Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “ des traces de la réalité des autres ” – Partie 2/2

P) Comment je classe : Le résultat de tout cela aboutit à des catégories vraiment étranges ; par exemple, une chemise pleine de papiers divers et sur laquelle est écrit “A CLASSER” ; ou bien un tiroir étiqueté “URGENT 1” et ne contenant rien (dans le tiroir “URGENT 2” il y a quelques vieilles photographies, dans le tiroir “URGENT 3” des cahiers neufs). Bref, je me débrouille. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.164.

Cette deuxième partie1 permettra au·à la lecteur·trice une exploration plus approfondie des différents axes de recherche de Jean-Pierre Olivier de Sardan, au Niger principalement, mais aussi dans le sud de la France en région Occitanie, au Ghana, Bénin et Côte d’Ivoire. Les corpus sont présentés en fonction de deux supports : audiovisuel et textuel.

Fonds audiovisuel (Fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan, plateforme Ganoub)

Ces rushes sonores, desquels est issue la bande son du film La bouche déliée (mariage wogo) ont été enregistrés au Niger, dans les villages de Kokomanimè et Tessa. Ces séquences donnent à entendre les différentes étapes correspondant à la préparation et à la cérémonie du mariage tel qu’il était pratiqué jusque dans les années 1940 dans la société wogo au Niger. Ainsi, ont été enregistrés des chants de femmes et d’hommes, divers instruments comme des tambours, percussions, instruments à cordes, instruments à vent, des sons liés aux activités de la vie quotidienne comme l’utilisation de la houe, les femmes qui battent le mil, la capture de bovins et autres ambiances de village. Nous entendons la construction du tendé ou tente nuptiale par les femmes, l’arrivée des invités, une discussion entre le futur marié et son père. D’autre part, Jean-Pierre Olivier de Sardan a réalisé deux interviews, en langue zarma, dont un avec interprète, avec le chef de canton et l’autre avec le père du marié.

Ces rushes sonores ont été enregistrés dans le village de Sassalé, village aujourd’hui renommé Katanga, au Niger, lors de la réalisation du film Sassalé, à propos d’un village, ou de l’esclave au paysan pauvre… Le film explore les rapports sociaux entre les paysans pauvres et les chefs locaux au regard des anciens rôles tenus par les différents groupes humains, ceux de captifs et ceux de maîtres. La documentation de ces archives sonores est en cours2

Les œuvres ethnographiques de ce corpus, éditées ou non, regroupent la quasi-totalité des films réalisés ou co-réalisés par Jean-Pierre Olivier de Sardan, entre 1967 et 1992. Trois régions du monde sont représentées, principaux terrains de recherche du chercheur : le sud de la France (région Occitanie) avec 3 films réalisés entre 1980 et 1988, le sud-ouest du Niger (région Tillabéri) avec 3 films réalisés entre 1967 et 1971 et enfin 2 films réalisés en 1991 et 1992, en Côte d’Ivoire (région Grands Ponts). Un autre film a été tourné à Paris, en 1970. Filmés à Kokomanimè, Tessa, Sassalé et Dessa, La bouche déliée (mariage wogo) et Sassalé, à propos d’un village, ou de l’esclave au paysan pauvre… sont en lien avec les premières recherches de l’anthropologue sur les sociétés Songhay-zarma, en territoire nigérien. Sont explorés respectivement le mariage traditionnel tel que pratiqué jusque dans les années 1950 et les relations de pouvoir entre les différents groupes sociaux en fonction de l’histoire de ces groupes. Dans le film Le jeu de Dilli, jeu de damier très pratiqué, Jean-Pierre Olivier de Sardan a enregistré notamment des scènes de préparation de ce jeu. En Côte d’Ivoire, à Grand-Lahou, le chercheur montre la difficulté de la pêche au filet, en pirogue (Un matin une pirogue) et l’intrication de la religion chrétienne et des religions autochtones dans les pratiques de soins (Saint-Joseph le crocodile). En France, à Grandrieu, dans le cadre d’une recherche intitulée “ Stratégies identitaires dans des contextes ritualisés ”, les réalisateurs filment les habitants dans leur rapport avec les évènements festifs ou historiques du village ainsi que leurs réactions au visionnage du film (Faudrait pas nous prendre pour des indiens – le pays derrière la fête). A Saint-Laurent d’Aigouze, dans Le jaune et le noir, c’est au cours d’une journée entière que nous suivons pas à pas les habitants, manadiers, razeteurs… au cours des nombreux évènements qui ponctuent l’une des dix journées de la fête annuelle du village. Dans un registre un peu différent et plus personnel, Jean-Pierre Olivier de Sardan a filmé le sculpteur Constant Bakas dans la réalisation d’un taureau métallique monumental, dans la maison familiale. Enfin à Paris, les enfants du quartier La goutte d’or expriment les difficultés vécues au quotidien, face au racisme ou à la précarité. Les films édités ont été produits par le CNRS ou par le CIHEAM et IMEREC. Les premiers d’entre eux ont été réalisés en pellicule 16 mm.

