Avent 2021 – Les archives d’un politiste, spécialiste du fait religieux : le fonds Bruno Etienne

A) Méthodes – Bien sûr, aux différentes étapes de l’élaboration de ce travail – notes griffonnées sur des carnets ou sur des feuilles volantes, citations recopiées, “idées”, voir, cf., etc. – , j’ai accumulé les petits tas, petit b, GRAND I, troisièmement, deuxième partie. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.152

Bruno Etienne (1937-2009), spécialiste des sciences politiques et des religions, est parmi les premiers politistes à s’intéresser à l’Islam dans les sciences politiques. Son intérêt, nourri tout au long de ses études de droit et de science politique à Aix-en-Provence, l’amène après son diplôme de l’Institut d’Études Politiques  à suivre un diplôme d’arabe à l’Institut Bourguiba des Langues (Tunis). En 1965 il soutient sa thèse Les Européens et l’indépendance de l’Algérie1, à la suite de laquelle il part à Alger comme coopérant technique. Jusqu’en 1974, il enseigne notamment au sein de l’École nationale d’administration et exerce diverses charges de conseillers techniques auprès des autorités algériennes. Il revient ensuite en France où il passe le concours d’agrégation en sciences politiques qu’il obtient en 1975. De 1977 à 1979, il est maître de conférences en droit public et science politique à la Faculté de droit de l’Université de Casablanca mais il a aussi enseigné dans plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient. En 1980, il retourne définitivement en France pour enseigner les sciences politiques et l’anthropologie religieuse comparée à Aix-en-Provence.

En 1992, il crée l’Observatoire du religieux2 qui fédère au sein de l’Institut d’Études Politiques les recherches en science politique, en sociologie et en anthropologie sur le phénomène religieux.

En octobre 2008, Bruno Etienne avait été filmé par Sébastien Denis dans le cadre d’un entretien mené par Jean-Robert Henri (IREMAM)3, l’occasion d’entendre le récit biographique d’une période essentielle de sa vie :

Entretien avec un professeur d’université né en 1937 de nationalité française sur la coopération en Algérie et au Maroc

Aujourd’hui, le fonds Bruno Etienne est conservé dans le secteur archives de la recherche à la Médiathèque SHS de la MMSH. Il occupe 8 mètres linéaires et est constitué d’archives papier, de tirages photographiques, de négatifs et de bobines de film.

A visiter :

Photographie à la une : Bruno Etienne au Japon (1999-2005). Le fonds Bruno Etienne contient aussi des archives concernant une de ses passions : le karaté. Il a pratiqué le karaté au Japon, dont il était quatrième dan de l’école Shito Ryu.

Tatyana GIL.



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2021, 12 décembre). Avent 2021 – Les archives d’un politiste, spécialiste du fait religieux : le fonds Bruno Etienne. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 17 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgo

  1. Un exemplaire de sa thèse est consultable à la médiathèque de la MMSH http://www.sudoc.abes.fr/cbs/DB=2.1/SET=1/TTL=2/SHW?FRST=2. []
  2. L’Observatoire du religieux fusionne avec huit équipes de l’IEP en 2008 pour former le CHERPA – Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administration qui en 1er janvier 2021, rapproché d’un laboratoire constitutif de la MMSH, le Laboratoire méditerranéen de sociologie – LAMES, a donné naissance à MESOPOLHIS []
  3. Cet entretien avait été mené dans le cadre de l’ouvrage dirigé par  Jean-Robert Henry et  Jean-Claude Vatin, en collaboration avec François Siino, Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb, Karthala-IREMAM, Paris, 2012, 405 pages. L’ouvrage était accompagné d’un DVD réalisé par Sébastien Denis d’1h et 26 minutes. La totalité des films de cette publication a été déposée à la phonothèque de la MMSH. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.