Pierre Olivier de Sardan, plateforme Nakala)

  • Les archives papier (45 données, 1775 fichiers/pages), 1983 – 2008
  • Anciens combattants nigériens, partis à la guerre en Indochine et en Algérie, pour la France (3 fichiers, représentant 206 pages A4)3, 1997 – 1998
  • Fiches de lecture (450 fichiers), dates inconnues
  • Bibliographie de Jean-Pierre Olivier de Sardan (1 fichier), 2021

La seconde partie à venir de ce billet détaillera le contenu de chaque corpus, permettant au lecteur une approche avancée, avant une exploration plus poussée sur les plateformes d’accès aux données et aux riches métadonnées.

Deuxième partie du billet, le 6 décembre 2021.

 

Crédit photographique

Image à la une : capture d’écran Les pièces noires du jeu de Dilli de la vidéo Le jeu de Dilli, enregistrée en 1970, à Sassalé, Niger, par Jean-Pierre Olivier de Sardan.



Citer ce billet
Annick Boissel (2021, 4 décembre). Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “des traces de la réalité des autres” – Partie 1/2. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgg

  1. Catalogue en ligne des éditions Khartala : https://www.karthala.com/hommes-et-societes-changement-social-et-developpement/3402-la-revanche-des-contextes-des-mesaventures-en-ingenierie-sociale-et-au-dela-9782811123628.html []
  2. Véronique Ginouvès : archiviste, ingénieure de recherche, CNRS []
  3. Voir également : https://nakala.fr/10.34847/nkl.8d4e35c8 et https://nakala.fr/10.34847/nkl.6483483p []

Annick Boissel

J'ai obtenu la Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles, délivrée par le CNAM / INTD à Paris, en 2021. Après avoir effectué un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, j'exerce aujourd'hui mon activité dans le domaine des archives de la recherche. Par ailleurs mon activité d'infirmière libérale à Aix en Provence, m'a amenée à m'interroger sur la conservation, la transmission et la valorisation des productions photographiques familiales.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.