Depuis le début de ses recherches, Jean-Pierre Olivier de Sardan s’est intéressé à la civilisation songhay-zarma. Lors de la réalisation de ces 38 entretiens, entre le milieu des années 1970 et le début des années 1980 (un seul entretien se déroule en 1986), le chercheur avait déjà réalisé ses films ethnologiques concernant ces sociétés ( La bouche déliée (mariage wogo) en 1967, Sassalé, à propos d’un village ou de l’esclave au paysan pauvre…, en 1972 ou La vieille et la pluie en 1974, qui lui, est peut-être en cours de réalisation). Ces entretiens constituent donc des matériaux supplémentaires à la recherche de M. Olivier de Sardan, permettant de les relier à trois de ses publications : Quand nos pères étaient captifs (récits paysans du Niger), Paris, Nubia, 1976, 190p, Concepts et conceptions songhay-zarma (histoire, culture, société), Paris, Nubia, 1982, 447p et Les sociétés songhay-zarma (chefs, guerriers, esclaves, paysans…), Paris, Karthala, 1984, 299p. Ces entretiens, nécessitant un locuteur de la langue zarma, sont inventoriés mais non encore documentés.

Ce corpus rassemble des entretiens menés par Jean-Pierre Olivier de Sardan dans le cadre d’une recherche sur l’identité locale sur le plateau de Margeride (Lozère). Six habitants – agriculteur, éleveur, restaurateur, entrepreneur, responsable d’une concession automobile et directrice d’une institution pour personnes handicapées -, sont invités à s’exprimer sur les difficultés à vivre dans cette région, à présenter leur vision de l’économie sur ce territoire et les axes qui leur sembleraient nécessaires de développer pour un avenir meilleur. Les problématiques évoquées sont principalement celles de l’isolement, de la dépopulation, de la rudesse du climat et du développement rural. L’ethnologue sollicite les témoins pour qu’ils expriment le plus clairement possible leurs aspirations et leurs idées pour aller vers un avenir meilleur. Il pose systématiquement ces deux questions : quels sont les trois principaux problèmes rencontrés sur le territoire ? Quelles sont les trois principales mesures qui vous sembleraient pertinentes pour résoudre ces problématiques ? Les témoins insistent sur le soutien nécessaire aux agriculteurs et aux éleveurs mais également sur le développement des infrastructures routières et ferroviaires, du tourisme rural ou éventuellement sur l’installation de grandes entreprises sur le territoire. Un film documentaire a été réalisé dans le cadre de cette enquête, diffusé en 1985 sous le titre Faudrait pas nous prendre pour des Indiens (Le pays derrière la fête), tourné sur la commune de Grandrieu.

