Avent 2021 – Le fonds Fanny Colonna : l’anthropologue, l’Algérie et Joseph Desparmet

I) Les Esquimaux
Les Esquimaux, m’a-t-on affirmé, n’ont pas de nom générique pour désigner la glace ; ils ont plusieurs mots (j’ai oublié le nombre exact, mais je crois que c’est beaucoup, quelque chose comme une douzaine) qui désignent spécifiquement les divers aspects que prend l’eau entre son état tout à fait liquide et les diverses manifestations de sa plus ou moins intense congélation. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.157.

Les premiers carnets de terrain de Fanny Colonna concernant les années de sa thèse de 3e cycle (1967-1970)

Fanny Colonna (1934-2004) est une sociologue franco-algérienne, directrice de recherche au CNRS (2000-2010) dont la carrière au CNRS s’est déroulée entre l’Algérie et la France1. Elle commence en 1967 comme assistante au Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne à l’Université d’Alger où elle effectuera un doctorat en sociologie qui lui ouvrira les portes de la recherche, d’abord en tant qu’attachée de recherche en 1969, puis comme directrice de recherche en 1987.

Boîtes d’archives du fonds Fanny Colonna renfermant ses carnets de terrain et de la littérature de sciences sociales

L’anthropologue, l’Algérie coloniale et la sociologie algérienne

Elle est connue principalement pour ses enquêtes en Algérie, en particulier dans la région de l’Aurès – qu’elle poursuivra notamment par une enquête sur le retour de diplômés égyptiens dans leurs villages natals en 1996 – et pour son positionnement en faveur et aux côtés des sciences humaines et sociales de l’Algérie, et plus largement du monde musulman, attentive, selon les mots de Kamel Chachoua2, à “la transmission générationnelle des pratiques et des échanges Sud/Sud dans ces disciplines” et porteuse d'”une science humaine et sociale sans « tabous » ni « complexes » à l’égard de la science coloniale, autonome vis-à-vis de la science de la « planète nord » (France/Occident) et en lien étroit avec les sciences sociales du Maghreb et du Sud en général”3.

Aussi, dans un premier hommage à la chercheuse, il résume son travail dans la province de l’Aurès comme ayant initié et forgé sa personnalité scientifique4 :

“C’est durant ces décennies 1970-80 que Fanny Colonna fera ses premières enquêtes collectives à Timimoune et dans l’Aurès et qu’elle connaîtra intensément le milieu culturel, artistique et intellectuel algérois. C’est également durant ces années, où la sociologie algérienne était flamboyante et déclinante en même temps, que Fanny Colonna a construit l’essentiel de son style, de ses orientations théoriques et sa personnalité scientifique. Elle a été la seule à avoir conservé et su dépasser l’héritage scientifique colonial qui divisait toutes les communautés scientifiques d’Algérie et d’ailleurs. Son goût et sa tentation constante d’explorer des modèles théoriques et des approches méthodologiques variés, la distinguent jusqu’à la marginalité.”

Carnets de terrain du fonds Fanny Colonna concernant le terrain dans l’Aurès (Algérie)

Un fonds mêlant plusieurs sources : orales, iconographiques et textuelles, d’enquêtes, d’archives et de littérature

C’est en décembre 2015 que les enfants de Fanny Colonna donnent les archives de la chercheuse à la Médiathèque SHS de la MMSH, avec un ensemble d’ouvrages et de revues. Le fonds, alors constitué d’une vingtaine de cartons, est aujourd’hui classé dans des boîtes localisées dans le magasin d’archives de la Médiathèque et partiellement traité5. Un instrument de recherche est disponible sur le site Archimede de la MMSH, comportant également une notice biographique et les principales publications et thèmes de recherche de la chercheuse.

