Fonds Annie-Hélène Dufour – Pêche et pêcheurs du Var : Pointus décorés lors de la fête de la Saint-Pierre au Brusc

Avent 2021 – Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives

Les Américains ont aussi un verbe qui signifie “Habiter en banlieue et travailler en ville” (to comute), mais pas plus que nous ils en ont un qui voudrait dire “Boire un verre de vin blanc avec un copain Bourguignon, au café des Deux-Magots, vers six heures un jour de pluie, en parlant de non signification du monde, sachant que vous venez de rencontrer votre ancien professeur de chimie et qu’à côté de vous une jeune femme dit à sa voisine “Je lui en ai fait voir de toutes les couleurs tu sais” !” (Jean Tardieu, “Petits problèmes et travaux pratiques”, Un mot pour un autre, Paris, N.R.F, 1951). Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.172.

Lorsque la phonothèque a été créée à la MMSH, Annie-Hélène Dufour (1947-2002) est venue en curieuse. Je me souviens qu’elle nous a demandé de réaliser un montage sonore des “erreurs de l’entretien” pour les faire écouter aux étudiants dans son cours sur la méthode en anthropologie. Nous nous sommes piquées au jeu1 et avons vite repéré des entretiens où les enquêteurs parlaient plus que leurs témoins, où il insistaient pour placer à certaines dates des faits que les témoins plaçaient à un autre moment, où les questions posées incluaient les réponses, où l’entretien était inaudible, où le micro était placé plus près de celle ou celui qui posait les questions que du témoin, où – quand les batteries avaient flanché – les voix s’étiolaient et ralentissaient… Elle m’a demandé ensuite de participer à son cours et de présenter les travaux de la phonothèque aux étudiants, de faire écouter des enquêtes sur des thématiques qu’elle sélectionnait, cela a duré quelques années et nous a rapproché.

Il arrivait que nous évoquions le dépôt éventuel de ses archives sonores ; elle restait hésitante. Pour mieux réfléchir à ces enjeux, nous avons organisé en 2001 une journée sur cette question, avec un titre qui renvoyait à ces tâtonnements Le bricolage de terrain. Elle avait accepté d’y faire un point sur les usages de l’entretien et leur archivage, avec toujours le doute en filigrane : “Dans bien des cas, la simple écoute, l’observation, la prise de notes (différée au besoin), conviennent mieux qu’un enregistrement intempestif.”2 insistait-elle. Malgré ses réticences, ses nombreuses heures enregistrées sur le terrain l’avaient convaincue que “L’audition d’un enregistrement a un très fort pouvoir évocateur : en réactivant la mémoire de l’instant il remet notamment en image le visage, les attitudes de notre interlocuteur, l’environnement et même notre état d’esprit du moment, toutes choses précieuses pour l’interprétation des données, et que la transcription écrite seule ne restitue pas, ou mal.”3 Elle connaissait la force de ses entretiens et ne voulaient pas que les voix se taisent.

Puis tout s’est précipité? Elle a voulu alors être certaine que ses enregistrements seraient toujours entendus. Ses jours étaient comptés et elle a organisé son départ, même s’il était trop tard pour faire le tri dans ses archives. Quelques mois auparavant, elle concluait ainsi son intervention dans notre séminaire : “Peu d’entre nous, à ma connaissance, déposent leur fonds, au fur et à mesure de l’achèvement d’enquêtes, dans des centres spécialisés. De même, peu ou pas de laboratoires de recherche disposent d’une phonothèque particulière et d’un personnel affecté à ce travail de classement et d’archivage, sauf dans le cas – rare – de laboratoires travaillant au sein de musées ou de conservatoires ethnologiques ou bien dans celui – non moins rare – d’ethnologues travaillant en relation directe avec un conservatoire. C’est dire que dans la plupart des situations, ces documents se présentent, avant tout, comme des collections d’œuvres personnelles dont la destinée est incertaine et qui, du vivant, au moins, de leurs auteurs, ne sont pas consultables”4. Le don de l’ensemble de ses papiers, de ses photos, de ses films et des enregistrements à la phonothèque de la MMSH s’est décidé. Elle n’a pas pu les organiser de son vivant, mais Yves Grange, son époux a suivi sa volonté et m’a contactée en 2007 pour finaliser son souhait.

Aujourd’hui le fonds est catalogué et la totalité des supports sonores et audiovisuels ainsi que ses carnets de terrain sont numérisés, une grande partie de ses photographies et quelques uns de ses papiers. Toutes ses publications sont déposées sur Hal SHS et d’ici quelques semaines, l’ensemble sera déposé sur les serveurs du CINES pour une sauvegarde sur long terme, accompagné d’un plan de gestion des données.

La parole d’Annie-Hélène Dufour continue d’être entendue à travers ses films, ses entretiens mais aussi ses carnets où l’intensité poétique nous laisse entrevoir ce qu’elle aurait pu continuer à écrire 5, comme ces quelques lignes qui décrivent les paysages du Brusc, sur la côte varoise un 20 avril 1980 :

Le vent souffle de plus en plus fort, la mer par paquets balaye la jetée. J’ai téléphoné les pieds dans l’eau depuis la cabine située sur le port !