Jean-Pierre Olivier de Sardan a recueilli des témoignages auprès d’émigrés nigériens au Ghana, au Bénin et en Côte d’Ivoire, dans le cadre d’une recherche sur les cultes de possession. Les témoins s’expriment sur les divers aspects des pratiques dans les religions africaines, comme le culte vaudou, le phénomène de possession, la relation aux esprits et aux divinités, le rôle des guérisseurs, la relation aux ancêtres, les féticheurs et les Kômians (également guérisseuses et prêtresses), les cérémonies ou la sorcellerie. Les enquêteurs s’intéressent également à l’évolution de ces pratiques au fil du temps, d’avant l’arrivée des européens en Afrique jusqu’à l’époque contemporaine de la mondialisation. Ces entretiens traversent ainsi l’histoire, de la narration mythique de la fondation du vaudou au Bénin, aux cultes actuels. Les témoins sont à la fois des acteurs de la religion et des adeptes de celle-ci. Ainsi, on peut entendre des prêtres ou des personnes possédées, mais aussi des récits d’expériences, d’initiation ou de pratiques diverses, ou encore un chef d’un village qui relate la « gestion » des diverses opinions de ses administrés envers les pratiques religieuses. Tous les intervenants évoquent les rites tels que les danses, les sacrifices et les offrandes faits aux divinités majeures ou mineures, afin d’obtenir ou de conserver leur bienveillance. Jean-Pierre Olivier de Sardan a également enregistré une conversation avec l’anthropologue allemande Karola Elwert-Kretschmer (n°5417), malheureusement difficilement audible. Ce corpus livre de nombreux détails et informations et n’a pas à ce jour fait l’objet de publication.

  • Enquêtes réalisées par le LASDEL dans le cadre de la décentralisation, sur le fonctionnement des services administratif, technique, sanitaire, éducatif et sur la crise alimentaire, au Niger (39 fichiers, 36h 48), 2003-2006

Dans le cadre des enjeux organisationnels et administratifs de la décentralisation au Niger, le Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) à Niamey a recueilli les témoignages d’agents publics exerçants dans les villes de Tahoua, Dogondoutchi, Illéla, Gaya et dans la région de Dakoro. Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre du programme de recherche du LASDEL intitulé « Observatoire de la décentralisation au Niger – 2001-2012 ». La recherche est menée par quinze équipes de deux enquêteurs, nombre d’entre eux étant des doctorants de divers pays (Europe et Afrique). Jean-Pierre Olivier de Sardan participe également en tant qu’enquêteur, mais aussi en tant que coordinateur des enquêtes et des comptes-rendus réalisés. Pour chaque collectivité, divers agents sont interrogés comme par exemple une secrétaire, des techniciens d’assainissement, des infirmiers, un médecin, divers autres agents de santé, un responsable de laboratoire d’analyses médicales, des agents des impôts, un chef du centre des impôts, un secrétaire de la documentation et des archives, un secrétaire général et chef de cabinet de préfecture, le sous-préfet et le préfet, un secrétaire de commission foncière, un chef de service communal, une conseillère pédagogique, une dactylographe… A noter également que l’enquête la plus récente du corpus, qui date de 2006, porte sur les conséquences de la crise alimentaire de 2005 au Niger.

Ces entretiens constituent d’une part une documentation sur les récits mythologiques de la fondation de villages en Afrique de l’ouest et sur le fonctionnement de la société et d’autre part une documentation sur la genèse des premières idées de réalisation d’un film, par un chercheur en anthropologie, à partir du récit de vie d’un chauffeur de taxi de Niamey.

Fonds textuel3 (Collection Jean-Pierre Olivier de Sardan, plateforme Nakala)

Ce corpus est constitué de cahiers de terrain, de transcriptions d’entretiens, de notes sur la langue zarma et de lexiques, de correspondances, de schémas, articles, préparations de cours ou coupures de presse. Ces documents s’inscrivent globalement dans les recherches liées à l’histoire et à l’organisation de villes et villages du Niger et sur le système de santé et de soins. Ils mettent en lumière des réflexions sur la méthodologie de l’anthropologie, de l’enquête et de l’entretien et donnent accès à des commentaires de relecture d’articles de Jean-Pierre Olivier de Sardan par d’autres chercheurs.