Il s’agit d’un corpus multisupport qui se compose majoritairement d’archives papier (carnets de terrain, notes de travail, correspondance, publications et communications produites par la chercheuse ainsi que de la documentation, de la littérature scientifique et des photocopies d’archives qu’elle a consultées et qui sont parfois aujourd’hui difficiles d’accès) et de quelques photographies de terrain, d’enregistrements sonores d’entretiens et de cartes. Les documents retracent l’ensemble de son parcours scientifique depuis son doctorat sur Les instituteurs algériens (1883-1939) soutenu à Paris en 1975 sous la direction de Pierre Bourdieu, jusqu’à sa dernière publication parue en 2015, La Vie ailleurs. Des Arabes en Corse au XIXe siècle.

Notes de terrain manuscrites (notes d’analyse, d’entretiens et lexique français-arabe) extraites du fonds Fanny Colonna
Extraits d’archives du fonds Fanny Colonna (photocopies d’archives aux ANOM et notes de travail)

Fanny Colonna et le fonds Joseph Desparmet

Fanny Colonna a tenté de republier, sous la forme de volumes, des articles de Joseph Desparmet publiés dans diverses revues de la période coloniale, sans parvenir à terminer cette publication. Le fonds de la chercheuse comporte plusieurs dossiers de préparation de ce travail.

Joseph Desparmet (1863-1942) était un ethnographe, professeur de français et d’arabe, dont les archives ont été données à l’IREMAM en 1989 avant de rejoindre les fonds de la Médiathèque en 2004. Il a réalisé des études et des recueils de tradition orale en Algérie par des enquêtes ethnographiques dans la région de Blida et de la Mitidja. Son œuvre s’est attachée à l’analyse de récits populaires et à l’étude des poésies populaires et des satires politiques. Le fonds Joseph Desparmet est associé au fonds Fanny Colonna et disponible à la Médiathèque de la MMSH.

Boîtes d’archives du fonds Fanny Colonna concernant le projet de réédition des publications de Joseph Desparmet
Extraits du fonds Fanny Colonna concernant le projet de réédition Desparmet

Ressources en ligne sur le fonds Fanny Colonna

Fanny Colonna, une passion algérienne

Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche

Crédits photographiques :
– Photographie de couverture : Fanny Colonna sur le terrain dans l’Aurès, photographie prise par Kamel Chachoua, 1989
– Photographies des archives du fonds Fanny Colonna prises par Emilie Groshens, décembre 2021, CC0



Citer ce billet
Emilie Groshens (2021, 7 décembre). Avent 2021 – Le fonds Fanny Colonna : l’anthropologue, l’Algérie et Joseph Desparmet. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgj

  1. Elle a travaillé au CRAM (Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne), puis au CERDES (Centre d’études, de recherches et de documentation en sciences sociales dirigé par Pierre Bourdieu) et au CRAPE (laboratoire de préhistoire et anthropologie) à Alger, au Centre de Sociologie européenne (dirigé par Pierre Bourdieu) à Paris, à l’URASC à Oran (Unité de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle), au GSPM (Groupe de sociologie politique et morale) à Paris, au département de Berbère à Tizi-Ouzou, au CEDEJ au Caire, avant de rejoindre le LAMES à la MMSH de 1998 jusqu’à sa retraite. []
  2. Chercheur à l’IREMAM et précédemment doctorant de Fanny Colonna []
  3. Extrait de l’article “Fanny Colonna et les sciences humaines et sociales algériennes : une utopie en marche”, Kamel Chachoua, sur Les carnets de l’IREMAM, 02/12/2016, consulté le  02/12/2021,  https://iremam.hypotheses.org/6396 []
  4. Extrait de l’article “Fanny Colonna, une passion algérienne”, Kamel Chachoua, sur Les carnets de l’IREMAM, 25/11/2014, consulté le  02/12/2021, https://iremam.hypotheses.org/5562 []
  5. Le fonds Fanny Colonna a été traité par Evelyne Disdier avec l’aide d’Emmanuelle Poulard en vacation et de Kamel Chachoua []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.