Les fenêtres battent, les portes grincent, le lampadaire du quai, mal assuré sur son pied unique, prodigue une lumière ballottante. Les bateaux alignés contre la jetée surgissent et disparaissent à une vue au rythme saccadé du gros poumon qui les supporte. La mer halète ici. Je sais, pour l’avoir vue libre cet après midi à la Fosse, que ce qui bat ici n’est que le prolongement soumis de ce grand souffle.

La Fosse on y descend depuis la Lèque par un chemin étroit, pentu et sinueux taillé à travers les buissons d’argélas, de ronces, de genêts.. et creusé dans la roche sur l’essentiel de son parcours. Chemin griffu et difficile qui ne laisse à mon regard d’autre possibilité que de fixer le bout de mes pieds, précieux appendice qui demande une surveillance étroite à qui veut connaitre les délices de la remontée.

Et c’est bien comme ça. Car quand le regard peut enfin se lever, ce qu’il découvre est d’une beauté surprenante (est ce que surprenant serait le superlatif de prenant par hasard ?). J’en fus plus que prise en tout cas

C’est l’envers du Brusc, le côté qui ne se donne pas tout de suite.
Bien trop inhospitalier et agressif pour être à prendre autrement qu’avec les yeux. Qui, à part les douaniers, dont une cabane-vestige* demeure sur un coin de plage, aurait l’idée (et les tripes) de vivre ici ?

Le quotidien se veut paisible et ce genre de beauté ne laisse pas en paix.

Est-ce par hasard que les pêcheurs du Brusc qui, autrefois, passaient leurs nuits dans cette crique en attendant de relever leurs filets racontaient aux Nouveaux des histoires effrayantes que la danse des feux de Saint Elme éclairait d’une lumière étrange ?

Car la colline ici est, paraît-il, peuplée de feux follets, visibles au large la nuit : les feux de Saint Elme

Mais comment appeler colline cette peau végétale, rugueuse et épineuse qui couvre la roche grise, parfaitement soumise aux désirs du vent et que l’on imagine craquante de sel comme l’échine d’un animal marin qui aurait séché au soleil ?

Décidément les lieux secrètent des histoires et je me sens la veuve d’un pêcheur averti à qui manque un public de jeunes matelots.

—-

*Cette cabane n’est pas une cabane de douaniers mais un abri de bateau construit par la propriétaire d’une grande demeure située dans la bourrasque aux environs de la Lèque.

Enseignante exceptionnelle, attentive et exigeante, Annie-Hélène Dufour aurait également apprécié qu’à l’ère de la science ouverte, que ses travaux continuent d’être utilisés pour l’enseignement. La période de la pandémie que nous venons de vivre a été l’occasion d’une nouvelle expérience.  Le moment a rendu compliqué les stages de terrain obligatoires en licence d’anthropologie et l’idée a germé que les archives orales puissent être utilisées par les enseignant·e·s sous un mode inusuel. Ainsi, en novembre 2020 l’anthropologue Léa Linconstant, au sein du département d’anthropologie de l’Université Toulouse Jean Jaurès, nous a sollicité pour mettre à disposition les enregistrements d’Annie-Hélène Dufour dans le cadre des travaux dirigés destinés aux étudiant·e·s de troisième année de licence afin de pallier aux contraintes liées au confinement. Les étudiant·e·s qui ne pouvaient partir sur le terrain devaient ainsi écouter, chez eux, des entretiens réalisés par Annie-Hélène Dufour sur la passion du jardinage et restituer leur analyse dans leur évaluation6. Au second semestre, certain·e·s ont pu partir sur le terrain, l’écho des entretiens leur offrant une forme d’expérience.  Nul doute qu’Annie-Hélène Dufour aurait apprécié ce réusage de ses archives, persuadée qu’écouter des entretiens pouvait contribuer à la méthode.

 

Crédits photographiques : Fonds Annie-Hélène Dufour – Pêche et pêcheurs du Var : Pointus décorés lors de la fête de la Saint-Pierre au Brusc. 1980-06-29, CC-BY.

 

  1. A ce moment Isabelle Blouet était étudiante en licence d’anthropologie et elle a participé à ce montage. []
  2. Paragraphe 13 in Annie-Hélène Dufour « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain », Sonorités n° 4, 2002, p. 13-24. []
  3. Paragraphe 21 in Annie-Hélène Dufour « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain », Sonorités n° 4, 2002, p. 13-24. []
  4. Paragraphe 30 in Annie-Hélène Dufour « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain », Sonorités n° 4, 2002, p. 13-24. []
  5. Les carnets d’Annie-Hélène Dufour sont quasiment transcrits dans leur totalité sur la plateforme Transcrire. Vous pouvez participer à leur relecture et validation, n’hésitez pas à vous connecter ! []
  6. Pour donner une idée de l’exercice, Léa Linconstant nous a envoyé des exemples anonymisés de ces écoutes : les enquêtes 2459 et 2461 analysées au semestre 1 et deux copies d’une même étudiante, l’une au premier semestre, l’autre après un terrain au second semestre, après écoute des enquêtes 2450 et 2451. []

2 réflexions sur « Avent 2021 – Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives »

  1. Bel hommage à Annie-Hélène Dufour ! Je me souviens très bien du montage de cette cassette d’extraits d’enquêtes orales pour montrer la diversité des méthodes utilisées par les enquêteurs et les erreurs à ne pas commettre.

Répondre à Blouet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.