Il s’agit ici de transcriptions d’entretiens réalisés en langue zarma, avec des hommes, anciens combattants nigériens partis à la guerre, pour l’armée française, en Algérie et en Indochine. Ces 15 entretiens sont présentés sur la plateforme Nakala.

  • Fiches de lecture (450 fichiers), dates inconnues

Le chercheur a consigné des annotations sur 450 ouvrages. Ces documents n’ont pas, à ce jour, fait l’objet d’une valorisation supplémentaire.

  • Bibliographie de Jean-Pierre Olivier de Sardan (1 fichier), 2021

Ce document transmis par Jean-Pierre Olivier de Sardan au cours de notre traitement regroupe l’ensemble de ses publications. La bibliographie a été complétée par son dernier ouvrage, intitulé La revanche des contextes (Karthala, 2021, 480p) et elle sera déposée sur Nakala.

C’est un travail collectif qui a permis la constitution d’un fonds organisé et valorisé, grâce à l’intervention de différents professionnels et stagiaires, donnant lieu également à l’écriture de billets de blogs et mémoires. Ces personnes, ainsi que leurs travaux de rédaction sont cités dans le plan de gestion de données du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan rédigé à partir de mai 2021 et dont la dernière version de novembre 2021 est en ligne, permettant d’aboutir la fairisation des données, grâce à la méthodologie de rédaction du plan de gestion de données qui envisage les différents aspects pour la gestion des données de la recherche, appliquée aux archives de chercheurs. Cette approche facilite la préparation au dépôt des données du fonds auprès du CINES, constituant une forme de clôture du traitement du fonds, sans limiter de possibles futurs dépôts de M. Olivier de Sardan, le catalogage sur Calames, le portail national des archives de l’enseignement supérieur et de la recherche, étant un préalable à ce dépôt. Enfin, la transcription des documents manuscrits est en projet, grâce à la plateforme collaborative Transcrire afin d’augmenter encore l’accessibilité aux données des archives de Jean-Pierre Olivier de Sardan.

Crédits photographiques

Image à la une : capture d’écran Les pièces blanches du jeu de Dilli de la vidéo Le jeu de Dilli, enregistrée en 1970, à Sassalé, Niger, par Jean-Pierre Olivier de Sardan.



Citer ce billet
Annick Boissel (2021, 6 décembre). Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “ des traces de la réalité des autres ” – Partie 2/2. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgi

  1. La première partie, publiée le 4 décembre 2021,  présente l’ensemble du fonds ainsi que son auteur []
  2. Dans le cadre d’un stage à la phonothèque, Astou Ndoye Seck, étudiante en ” Master Histoire, civilisation, patrimoine, Métiers des archives et des bibliothèques, Médiation de l’histoire et humanités numériques ” a écouté, comparé, recherché et identifié les différentes séquences sonores au sein du film La bouche déliée (mariage wogo). Ce travail est visible dans les notices du corpus. Elle accomplit aujourd’hui ce même travail pour les enregistrements sonores du corpus Rushes sonores du film Sassalé, à propos d’un village, ou de l’esclave au paysan pauvre…   “. []
  3. Archives papier et natif numérique []

Annick Boissel

J'ai obtenu la Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles, délivrée par le CNAM / INTD à Paris, en 2021. Après avoir effectué un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, j'exerce aujourd'hui mon activité dans le domaine des archives de la recherche. Par ailleurs mon activité d'infirmière libérale à Aix en Provence, m'a amenée à m'interroger sur la conservation, la transmission et la valorisation des productions photographiques familiales.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.