Détails de plafond peint (escalier), photographie par Jacques Revault

Avent 2021 – Le fonds photographique Jacques Revault sur l’habitat en Méditerranée

U) Le monde comme puzzle
“On divise les plantes en arbres, fleurs et légumes.” Stephen Leacock
Tellement tentant de vouloir distribuer le monde entier selon un code unique ; une loi universelle des phénomènes : deux hémisphères, cinq continents, masculin et féminin, animal et végétal, singulier pluriel, droite gauche, quatre saisons, cinq sens, six voyelles, sept jours, douze mois, vingt-six lettres. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.155.

http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97403
Photo 1 : Ruines de l’ancien palais d’Abd-er-Rhaman III à la Medinat Ez-Zahra, photographie par Jacques Revault (http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97403)

Jacques Revault (1902-1986) est un architecte et chercheur français, considéré comme un historien, un archéologue et un ethnographe, connu pour ses études sur l’architecture et l’habitat au Maghreb et au Moyen-Orient.

Elève des Beaux-Arts et des Arts décoratifs à Paris, il obtient son certificat d’Arabe en 1926 et un doctorat en ethnographie sur l’étude des demeures de Tunis en 1965. Il a séjourné dans de nombreux pays du pourtour méditerranéen (Maroc, Tunisie, Egypte, Espagne, Algérie, Italie, Lybie, Yémen, Syrie, Turquie) où il a réalisé des campagnes photographiques, d’abord comme responsable de formation, puis comme chercheur au CNRS.

Photos 2 : Palais Generalife de Grenade et Détail de la porte principale du Dar ben Mahmoud (http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97356 ; http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97789)

Ses débuts dans la formation aux métiers de l’art et de l’artisanat

Jacques Revault commence ses collectes photographiques comme inspecteur de formation dans le domaine de l’artisanat au Maroc puis en Tunisie, en s’intéressant d’abord aux tapis (il fonde le musée de Meknès au Dâr Jama), fréquentant les tribus berbères du Moyen Atlas et sillonnant les centres de formations en tant que chef de l’Office national de l’artisanat tunisien (ONAT) dès 1933. Durant cette période, il rassemble une documentation graphique et photographique importante sur l’artisanat local (tapis, tissus, broderies, dentelles, poteries, cuivres, bijoux, nattes, sparterie), conservée par l’ONAT en 1957, et publie un ouvrage sur les Tapis Tunisiens et plusieurs articles paraissant dans les Cahiers des Arts et techniques d’Afrique du Nord, Ibla et Les Cahiers de Tunisie.

Photos 3 : Plan de Darel Mrabet et Tissage de palmes par des hommes, photographies par Jacques Revault (http://cinumed.mmsh.univ-aix.fridurl197810 ; http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97878)

Un ethnographe en Tunisie, les Palais et demeures de Tunis

Attaché au CNRS en 1957 auprès de la Mission universitaire et culturelle française de Tunisie, puis chargé de recherche en 1962, il élargit ses recherches à l’habitat traditionnel tunisien, aux palais et riches demeures urbaines de Tunis remontant parfois aux XVIème et XVIIème siècles et aux monuments religieux. Ses terrains s’exercent dans le cadre d’un programme sur l’habitat avec le Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne (CRAM) dont il deviendra directeur de l’antenne à Tunis, et de collaborations avec le laboratoire d’Antiquités Africaines et le Département d’études islamiques de l’Université de Provence. Son intérêt d’abord marqué par les techniques de construction et de décor se porte progressivement sur les façons d’habiter : ses photographies montrent le mobilier, les objets, les coutumes, mais aussi les femmes et les hommes en activité dans leur environnement avec des scènes de rue et des paysages. Durant cette période, sa fonction de conseiller technique auprès des musées de Tunisie lui permet d’enrichir son fonds photographique de collections arabes de musées tels que le Bardo (tapis, vêtements, tissus, poteries, cuivres, meubles, armes, instruments de musique, orfèvrerie, bijoux, etc.). Son travail aboutit à la publication des quatre tomes sur les Palais et demeures de Tunis.

Photo 4 : Margelle de puits creusé dans la base d ‘une colonne antique en Tunisie, photographie par Jacques Revault (http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97781)

De l’Egypte au Maroc, ses collaborations scientifiques sur l’habitat traditionnel méditerranéen avec André Raymond, Alexandre Lézine et Lucien Golvin

Ses collaborations l’amènent à étendre son terrain d’études : d’abord à l’Egypte, avec André Raymond et Alexandre Lézine pour rédiger les Palais et Maisons du Caire, puis dès la fin des années soixante-dix, en participant aux travaux du Groupe de recherches et d’études sur le Proche Orient (GREPO) sur le thème de L’habitat traditionnel dans les pays musulmans autour de la Méditerranée qui donnera lieu à un colloque en 1984. Enfin, son travail avec Lucien Golvin sur les Palais et demeures de Fès entre le XIVème et le XXème siècle donne le jour au premier tome de la série, qui paraît de son vivant en 1985.

Les fonds André Raymond, Alexandre Lézine, Lucien Golvin et Yves Bonète, associés aux travaux de Jacques Revault, sont également disponibles à la Médiathèque SHS de la MMSH.

Photo 5 : Tirages photographiques du fonds Jacques Revault (JR264 – Palais Sidi Bou Saïd, Dar Mohseu, Dar Zarroug, Bardo)
Photo 6 : Planches contact du fonds Jacques Revault, vêtements traditionnels et objets de décoration

Le fonds iconographique déposé à la MMSH

Après son décès en 1986, le fonds photographique du chercheur est donné au GREPO, alors département de recherche de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Une Photothèque est alors constituée à l’IREMAM à partir de ce fonds, avant d’être transférée en 1997 à la Médiathèque SHS de la MMSH. L’ensemble des plans, initialement conservé au laboratoire d’Antiquités Africaines, est déposé à la Médiathèque entre 2004 et 2006. Néanmoins, les documents officiels de don et de dépôt restent à formaliser aujourd’hui.

Le fonds est constitué de plans et de photographies réalisés à partir de 1933. Il comporte de très nombreux clichés sous la forme de diapositives en couleur et en noir et blanc, de négatifs, de tirages papier en noir et blanc de divers formats notamment quelques grands tirages et de planches contacts. Le corpus photographique est considérable : 48 000 documents, dont 35 000 sur la Tunisie et 20 000 sur Tunis, et près de 7500 sur l’architecture et l’artisanat, notamment en Égypte et au Caire. Les thèmes concernent l’artisanat (1969 à 1972), l’architecture religieuse et domestique (de 1100 à 1900), l’habitat ou encore la muséographie. Les terrains représentés sont nombreux : la Tunisie, l’Égypte, l’Espagne, le Yémen, le Maroc, etc.

Photo 7 : Différents supports iconographiques du fonds Jacques Revault (tirages, diapositives, négatifs, fiches)

Un questionnement sur la conservation et la destination de ces collections

Le fonds est classé et coté avec des descriptions précises sur les lieux et les objets concernés sur l’emballage des supports. Les photographies et les négatifs sont stockés dans des enveloppes en papier contenues dans des boîtes cartonnées, les diapositives dans des boîtes en plastiques, les planches contacts dans des pochettes plastifiées. Une petite partie du fonds (568 photographies) a été numérisée et est consultable en ligne sur la plateforme Cinumed de la MMSH. Plusieurs inventaires ont été réalisés, notamment l’ensemble des négatifs en noir et blanc ainsi qu’une très grande partie des tirages (320 boîtes sur 370). La plateforme Archimede en propose un échantillon. L’inventaire du fonds est à compléter afin de produire un catalogue unifié à disposition du public.

Ces matériaux d’archives nous posent plusieurs questions : celle de la conservation sur le long terme de ce type de supports (tirages papier et surtout diapositives), celle de la visibilité de ces documents pour la recherche, et plus largement celle de leur consultation et de leur valorisation. Comment donner au visiteur la possibilité de consulter ces supports  (diapositives, négatifs, photographies) et en si grand nombre ? Une numérisation pourrait-elle être envisagée pour venir agrandir les collections déjà visibles en ligne ?  Un reconditionnement est-il nécessaire pour certains supports fragiles ?

Photos 8 : Boîte de diapositives et pochettes pellicules contenant des films du fonds Jacques Revault

Ce questionnement interroge également la destination de ces archives constituées dans d’autres pays. Des contacts auraient été pris avec l’Université de la Manouba à Tunis et des coopérations envisagées avec l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (IFAO). En effet, des collaborations avec des institutions spécialisées en rapport avec ce type d’archives spécifiques semblent des pistes à explorer : pour leur signalement au plus près de leur terrain d’études, pour la conservation appropriée de ces supports image dans le temps, ainsi que pour la pertinence scientifique de leur localisation en fonction du domaine et des thèmes couverts par le fonds.

Photos 9 : Boîtes comportant les tirages photographiques et planches contact du fonds Jacques Revault

Quelques ressources en ligne sur le fonds Jacques Revault disponible à la MMSH

Le texte de ce billet reprend des éléments de description du fonds rédigés par Evelyne Disdier, qui en a réalisé le traitement avant son départ en retraite en 2021 à partir d’inventaires sur lesquels plusieurs personnes ont collaboré.

Crédits photographiques :
– Photographie de couverture : Détails de plafond peint (escalier), photographie par Jacques Revault, numérisé·e par la MMSH et diffusé·e sur le site Cinumed – e-mediatheque de la MMSH, tous droits réservés (http://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/97858)
– Photographies (1, 2, 3, 4) d’archives par Jacques Revault (voir légendes associées) numérisé·e·s par la MMSH et diffusé·e·s sur le site Cinumed – e-mediatheque de la MMSH, tous droits réservés
– Photographies (5, 6, 7, 8, 9) du fonds d’archives Jacques Revault
(voir légendes associées) par Emilie Groshens, novembre 2021, CC0

  1. Evelyne Disdier ingénieure d’étude au CNRS, a été responsable de l’iconothèque d’abord à l’IREMAM (à partir de 1992) puis à la Médiathèque SHS de la MMSH jusqu’en mars 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.